samedi 19 juillet 2014

PHOTOS. Paris: les affrontements en marge de la manifestation pro-palestinienne à Barbés en images

Une fusillade dans le métro de Paris après une tentative de braquage

PHOTOS Manifestation pro-Palestine à Paris: des dizaines de personnes se rassemblent malgré l'interdiction

PHOTOS Manifestation pro-Palestine à Paris: des dizaines de personnes se rassemblent malgré l'interdiction GAZA - Des dizaines de militants pro-palestiniens ont commencé à affluer samedi 19 juillet à Barbès, dans le nord de Paris pour exprimer leur soutien aux Palestiniens de Gaza. Ils se sont rassemblés malgré l'interdiction de cette manifestation décidée par les autorités.



Le président de la République lui-même a lancé une mise en garde, depuis le Tchad où il se trouve en visite officielle, avertissant que "ceux qui veulent à tout prix manifester en prendront la responsabilité". "J'ai demandé au ministre de l'Intérieur que ces manifestations ne puissent pas se tenir", a souligné François Hollande, notant que cela "n'empêchera pas d'autres moyens d'expression".



Peu après 14h, plus d'une centaine de militants, certains munis de pancartes, étaient déjà massés sur le carrefour situé non loin de la Gare du Nord. "Nous sommes tous des Palestiniens" ou "Palestine vivra, Palestine vaincra", ont-ils scandé, sous l'oeil de très nombreux CRS qui ont commencé à se positionner à leur arrivée.
































Des dizaines de cars de police étaient stationnés de chaque côté du métro aérien à Barbès. Plusieurs avenues ont été coupées à la circulation, provoquant des embouteillages. Le cortège initial était prévu à 15h



"Que la manifestation soit autorisée ou non, il va y avoir des centaines ou des milliers de jeunes qui vont converger vers Barbès samedi", avait prévenu vendredi Alain Pojolat, du Nouveau parti anticapitaliste (NPA), seul parti politique à avoir maintenu son appel au rassemblement même si des membres du Front de gauche ont également pris part à la manifestation.














"La solidarité avec les Palestiniens doit pouvoir s'exprimer à Paris", a expliqué samedi à l'AFP Sandra Demarcq, membre de la direction du NPA, qui juge l'interdiction "illégitime et scandaleuse".
































La préfecture de police de Paris a interdit cette manifestation en évoquant des "risques graves de trouble à l'ordre public" après les heurts du 13 juillet devant deux synagogues, en marge d'un autre rassemblement. L'ambiance semblait à nouveau tendue jeudi, comme le rapporte un journaliste de Libération, plusieurs drapeaux israéliens ayant notamment été brûlés.























Les organisateurs de la manifestation, responsables entre autres de petites organisations pro-palestiniennes, avaient alors introduit un recours en urgence devant le tribunal administratif de Paris, qui l'a rejeté vendredi soir.



Leur avocat, Me Hosni Maati, avait indiqué dans la soirée que ses clients avaient l'intention de saisir le Conseil d'Etat. Mais l'institution, contactée par l'AFP, n'avait pas enregistré d'appel samedi à la mi-journée.



Risques d'interpellations



"On compte contourner cette interdiction. On va se rassembler à Barbès et tenter de partir en cortège et de négocier avec les forces de l'ordre un parcours sécurisé", a affirmé à l'AFP M. Pojolat, qui avait négocié ces derniers jours l'organisation de la manifestation avec les autorités. "Il n'est pas question de se rendre près d'une synagogue", a-t-il souligné.



"On fera tout pour que les débordements ne se fassent pas. On est en lien avec d'autres organisations, qui sont dans le même esprit. Mais aujourd'hui, ce n'est pas nous qui mettons le feu aux poudres", a assuré Sandra Demarcq.



Le préfet de police de Paris, Bernard Boucault, a appelé samedi matin à ne pas s'y rendre. Si des manifestants "ou des contre-manifestants", tentaient d'y participer, ils prendraient le risque "d'être contrôlés, interpellés et remis à la justice", a-t-il prévenu. Le parquet a rappelé de son côté que le fait d'organiser un rassemblement interdit est passible d'une peine de six mois de prison et de 7.500 euros d'amende.



Les manifestants "connaissent les risques, mais on considère que cette interdiction est une attaque contre un droit démocratique et élémentaire", a affirmé Sandra Demarcq. Face à l'interdiction, certaines organisations prévoient une autre manifestation en soutien aux Palestiniens de Gaza mercredi soir à Paris, place de la République.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1oUEPZA

via Actualité

10 bonnes raisons de faire de la corde à sauter comme les sœurs Banhegyi

"Election volée", "candidature qui verrouille le débat", Fillon règle ses comptes avec Copé et Sarkozy

"Election volée", "candidature qui verrouille le débat", Fillon règle ses comptes avec Copé et Sarkozy POLITIQUE - François Fillon n'épargne pas ses rivaux à l'UMP. L'ex-premier ministre estime que "si Nicolas Sarkozy a un projet pour la France, il pourra le confronter aux autres à l'occasion de la primaire" à droite en 2016, plutôt qu'en se présentant à la présidence de l'UMP.



Dans une interview publiée samedi dans Le Monde (article payant), l'ancien premier ministre et membre de la direction collégiale de l'UMP reconnait que "rien n'interdit" dans les statuts du parti au futur président de l'UMP, qui sera élu en novembre, d'être candidat à la primaire. "Mais je considère que ce n'est pas la bonne formule, ni la bonne solution".



Sarkozy visé



"Chacun est libre d'être candidat. Plutôt que d'une candidature qui verrouille le débat, l'UMP a besoin d'une candidature d'apaisement, qui ramène de la sérénité et permette d'organiser la primaire dans un climat de confiance, de façon à aboutir à une compétition maîtrisée. Si Nicolas Sarkozy a un projet pour la France, il pourra le confronter aux autres à l'occasion de la primaire", ajoute François Fillon qui critique de manière à peine voilée l'ancien président.



Tout en trouvant "très excessive la mise en scène" de la mise en examen de Nicolas Sarkozy, François Fillon estime ainsi que "le rôle des responsables politiques - en particulier un ancien président ou un ancien premier ministre - n'est pas de remettre en cause les institutions judiciaires quelles que soient leurs imperfections".



A la question, "les affaires peuvent-elles empêcher le retour de Nicolas Sarkozy ?", François Fillon répond aussi: "en tout cas, ce ne sont pas les affaires qui participent à l'établissement d'un climat serein au sein de l'UMP et d'un lien de confiance avec les Français".



Copé en prend pour son grade



Interrogé sur l'éventualité d'une mort pure et simple de l'UMP, François Fillon répond par la négative et explique que s'il le pensait, il n'aurait "pas accepté de faire partie de la direction transitoire qui cherche à redresser le parti". "Si j'avais dû quitter l'UMP, je l'aurais fait après l'élection volée de 2012", note-t-il aussi, signe que les rancœurs ne sont définitivement pas apaisées à l'UMP.



Par ailleurs, l'ancien premier ministre estime que les sarkozystes et copéistes qui l'accusent d'être à l'origine des fuites compromettantes sur l'UMP dans la presse le font "totalement à tort.



"Rien ne me détournera" de l'objectif 2017



"Tous les ingrédients sont réunis pour une révolte contre le système établi et une crise nationale. C'est naturel de penser à son destin personnel. Mais chacun devrait aussi avoir à coeur de réfléchir au danger qui menace la République", prévient-il aussi. François répète avoir fait "le choix de partir à la rencontre des Français, de préparer un projet politique et de présenter ce projet à la primaire pour la présidentielle de 2017". "Rien ne me détournera de cet objectif", affirme-t-il.



Il assure ne pas avoir "de pulsion idéologique" l'amenant "à considérer que seules les solutions libérales sont efficaces". Mais "une ligne rouge a été franchie en termes d'accumulation de réglementations et d'impôts qui ruinent l'économie française. Il faut simplement retrouver un peu d'équilibre et de bon sens pour libérer notre capacité à entreprendre".



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1jIUleC

via Actualité

PHOTOS. Une photographe nous révèle le contenu des sacs de femmes

Ailurophobie: la phobie d'un candidat de "Secret Story 8" intrigue les internautes

Ailurophobie: la phobie d'un candidat de "Secret Story 8" intrigue les internautes SECRET STORY - Vous avez une peur panique des chats? Vous vous mettez à trembler au moindre miaulement et prenez la fuite dès que vous en apercevez un de l'autre côté de la rue? Vous n'êtes pas seul, et votre phobie a même un nom: l'ailurophobie. Cette aversion irraisonnée (dont l'intensité et la régularité varie selon les individus) envers les félins, c'est le secret d'un des candidats de "Secret Story", dont la saison 8 a démarré vendredi 18 juillet.



Sur Google Trends, qui recense les recherches les plus fréquentes sur le moteur de recherche, le terme ailurophobie arrive tout simplement en tête des requêtes des internautes français, devant Nelson Mandela, hypermnésie, "Bones" saison 10 et Michael Jackson.



L'ailurophobie étant une phobie assez visible, pas sûr que le candidat concerné puisse longtemps garder son secret. Cela reste en tout cas plus facile à détecter que l'anatidaephobie (la peur d'être observé par un canard) ou encore la cubiculacétophobie (la peur que des lézards tombent sur son lit).



LIRE AUSSI :



» La science l'a prouvé, impossible de garder un secret

» La Maison des Secrets sur le toit d'un immeuble pour la saison 8

» Une application pour dévoiler ses secrets: mais pourquoi voulons-nous toujours partager plus?





Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1k0TmqL

via Actualité

EN DIRECT. Crash de la Malaysia Airlines (vol MH17): début de l'enquête avec l'arrivée d'observateurs internationaux

Israël/Palestine: Tsahal étend ses opérations à Gaza, le bilan dépasse les 300 Palestiniens tués

Israël/Palestine: Tsahal étend ses opérations à Gaza, le bilan dépasse les 300 Palestiniens tués INTERNATIONAL - Israël continuait d'étendre samedi son offensive terrestre à Gaza, au douzième jour de son offensive qui a tué plus de 300 Palestiniens, tandis que la communauté internationale s'efforçait d'arracher une cessez-le-feu, avec la venue dans la région du chef de l'ONU Ban Ki-moon.



Sur le terrain, au moins 20 Palestiniens dont un enfant ont péri samedi matin à Gaza, portant à 316 morts le nombre de morts depuis le début des bombardements le 8 juillet, une opération doublée d'un opération terrestre de l'armée israélienne depuis jeudi.



Une frappe tue sept personnes à la sortie d'une mosquée



Selon le Centre palestinien pour les droits de l'Homme, basé à Gaza, les civils représentent plus de 80% des victimes de l'offensive israélienne censée faire cesser les tirs de roquettes du Hamas, qui contrôle l'enclave.



Aux premières heures de la journée, une frappe a notamment tué sept personnes, dont une femme, à la sortie d'une mosquée de Khan Younès, dans le sud du territoire, selon les secours.



Côté israélien, un civil et un soldat ont été tués depuis le 8 juillet. L'armée a reconnu que le soldat tué pendant les premières heures de l'assaut terrestre avait été victime d'un "tir ami". Ni Israël, ni le mouvement islamiste Hamas et ses alliés n'ont donné de précisions sur l'étendue de leurs affrontements ni sur les opérations en cours.



Les tunnels pris pour cibles



Mais Israël a annoncé étendre ses opérations militaires dans l'enclave, qui ont pour priorité de détruire les réseaux de tunnels du Hamas et sa capacité de frapper Israël avec des roquettes. Les souterrains sont particulièrement ciblés car les frappes aériennes ne peuvent les atteindre et qu'ils peuvent servir à s'infiltrer en Israël pour commettre des attentats, à déplacer des armes et à assembler des roquettes en toute sécurité.



"Nous sommes dans une phase d'extension de la phase terrestre de l'opération", a indiqué dans la nuit le chef-d'état major, Benny Ganz, évoquant "d'importants succès", selon un communiqué de l'armée. Visitant ses hommes à Gaza, il a estimé que ses troupes allaient encore au devant de combats, "qu'il y aura des moments difficiles" mais que "le Hamas et d'autres organisations terroristes ont été frappés fort, douloureusement et largement".



Selon un porte-parole de l'armée, sur le plan opérationnel, les forces israéliennes, avec l'infanterie et les chars, restaient encore dans "les périphéries" des centres urbains, près des frontières avec Israël. "Cela nous donne l'avantage de pouvoir nous occuper des tunnels tout en limitant les points de frictions sur le terrain", a expliqué Peter Lerner, lors d'une conférence téléphonique. Il a évoqué "des dizaines" de galeries souterraines.



Aucune avancée sur le plan diplomatique



Il a cependant souligné que l'armée prenait position autour de zones urbaines et que des ordres d'évacuation avait été donnés aux civils à El-Bourej et El-Maghazi au centre de cette bande de terre de 362 km2 où s'entassent dans la misère 1,8 million d'âmes soumises à un blocus israélien depuis des années. Les troupes sont aussi déployées à Beit Lahia, dans le nord de Gaza. L'ONU a pour sa part indiqué avoir pris en charge plus de 40.000 déplacés.



Sur le plan diplomatique, aucune avancée réelle pour aboutir à un cessez-le-feu n'a été constaté malgré des pourparlers sous l'égide de l'Egypte et après l'échec cette semaine d'une initiative de trêve rejetée par le Hamas.



Néanmoins, les diplomates s'activaient encore, le secrétaire général de l'ONU prévoyant notamment un déplacement dans la région à compter de samedi pour "montrer sa solidarité avec les Israéliens et les Palestiniens et les aider, en coordination avec les acteurs régionaux et internationaux, à mettre fin à la violence et à trouver une solution".



Le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, était lui attendu samedi en Jordanie, puis en Israël dans la foulée de pourparlers au Caire où il a rencontré notamment le président palestinien Mahmoud Abbas. Le président américain Barack Obama s'est lui inquiété vendredi, dans une conversation avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, des "risques d'une escalade (des violences) et de la perte de davantage de vies innocentes".



"Quatre étages de civils"



Les Gazaouis continuaient eux de crier leur désespoir, leur peur et leur colère contre Israël, accusé d'avoir réduit en poussière des centaines de maisons et d'immeubles.



"Quoi qu'il fasse, quoi qu'il bombarde ça ne change rien ! C'est un acte criminel ! Ce sont des civils ici, ils n'ont pas bombardé de militaires mais quatre étages de civils. C'est le terrorisme d'Etat israélien", s'emporte Adnan Hachem, devant les décombres de son immeuble.



Malgré les destructions, Benjamin Netanyahu a souligné ne pas pouvoir garantir le succès de l'opération militaire, la quatrième depuis qu'Israël s'est retiré unilatéralement de Gaza en 2005. La nouvelle spirale de violences a été déclenchée après le rapt et le meurtre de trois étudiants israéliens en juin, attribués par Israël au Hamas, suivis de l'assassinat d'un jeune Palestinien brûlé vif à Jérusalem, pour lequel trois juifs ont été inculpés.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1k0GCAq

via Actualité

Manifestation pro-Palestine interdite à Paris: les organisateurs veulent saisir le Conseil d'Etat

Manifestation pro-Palestine interdite à Paris: les organisateurs veulent saisir le Conseil d'Etat GAZA - Les autorités ont interdit vendredi 18 juillet des manifestations de soutien aux Palestiniens, prévues ce week-end à Paris et à Sarcelles (Val-d'Oise), suscitant la colère d'organisateurs. Ils ont saisi la justice pour obtenir gain de cause, en vain puisque le tribunal administratif a confirmé l'interdiction.



D'autres manifestations sont prévues ce week-end dans plusieurs grandes villes, alors qu'Israël intensifie son offensive sur Gaza avec un assaut terrestre qui a coûté la vie à plus de 50 Palestiniens depuis jeudi soir.



"Contexte de tension accrue"



Comme elle l'avait laissé entendre depuis plusieurs jours, la préfecture de police de Paris, faisant valoir "le contexte de tension accrue", a interdit la manifestation pro-palestinienne prévue samedi dans la capitale, après les heurts survenus dimanche dernier devant deux synagogues en marge d'une manifestation pro-Gaza.



Elle a aussi invoqué "des risques graves de troubles à l'ordre public", à l'instar de François Hollande qui, depuis le Niger où il est en déplacement, a également mis en garde contre une "importation du conflit en France".



Un autre défilé pro-palestinien, prévu dimanche à Sarcelles (Val-d'Oise), et un rassemblement pro-israélien organisé simultanément au même endroit par la Ligue de défense juive (LDJ), ont été interdits.



"Une décision politique extrêmement grave"



Les organisateurs de la manifestation parisienne ont immédiatement introduit un recours en urgence devant la justice administrative, dans l'espoir de pouvoir la maintenir. Mais le tribunal administratif de Paris l'a rejeté dans la soirée, invoquant un climat de "vive tension exacerbée par la recrudescence du conflit israélo-palestinien".



L'avocat des organisateurs, Me Hosni Maati, a affirmé à l'AFP que ses clients avaient l'intention de saisir le Conseil d'Etat. Lors d'une conférence de presse, ils avaient dénoncé une décision "qui s'oppose à une liberté fondamentale", selon Me Maati, et qui risque selon eux de provoquer des troubles.



"Je suis scandalisé, c'est une décision politique extrêmement grave de la part d'un gouvernement qui devra en payer le prix politique", a réagi Youssef Boussoumah du parti des Indigènes de la République.



Des centaines de personnes attendues à Barbès



Pour la Ligue des droits de l'Homme (LDH), cette interdiction constitue "une entrave manifeste à une liberté constitutionnelle et un déni de la réalité".



Six députés socialistes, ainsi que EELV, ont protesté contre cette interdiction, appelant le gouvernement à revenir sur cette décision. "Le seul camp que la France doit choisir, c'est celui de la paix. Aujourd'hui, nous refusons la décision trop hâtive du ministère de l'Intérieur", ont-ils écrit.



Le NPA (Nouveau parti anticapitaliste), "indigné" par cette décision, avait prévenu qu'il appellerait tout de même à un rassemblement si l'interdiction étaient maintenue. Que la manifestation parisienne soit autorisée ou non, ses organisateurs s'attendent à ce que "des centaines ou des milliers de personnes affluent vers Barbès", départ initialement prévu du cortège, samedi.



Nombreux cortèges en province



D'autres manifestations devaient être organisées samedi à Lille, Nantes, Lyon, Saint-Etienne, Marseille, Montpellier, Toulouse. En revanche, une manifestation prévue à Nice, organisée via des réseaux sociaux sans déclaration préalable, a été interdite par le préfet.



Vendredi soir, une centaine de manifestants se sont rassemblés sur la Grand'Place de Lille, scandant notamment "Occuper est un crime, résister est un droit". A Toulouse, près de 150 personnes, selon un journaliste de l'AFP, ont brandi des banderoles "Arrêt des bombardements" tandis qu'à Nice quelque 350 personnes se sont écriées "Israël assassin", s'allongeant plusieurs fois dans la rue pour symboliser les pertes humaines à Gaza.



Dans la matinée, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'était prononcé pour l'interdiction de la manifestation à Paris, jugeant "intolérables" les "actes violents" du week-end dernier. Des incidents avaient éclaté devant deux synagogues, dont l'une située rue de la Roquette près de la Bastille, à la fin d'une manifestation pro-palestinienne ayant rassemblé 7.000 personnes selon la police, 30.000 selon les organisateurs.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1jI6BvX

via Actualité

Crash du vol MH17: six experts du sida étaient à bord de l'avion, pas une centaine

Crash du vol MH17: six experts du sida étaient à bord de l'avion, pas une centaine MH17 - Six experts de la lutte contre le sida étaient à bord de l'avion de Malaysia Airlines qui s'est écrasé au-dessus de l'Ukraine. Ils n'étaient donc pas une centaine comme la presse l'avait évoqué, a dit à l'AFP la présidente de la Société internationale sur le sida (IAS).



Ces experts se rendaient à la conférence de Melbourne organisée par l'IAS (International Aids Society). "Le nombre que nous avons confirmé à travers nos contacts avec les autorités australiennes, malaisiennes et néerlandaises est de six personnes. Cela pourrait être un peu plus élevé mais pas autant que les chiffres qui ont été annoncés", a-t-elle déclaré.



Joep Lange, figure mondiale en matière de lutte contre le virus



La presse australienne avait évoqué vendredi le chiffre d'une centaine de spécialistes du sida - médecins, chercheurs, militants - à bord de l'avion. Le vol MH17 de Malaysia Airlines, parti jeudi d'Amsterdam pour rejoindre Kuala Lumpur, s'est écrasé dans l'est de l'Ukraine, vraisemblablement abattu en plein vol par un tir de missile, dans cette région en plein conflit.



Les 298 personnes à bord sont toutes mortes. Parmi elles, le chercheur néerlandais Joep Lange, une des figures mondiales en matière de lutte contre le virus. Il avait présidé l'IAS de 2002 à 2004. Michel Sidibe, directeur d'Onusida, avait tweeté que de "nombreux" délégués à la conférence étaient à bord.














Parmi les autres morts confirmés, figurent Pim de Kuijer de STOPAIDSNOW, ainsi que Lucie van Mens, directrice d'AIDS Action Europe et sa collègue Maria Adriana de Schutter. Glenn Thomas, un porte-parole de l'OMS (Organisation mondiale de la Santé) et Jacqueline van Tongeren, de l'institut Amsterdam pour la santé mondiale et le développement étaient également à bord de l'appareil.



Un sommet mondial sous le choc



Le sommet mondial sur le sida, qui s'ouvre ce week-end en Australie, était sous le choc samedi, après la disparition de plusieurs spécialistes et militants dans le crash de l'avion malaisien en Ukraine. "Nous sommes toujours en état de choc", a déclaré à l'AFP Francoise Barre-Sinoussi, prix Nobel de médecine et présidente de la présidente de la Société internationale sur le sida (IAS).



La tristesse et le désarroi étaient palpables dans les couloirs du centre de convention de Melbourne (sud), à la veille de l'ouverture de la 20e conférence internationale sur le sida, plus importante réunion consacrée à l'épidémie, qui se tient tous les deux ans. Quelque 12.000 participants sont attendus pendant cinq jours, dont l'ancien président américain Bill Clinton. "Penser à ces gens qui sont morts en plein ciel, c'est dur", a-t-il déclaré sur CNN. Ils "sont en quelque sorte des martyrs de la cause dont ils allaient parler en Australie".



Pour Michel Sidibe, directeur d'Onusida, le programme qui coordonne l'action des agence de l'Onu pour lutter contre la pandémie, "nous devons utiliser cette période de tristesse pour faire avancer notre programme, un programme pour sauver la vie de millions d'êtres humains".



Quelque 35 millions de personnes dans le monde vivent avec le virus du sida. Les décès liés à la maladie ont chuté de plus de 30% en dix ans, tout comme le nombre de nouvelles infections par le VIH, laissant espérer que l'épidémie puisse être vaincue d'ici à 2030, selon Onusida.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1tgOiOV

via Actualité

Vacances: Bison futé classe la journée de samedi rouge dans le sens des départs

Vacances: Bison futé classe la journée de samedi rouge dans le sens des départs ROUTES - Pour ce troisième weekend des congés scolaires, la circulation en direction du Sud sera encore difficile ce samedi 19 juillet le matin comme l'après-midi, selon les prévisions de Bison futé publiées mercredi.



Après un vendredi classé orange au niveau des départs et vert pour les retours, ce samedi est lui classé rouge dans le sens des départs et orange dans le sens des retours. Il est conseillé d'éviter les contournements de Paris et Lyon entre 06h00 et 14h00, les grandes autoroutes de la moitié nord du pays de 09H00 à 16h00 et celles de la moitié sud de 10h00 à 18h00.



Conditions optimales dimanche



Pour le dimanche 20 juillet en revanche, Bison futé prévoit des conditions de circulation optimales, même si l'on peut s'attendre à quelques ralentissements de type "retour de week-end" en direction des grandes métropoles entre 16h00 et 19h00.



Au cours du week-end, les étapes alpines du Tour de France cycliste devraient provoquer une circulation dense sur les autoroutes qui permettent de rejoindre le tracé, en plus des difficultés liées au trajet emprunté par les coureurs. Il faudra également tenir compte des orages prévus samedi après-midi et dans la nuit de samedi à dimanche, qui pourraient eux aussi perturber la circulation.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1rp2p6Z

via Actualité

Météo: sept nouveaux départements en alerte, 43 au total en vigilance orange "orages"

Météo: sept nouveaux départements en alerte, 43 au total en vigilance orange "orages" ORAGES - Météo-France a placé sept nouveaux départements en de vigilance orange "orages", a levé la vigilance orange "orages" sur trois et l'a maintenue sur sept autres samedi dans son bulletin de 06h. Le Cher, L'Eure, L'Eure-et-Loir, l'Indre, le Loir-et-Cher, le Loiret et la Seine-Maritime sont placés en vigilance orange "orages" jusqu'à dimanche à 03h.



Par ailleurs, Météo France a levé la vigilance orange "orages" pour trois départements l'Ille-et-Vilaine, la Loire-Atlantique, et la Vendée. Météo-France maintient le suivi pour le Calvados, l'Indre-et-Loire, le Maine-et-Loire, La Manche, la Mayenne, l'Orne et la Sarthre. La nouvelle vague orageuse débutera en fin d'après midi et nuit prochaine des Pyrénées au Nord du pays.



meteo





Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.



from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1yFNLcq

via Actualité

PHOTOS. Les maillots de football 2014-2015 qui sortent de l'ordinaire

Bison futé, bouchons... Pour ne pas gâcher le départ en vacances, 12 solutions afin d'occuper les enfants pendant le trajet

Bison futé, bouchons... Pour ne pas gâcher le départ en vacances, 12 solutions afin d'occuper les enfants pendant le trajet VACANCES - Avant d'aller prendre le soleil en écoutant le doux roulis des vagues, il va falloir prendre l'autoroute du soleil et ses embouteillages. Si cela ne tenait qu'à vous, vous alterneriez entre conduite et sieste bien méritée. Oui mais, ce serait un peu vite oublier vos enfants qui n'ont aucune envie de passer tout ce temps à dormir.



Pour ne pas que le temps leur semble trop long, Le HuffPost est allé chercher 12 activités pour enfants de tous âges. Après la dixième partie de ni oui ni non, il y a fort à parier qu'ils rêveront d'un autre jeu (et vous aussi).



Suivez le guide tout en finissant vos valises.



Les jeux à improviser dans la voiture






  • Le jeu des couleurs






Temps : 7 minutes par manche



Un adulte ou un enfant choisit une couleur. Pendant 5 à 10 minutes, les membres de la voiture doivent trouver le plus de choses (voitures, éléments du paysages, animaux etc...) qui portent cette couleur. La personne qui a choisi la couleur compte les points. Celui qui remporte la manche choisit à son tour une couleur.




  • Les curiosités de la route






Temps : tout le trajet mais pas en continu



Au début du voyage, prévoyez une liste de choses que les enfants devront repérer tout au long du trajet : un nid d'oiseau, un pont au-dessus de l'autoroute, quatre voitures rouges d’affilée, trois enfants à l'arrière d'une voiture, un petit chien blanc, des oiseaux dans le ciel. Vous pouvez aussi prévoir des petits trésors à trouver à chaque arrêt sur les aires d'autoroute : la machine à café, le sandwich au jambon, le toboggan, la barre de nougat de Montélimar. A la fin du trajet, comptez les points et récompensez le vainqueur comme le perdant par une glace bien méritée!



tree road france




  • "Je vole"






Temps : 2 minutes par manche



Ce jeu demande de la rapidité et de la concentration. L'adulte qui ne conduit pas doit énumérer des animaux, choses et personnes. Les enfants doivent répondre "je vole" ou "je ne vole pas" sans se tromper. On vous laisse décider si le brigand vole ou ne vole pas! Dans la même veine, vous avez aussi le ni oui ni non ou les devinettes (le site unedevinette.com devrait vous donner quelques idées)




  • Les plaques d'immatriculation






Temps : 5 minutes



Difficile désormais de réviser sa géographie française tant que le nombre du département est écrit petit mais si vous avez des yeux de lynx, lancez-vous! Sinon, vous pouvez toujours chercher à donner du sens aux deux premières lettres de votre numéro d'immatriculation en inventant un acronyme!



Les jeux qui demandent un peu de préparation






  • Le tupperware dessin






Temps : 10 minutes



Les enfants qui aiment dessiner seront un peu frustrés pendant leur trajet en voiture, difficile de dessiner sur ses genoux et sur la tablette du dossier qui ne tient pas bien devant soi et on ne parle pas des feutres et crayons de couleurs qui se font la malle au premier virage. Une maman américaine a imaginé un système astucieux pour dessiner dans ce genre de situation. Une petite boîte avec couvercle (elle a pris une boîte de pansements) avec un bloc de post-it et des craies grasses et le tour est joué. Voilà de quoi s'appuyer et de quoi ne pas perdre ses couleurs.



family car




  • Le questionnaire des vacances






Temps : 20 minutes



Partir en vacances, c'est déjà être en vacances. Pour être sûr de se mettre dans l'ambiance dès le trajet sur l'autoroute. Rappelez les plus beaux souvenirs de vos précédentes vacances. Quelle est la plus belle plage que vous ayez vu? Où avez-vous mangé la meilleure glace? Vous souvenez-vous de votre plus gros fou rire de vacances? Quelle paysage vous a le plus marqué? La blogueuse américaine, la petite fashionista propose pour les anglophones, les 30 questions qu'elle préfère se poser pendant un trajet en voiture (voir ci-dessous). Quel serait le voyage de vos rêves? Quel serait le prénom de votre premier enfant? Quelle est votre plus grande peur?



road trip questions




  • Le cahier de souvenirs






Temps : 20 minutes



Pour que les enfants gardent un beau souvenir de leurs vacances, vous pouvez leur acheter un joli cahier qu'ils pourront choisir dans les jours qui précèdent le départ. Pendant le trajet aller, ils pourront dessiner, écrire, coller des autocollants pour préparer ce qu'ils vont voir, faire ou manger. S'ils savent lire, écrivez sur chaque page, une petite consigne : dessinez la plage/la montagne/la piscine/la campagne que vous allez voir tous les jours, dessinez les fleurs/les arbres/ les végétaux/les animaux que vous allez découvrir pendant les vacances, imaginez la glace que vous allez manger, dessinez les enfants avec qui vous allez jouer pendant les vacances. Pour le trajet retour, vous pourrez ressortir le dit cahier et demandez à vos enfants de dessiner leurs souvenirs. Ils pourront aussi coller des cartes postales, des petites cartes, prospectus, photos développées.




  • Le karaoké






Temps : 1 heure



Avant le départ, demandez à chaque enfant et adulte dans la voiture de préparer cinq chansons.Vous êtes en charge de la playlist, à vous de rassembler les CD ou de télécharger - légalement évidemment - les playlists de tout le monde sur votre téléphone ou tablette. Imprimez les paroles ou enregistrez-les sur vos appareils et lancez-vous dans une partie de karaoké endiablée. Alternez les chansons des uns et des autres, c'est l'occasion de découvrir les goûts de vos enfants et réciproquement.



family car



Les occupations qui demandent du matériel






  • La boîte à douceurs






Temps : tout le trajet (si tout se passe bien)



Prévoyez pour chaque enfant une boîte de gourmandises comprenant des petits snacks pour que le voyage semble moins long. Une maman américaine a eu l'idée d'acheter des boîtes à compartiments et de la customiser aux noms de ses enfants. Sans aller jusque là, vous pouvez préparer avec vos enfants la veille du départ une boîte pour chacun avec produits qu'ils aiment : fruits, bonbons, petits gâteaux, noix en tout genre. La règle est simple, chaque enfant a la même quantité. Ils devront se contenter de cette boîte pour tout le trajet (hors pique-nique). S'ils sont trop jeunes, gardez les boîtes avec vous à l'avant pour éviter que tout parte en quelques minutes. Une bonne manière d'essayer de responsabiliser les plus grands.



PS : n'oubliez pas une boîte pour vous et le conducteur!




  • Des dessins-animés et des documentaires






Temps : 1h30



Si vous avez la chance d'avoir un lecteur de dvd portatif ou un ordinateur/tablette à portée de main, voilà de quoi vous assurer au moins 1h30 de quiétude. En panne d'idées? Le site Fluctuat vous propose sa sélection des 10 meilleurs films de vacances sinon voici la sélection du Times des meilleurs films d'animation à emprunter dans la médiathèque de votre ville, évidemment!




  • Des livres






Temps : 1 heure



Pour les plus petits prenez des livres qu'ils connaissent pour qu'ils puissent se raconter l'histoire. Vous ne serez pas derrière avec lui pour découvrir un nouveau livre et l'y intéresser (sauf si vous aimez passer le trajet vers l'arrière de la voiture). Pour les plus grands, laissez-le évidemment choisir le livre, le magazine qu'il veut et oubliez un temps la rentrée et les conseils de lecture des professeurs. Lire en voiture n'est pas aisé, il faut qu'il soit captivé! Enfin, pensez aussi, aux histoires lues, un bon compromis pour les enfants qui ont tendance à être malade en voiture.



kids watching car




  • Des aplis






Temps : de 5 à 30 minutes



Colorier, jouer, apprendre l'alphabet, il existe des applications pour tout. Vous pouvez par exemple faire des puzzles assez simples avec "Mes premiers puzzles", créer de drôles d'animaux sur "Mousefish" ou encore faire des dessins très simples sur un tableau noir avec "Board" Le site 01.net vous propose une sélection assez larges d'applications pour les enfants suivant leur âge. Une blogueuse maman vous propose aussi ses applis préférées pour des enfants jeunes, un bémol cependant, ce sont des applis iPhone et iPad.



PS : n'oubliez pas l'adaptateur allume-cigare pour recharger vos appareils



Nous vous avons demandé sur Facebook vos astuces pour que le départ en vacances se passe le mieux possible, voici quelques conseils de mamans :
















Lire aussi:



3 conseils pour que votre enfant adopte un comportement positif par Audrey Akoun et Isabelle Pailleau

Livres pour enfants: la morale d'une histoire n'influence pas forcément leurs comportements

Les faux-pleurs des bébés pour attirer l'attention





Retrouvez les articles du HuffPost C'est la vie sur notre page Facebook.




Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.













from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1oTJHxV

via Actualité
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...