lundi 14 juillet 2014

L'opération israélienne à Gaza plus meurtrière que celle de 2012

L'opération israélienne à Gaza plus meurtrière que celle de 2012 INTERNATIONAL - Alors que les plus de 800 roquettes ayant atteint le territoire israélien en une semaine n'ont pas fait de mort, les frappes israéliennes ont tué lundi 14 Palestiniens, portant le bilan à au moins 184 morts et 1287 blessés dans la bande de Gaza, selon les secours palestiniens.



C'est un bilan désormais plus lourd que l'opération "Pilier de défense", menée en novembre 2012, qui avait déjà pour objectif de faire cesser les tirs de roquette de Gaza. Il y a deux ans, les hostilités avaient provoqué la mort de 177 Palestiniens et de six Israéliens en une semaine, rappelle Le Monde .



Et le bilan de l'opération 2014, "Bordure protectrice", devrait encore s'alourdir. Israël comme le Hamas ont en effet exclu toute trêve dans l'immédiat, au 7e jour de bombardements sur la bande de Gaza. Mais la diplomatie internationale s'active pour arracher un cessez-le-feu.



Le secrétaire d'Etat américain John Kerry est attendu mardi au Caire pour évoquer le dossier, tandis que ses homologues allemand et italien ont été dépêchés au Proche-Orient.



De hauts responsables de mouvement islamiste palestinien ont énuméré les conditions devant être acceptées par Israël avant tout arrêt des hostilités. En attendant, "personne ne peut dire quand la violence stoppera", a déclaré Mouchir al-Masri, un député et porte-parole du Hamas à Gaza. "Tout cessez-le-feu doit se fonder sur les conditions que nous avons mises en avant. Rien de moins ne sera accepté", a-t-il insisté.



Le Hamas exige l'arrêt des bombardements, la fin du blocus de Gaza en place depuis 2006, l'ouverture du poste-frontalier de Rafah avec l'Egypte et la libération des prisonniers arrêtés de nouveau après avoir été relâchés dans le cadre de l'accord d'échange du soldat israélien Gilad Shalit en 2011.



Un premier Palestinien été tué en Cisjordanie



Israël ne semble pas non plus prêt à la conciliation. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis de frapper "avec de plus en plus d'intensité" et accuse le Hamas d'utiliser "la population comme un bouclier humain". Les déclarations va-t-en-guerre des deux camps interviennent malgré l'accélération du ballet diplomatique.



John Kerry s'est dit à nouveau prêt dimanche à faciliter une cessation des hostilités. Le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier était lundi à Amman, avant une visite mardi à Jérusalem et à Ramallah, le siège de l'Autorité palestinienne en Cisjordanie. Son homologue italienne Federica Mogherini était attendue mercredi.



Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a estimé que "trop de civils palestiniens" avaient été tués et a redouté qu'une éventuelle offensive terrestre israélienne ne vienne alourdir ce bilan.



La Ligue arabe, dont les ministres des Affaires étrangères doivent se réunir lundi soir au Caire, a exhorté la communauté internationale à protéger Gaza, faisant écho à une demande dimanche du président Mahmoud Abbas de "placer officiellement l'Etat de Palestine sous le régime de protection internationale de l'ONU".



Sur le terrain, les hostilités n'ont pas cessé. Pour la première fois depuis le début de l'opération à Gaza, un Palestinien de 20 ans a été tué en Cisjordanie dans des heurts avec l'armée lors d'une manifestation lundi matin au sud de Hébron. Israël a aussi poursuivi sa campagne de répression en Cisjordanie occupée, en arrêtant 23 Palestiniens dans la nuit, dont 11 députés du Hamas.



La spirale de violences actuelles a été enclenchée après l'enlèvement et le meurtre de trois étudiants israéliens près de Hébron en juin, attribués par Israël au Hamas, suivis de l'assassinat d'un jeune Palestinien brûlé vif à Jérusalem, pour lequel trois suspects extrémistes juifs doivent être inculpés dans les prochains jours.



Plus du quart des décès sont des enfants



A Gaza, de nouvelles frappes ont touché des bases des brigades Ezzedine al-Qassam, la branche militaire du Hamas, et le Hamas continuait de lancer des volées de roquettes vers Israël.



Pour la première fois, l'armée israélienne a aussi abattu un véhicule aérien sans pilote (UAV) au-dessus d'Ashdod, à 30 km au nord de Gaza. Les brigades al-Qassam ont affirmé dans un communiqué avoir envoyé en Israël plusieurs de ces drones fabriqués à Gaza, et que certains avaient même survolé le ministère israélien de la Défense à Tel-Aviv.



"Tout indique, c'est dramatique, que les femmes et les enfants représentent une large part des victimes des frappes aériennes. A l'heure actuelle, plus du quart des décès sont des enfants", a déploré à Gaza le patron de l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA), Pierre Krahenbuhl.



Mais si l'armée poursuit ostensiblement ses préparatifs pour une opération terrestre de grande envergure, les médias israéliens ont indiqué qu'une réunion du cabinet de sécurité s'était achevée tard dimanche sans que la question soit tranchée. "Les résistants (palestiniens) en rêvent, que l'ennemi décident d'une invasion terrestre! Gaza sera leur cimetière si Dieu le veut", a promis le Hamas.



Lundi, beaucoup de familles du nord de l'enclave, parties dimanche à la hâte après avoir reçu l'ordre de l'armée israélienne d'évacuer leur domicile, sont retournées chez elles, les unes pour chercher des effets personnels, les autres dans l'espoir que l'accalmie se prolonge.



Selon l'UNWRA, quelque 17.000 personnes ont trouvé refuge dans les écoles qu'elle gère sur place. Mais l'accueil y est difficile. "Il y a très peu d'eau, de nourriture et les enfants n'ont rien à faire. On dort à même le sol", a raconté Rehab, une réfugiée de 27 ans.





Bande de Gaza, les civils fuient vers le sud... par BFMTV







À LIRE AUSSI:

» Abbas demande à l'ONU de placer la "Palestine sous protection internationale"

» Israël-Palestine: les réseaux sociaux français se déchaînent

» REPORTAGE: "On leur dit que la guerre sera bientôt finie..."




Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1rbPrcF

via Actualité

VIDÉO. Une impressionnante et fulgurante tempête de grêle en Sibérie

VIDÉO. Une impressionnante et fulgurante tempête de grêle en Sibérie INSOLITE - La météo prévoyait une journée ensoleillé et suffocante samedi 12 juillet au-dessus de cette plage populaire de Novossibirsk -la plus grande ville de Sibérie- le long de la rivière Ob. Et pourtant...



Malgré les 37 degrés, une violente averse de grêle s'est abattue en quelques secondes sur des baigneurs complètement pris de cours, qui se sont réfugiés comme ils pouvaient sous des parasols. Certains grêlons ont atteint la taille de balles de golf...



"C'était comme être frappé par la pluie, raconte une femme au Siberian Times . Mon mari était en train de protéger notre petite fille, mais il a été exposé à la grêle et il a maintenant des ecchymoses de partout".



» Voir la vidéo en haut de l'article







À LIRE AUSSI: Un orage supercellulaire et des grêlons de 10 cm aux Etats-Unis



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1wmCTNq

via Actualité

L'Église anglicane d'Angleterre vote pour l'ordination de femmes évêques

L'Église anglicane d'Angleterre vote pour l'ordination de femmes évêques INTERNATIONAL - L'Eglise anglicane d'Angleterre réunie en synode général a voté lundi en faveur de l'ordination de femmes évêques, une réforme historique qui la divisait depuis des décennies.



Les délégués réunis à York (nord de l'Angleterre) se sont prononcés en faveur de cette réforme, promue par l'archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, chef spirituel de 80 millions d'Anglicans dans le monde.



Le vote, accueilli par des manifestations d'approbation, pourrait déboucher sur la nomination de premières femmes évêques avant la fin de l'année, en vue de leur ordination en 2015.



Un précédent vote, en novembre 2012, avait échoué de seulement six voix. Les deux premiers collèges des évêques et du clergé avaient validé la réforme à la majorité requise des deux tiers, mais elle avait achoppé sur des résistances au sein du collège des laïcs.



L'échec avait ravivé de profondes divisions au sein de cette Eglise, qui autorise pourtant l'ordination de femmes prêtres depuis 1992.



La réforme, soutenue par le Premier ministre David Cameron, doit être endossée par le Parlement avant de recevoir l'assentiment de la reine Elizabeth II, qui est gouverneur suprême de l'Eglise d'Angleterre.



Elle devra ensuite revenir devant un synode général en novembre pour être définitivement entérinée, une étape qui s'annonce comme devant être une formalité. D'autres Eglises anglicanes, comme celles des États-Unis, d'Australie, du Canada, autorisent déjà les femmes évêques.







Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1sUuikX

via Actualité

Le Tour de France des Français, après les abandons de Froome, Contador et Schleck?

Le Tour de France des Français, après les abandons de Froome, Contador et Schleck? TOUR DE FRANCE - Et si ce Tour de France 2014 était celui des Français? Après l'abandon d'Andy Schleck lors de la 3e étape, de Chris Froome lors de la 5e étape et celui d'Alberto Contador lors de la 10e étape, la voie s'est considérablement dégagée en haut du classement général.



Si bien que seul l'Italien Vincenzo Nibali, nouveau maillot jaune lundi, demeure désormais le seul favori -annoncé avant le départ- encore en course sur ce Tour.



Mais cette hécatombe parmi les favoris à la victoire finale pourrait bien donner des ailes aux coureurs français, qui n'ont jamais été aussi nombreux dans le top 20 (six) à mi-parcours. Parmi eux, trois peuvent rêver aux places d'honneur à Paris (voir ci-dessous). Et pourquoi pas un maillot jaune tricolore sur les Champs-Elysées, ce qui n'est plus arrivé depuis 1985 et la victoire de Bernard Hinault? Pas impossible, mais ce sera tout de même très compliqué avec la domination de Nibali qui semble débuter sur ce Tour.



LIRE AUSSI: Après Froome, Contador abandonne sur le Tour



• Romain Bardet, AG2R-La Mondiale, 23 ans, 4e au général





romain bardet



Quinzième du Tour de France l'an passé, il est le Français qui est régulièrement cité en tant que meilleure chance tricolore du peloton cette année. Avant le Tour, Romain Bardet, coleader de la formation française AG2R-La Mondiale avec Jean-Christophe Péraud, avait assuré avoir "le niveau physique pour se bagarrer pour le top 10" tout en restant "prudent" face aux aléas de la course.



"Je redoute un peu la première semaine, avait-il expliqué avant le Tour. A la veille des étapes vosgiennes, je ferai le point et si je suis bien classé, ce sera tout pour le général. Je préfère être prudent, j'ai peur d'une déception dans la première semaine." Au contraire, celle-ci s'est donc très bien déroulée pour l'Auvergnat de 23 ans. Et après les Vosges, le voici solidement ancré à la 4e place du général, à 3 min 01 de Vincenzo Nibali.



Rassuré et très bien placé après ces dix premières étapes, on pourrait désormais voir un Bardet à l'attaque, si l'on se fie toujours à son discours d'avant-Tour: "Je suis arrivé en très bonne forme, il y a 21 étapes donc s'il n'y a pas de gros pépins, j'aurais tout le loisir de m'exprimer. Je ne vais pas me contenter de suivre. J'ai vraiment envie de décrocher une victoire d'étape et il ne va pas falloir faire que suivre pour arriver à cet objectif".







• Tony Gallopin, Lotto-Belisol, 26 ans, 5e au général





tony gallopin



Quoi de plus beau pour un Français que de passer un 14 juillet avec le maillot jaune sur les épaules? Tony Gallopin, qui s'est emparé de la tunique de leader lors de la 9e étape dimanche, l'a finalement abandonnée dès le lendemain soir après la première étape montagneuse entre Mulhouse et La Planche des Belles Filles. Le coureur de l'équipe Lotto-Belisol pointe désormais à la 5e place du classement général, à 3 min 12 du leader italien.



C'est en soi déjà une récompense pour ce coureur de 26 ans qui suit une progression discrète mais assurée pour devenir un coureur complet. Issu d'une famille de cyclistes passionnés, il est l'un des jeunes Français les plus constants depuis quelques années, courtisé par les plus grandes écuries.



"C'est le meilleur Français mais on ne parle pas beaucoup de lui. (Désormais), on va être obligé d'en parler", soulignait dimanche soir son oncle Alain Gallopin, son plus proche conseiller, directeur sportif de l'équipe Trek. "Il était près du maillot jaune il y a deux ans lors de l'étape où Thibaut Pinot a gagné (à Porrentruy, ndlr), rappelle-t-il. (...) Je pense que c'est mérité."



Depuis quelques années, avec son profil de coureur puncheur, il se fait une place dans le peloton, terminant régulièrement dans le Top 10. Il ne compte qu'une seule victoire de prestige, sur la Clasica San Sebastian l'an dernier et son maillot jaune de dimanche est le premier sommet de sa jeune carrière.



"Il est toujours gentil, aimable et c'est un bon coureur", loue Marc Sergeant le directeur sportif de l'équipe belge Lotto qu'il a rejointe cette année. "Il est en train de se développer encore. Il a beaucoup maigri pour le Dauphiné et le Tour et on voit clairement qu'il monte beaucoup mieux qu'avant."



"C'est la récompense de beaucoup d'efforts depuis tant d'années. Quand on vit le quotidien d'un sportif, on voit que c'est beaucoup de sacrifices", ajoutait dimanche soir sa compagne Marion Rousse, elle-même cycliste de haut niveau.



S'il n'est plus maillot jaune au soir du 14 juillet, Tony Gallopin s'est en tout cas inscrit dans la lignée du cyclisme français sur le Tour, en devenant le premier Français à le porter depuis Thomas Voeckler en 2011.







• Thibaut Pinot, FDJ.fr, 24 ans, 6e au général





thibaut pinot



Brillant deuxième de la première étape de montagne lundi -à seulement 15 secondes du vainqueur Nibali-, le Français Thibaut Pinot s'est hissé au 6e rang du général après la 10e étape.



En fait, Thibaut Pinot n'en finit plus de monter. A 24 ans, il a terminé dans le top 10 de deux des trois grands tours qu'il a déjà disputés (10e du Tour 2012, 7e de la Vuelta 2013). Il faut dire que ses qualités foncières de grimpeur, au potentiel reconnu, plaident en sa faveur.



Seule contre-performance connue pour le moment: son abandon du Tour l'an passé dans un contexte d'attente démesurée autour de lui. Depuis, le protégé de Marc Madiot a travaillé pour gommer son appréhension dans les descentes. Il a progressé aussi dans les contre-la-montre comme l'a souligné son récent Tour de Suisse qu'il a terminé à une place peu significative à cause d'une bronchite (15e).



Christian Guiberteau, l'un des responsables de l'équipe Giant engagée sur le Tour, est catégorique parmi la classe française cette année: "Je ne vois que Thibaut Pinot". De son côté, Philippe Mauduit, qui dirige l'équipe Tinkoff (celle de Contador) voit le Français dans les hauteurs du général: "Pour Pinot, un top 5 serait une belle performance".







Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/WcP0lE

via Actualité

VIDÉO. Fête nationale du 14 juillet. Interviewé, François Hollande se répète: "La reprise est là", les critiques aussi

VIDÉO. Fête nationale du 14 juillet. Interviewé, François Hollande se répète: "La reprise est là", les critiques aussi FÊTE NATIONALE - François Hollande a changé de lunettes, mais pas de discours, quitte à se répéter.



Interviewé sur TF1 et France 2 après le défilé de la Fête nationale du 14 juillet, le président de la République a promis de nouvelles baisses d'impôts en 2015, mais a surtout utilisé une formule qu'il avait déjà employée il y a un an jour pour jour pour évoquer la santé économique de la France: "La reprise est là".



Des mots déjà entendus par le passé, ce qu'assume d'ailleurs François Hollande, mais ce qu'a aussi pointé du doigt l'opposition. Des extraits à découvrir dans notre vidéo au-dessus de cet article.



Dans cette même interview, le chef de l'État s'est aussi laissé allé à un étonnant lapsus, alors qu'il évoquait la mise en examen de Nicolas Sarkozy dans l'affaire des écoutes. Défendant la présomption d'innocence, François Hollande a dû se reprendre après avoir utilisé le terme de "prisonnier innocent" pour son prédécesseur à l'Elysée, plutôt "présumé innocent".



Ce fut d'ailleurs une journée délicate pour François Hollande, qui, dans la mâtinée, avait dû subir les sifflets et les huées de certains opposants disséminés le long des Champs-Elysées lors du défilé, avant de s'offrir un bain de foule bien plus reposant.







LIRE AUSSI:



» Revivez le live du défilé du 14 juillet avec le meilleur du Web

» VIDÉO. 100 ans plus tard, les Poilus défilent à nouveau

» VIDÉO. Revoir le lâcher de colombes en clôture du défilé du 14 juillet

» Christiane Taubira (ré)explique pourquoi elle n'a pas chanté la Marseillaise





Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1oXA4zG

via Actualité

Tour de France: Alberto Contador abandonne lors de la 10e étape

Tour de France: Alberto Contador abandonne lors de la 10e étape SPORT - L'Espagnol Alberto Contador a abandonné le Tour de France lundi après avoir chuté dans la 10e étape, entre Mulhouse et La Planche des Belles Filles.



L'abandon de Contador, double vainqueur du Tour en 2007 et 2009, survient cinq jours après celui du vainqueur sortant, le Britannique Chris Froome.



LIRE AUSSI: Chute et abandon de Froome lors de la 5e étape du Tour



Contador est tombé au 64e kilomètre de cette étape de 161,5 kilomètres, la plus dure du triptyque des Vosges. L'Espagnol s'est retrouvé à terre, au bas de la descente du Petit Ballon, juste avant le début de l'ascension du Platzerwasel.



Touché notamment au genou droit, ensanglanté, le double vainqueur du Tour de France a dû se faire poser un bandage par le service médical.



L'Espagnol, dos abîmé, cuissard déchiré sur le fessier gauche, a passé plusieurs minutes à se faire soigner et à changer l'une de ses chaussures endommagée dans la chute.



Il est reparti à plus de quatre minutes du peloton. Attendu par plusieurs équipiers (Bennati, Morkov, Roche), il a grimpé le Platzerwasel, mais a fini par capituler quelques minutes après avoir franchi le sommet et échangé quelques mots avec le responsable de la formation Tinkoff (Bjarne Riis). Contador a pris place dans sa voiture d'équipe, dans le brouillard enveloppant les Vosges.



Par le passé, le Madrilène est tombé rarement sur le Tour. Mais une chute, survenue dès la première étape, l'avait déjà handicapé dans le Tour 2011 dont il avait pris à Paris la 4e place, après avoir enflammé la course dans les Alpes pendant la troisième semaine.



Cette année, Contador a réalisé un quasi sans-faute dans son approche du Tour, dont il avait fait son grand objectif de la saison. Il a gagné deux courses du calendrier mondial, Tirreno-Adriatico et le Tour du Pays Basque, et a pris la deuxième place dans deux autres, le Tour de Catalogne et le Critérium du Dauphiné.



Contador, 31 ans, occupait la 9e place du classement général au départ de Mulhouse, à 4 min 08 sec du maillot jaune porté par le Français Tony Gallopin.







Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1jrmpD9

via Actualité

L'écrivain sud-africain Nadine Gordimer, prix Nobel de littérature, est morte à 90 ans

L'écrivain sud-africain Nadine Gordimer, prix Nobel de littérature, est morte à 90 ans DÉCÈS - La romancière sud-africaine Nadine Gordimer, prix Nobel de littérature 1991 et engagée dans la lutte contre l'apartheid, est morte dimanche à l'âge de 90 ans, a indiqué le cabinet d'avocats Edward Nathan Sonnerbergs.



Le cabinet a publié lundi un communiqué de la famille précisant que Nadine Gordimer était morte paisiblement durant son sommeil, dans sa maison de Johannesburg.



"Ses plus grandes fiertés", rappellent ses enfants dans leur communiqué, "n'était pas seulement d'avoir reçu le prix Nobel de littérature en 1991, mais aussi d'avoir témoigné (à un procès) en 1986, contribuant à sauver la vie de 22 membres de l'ANC, tous accusés de trahison".



Une plume sans concessions



Née le 20 novembre 1923, l'écrivain était la fille d'immigrants juifs venus d'Europe de l'Est. Sud-Africaine, elle avait toujours refusé de quitter son pays, même aux heures les plus sombres de l'apartheid, le régime de ségrégation raciale en place entre 1948 et 1994.



Auteur de quinze romans et de nombreux volumes de nouvelles, elle a ausculté les maux de sa société d'une plume sobre et sans concessions.



Depuis l'avènement de la démocratie en 1994, elle n'hésitait pas non plus, malgré son grand âge, à pointer les défauts du nouveau pouvoir des successeurs de Nelson Mandela.







Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1zBuHNR

via Actualité

VIDÉO. Fête nationale du 14 juillet: Christiane Taubira (ré)explique pourquoi elle n'a pas chanté La Marseillaise

VIDÉO. Fête nationale du 14 juillet: Christiane Taubira (ré)explique pourquoi elle n'a pas chanté La Marseillaise FÊTE NATIONALE - Présente aux cérémonies du 14 juillet à Paris, la garde des Sceaux, Christiane Taubira, n'a une nouvelle fois pas chanté La Marseillaise. Au micro de France Télévisions, la ministre a réexpliqué pourquoi elle ne l'a pas fait.



"Je ne chanterai jamais La Marseillaise lorsqu'il y a une chanteuse lyrique ou un chanteur lyrique. Je ne chanterai jamais La Marseillaise lorsque c'est un grand moment de recueillement", a martelé Christiane Taubira.





"S'ils veulent faire un feuilleton, ils le feront, continue-t-elle. Je chante La Marseillaise, je l'ai chantée dans de nombreuses circonstances. Je l'ai chanté encore hier soir (dimanche) au ministère de la Défense. Je la chanterai chaque fois que la circonstance justifie que je la chante et je la chante en respectant ce chant. Parce que je ne perds pas de vue, je ne perds jamais la mémoire de ce qu'a représenté le sacrifice considérable, colossal, pour celles et ceux qui sont partis pour défendre la paix, pour défendre la liberté."



"J'ai trop de respect pour ça, dit-elle sur France Télévisions. Par conséquent je n'instrumentalise pas ce chant. Je sais lorsqu'il faut se recueillir, je sais lorsqu'on peut le chanter presque en braillant dans des meetings, dans des réunions publiques, dans des moments de fête, mais lorsqu'il y a une voix lyrique qui s'élève, je ne mêle pas la mienne."



Le précédent du 11 mai



Le 11 mai, lors de la commémoration de l'esclavage, la ministre de la Défense n'avait pas entonné La Marseillaise, pour la même raison. L'UMP et l'extrême droite avaient alors attisé la polémique.



Face au tollé provoqué, Christiane Taubira avait ensuite publié ce message sur Facebook pour se justifier:



















À LIRE AUSSI:

» Taubira explique pourquoi elle ne chante pas toujours l'hymne national

» 14 juillet: Hollande sifflé, plusieurs personnes interpellées

» La Fête nationale du 14 juillet avec le meilleur du Web




Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1ozri9u

via Actualité

Fête nationale du 14 juillet: Hollande promet de nouvelles baisses d'impôts pour 2015

Fête nationale du 14 juillet: Hollande promet de nouvelles baisses d'impôts pour 2015 POLITIQUE - Pas d'annonce mais une confirmation prudente pour cette troisième interview présidentielle du 14 juillet. Conformément à ce qu'avaient laissé entendre Manuel Valls et Arnaud Montebourg avant lui, François Hollande s'est engagé ce lundi à réduire une nouvelle fois les impôts des Français en 2015.



Un geste fiscal dont l'ampleur est encore inconnue mais qui marque la volonté de l'exécutif de mettre un terme à l'inflation du taux d'imposition depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir.



Alors que plus de trois millions de Français verront déjà le montant de leurs impôts baisser en 2014, "on fera en sorte qu'il y ait plusieurs centaines de milliers de Français qui paient moins d'impôts" en 2015, a confirmé le chef de l'Etat lors de la traditionnelle interview télévisée du 14 juillet à l'Élysée sur TF1 et France 2.



VIDEO - Sarkozy "prisonnier innocent": le drôle de lapsus de Hollande





Vers un manque à gagner d'un milliard d'euros



Au total, 3,2 millions de foyers fiscaux sont touchés par le geste annoncé en mai pour cette année par le Premier ministre Manuel Valls. Le tout pour une somme avoisinant les 1,16 milliard d'euros. Cette mesure permettra notamment à 1,2 million de ménages de sortir de l'impôt et à 600.000 qui y seraient rentrés de continuer à ne pas être imposés, comme l'a rappelé François Hollande lors de cet entretien du 14 juillet. Elle s'appliquera dès les avis d'imposition de septembre pour les revenus de 2013.



Pour 2015, François Hollande s'est attaché à lier les efforts budgétaires exigés aux collectivités et à la Sécu à un effort de redistribution à l'égard des classes moyennes. "Pourquoi est-ce qu'on fait des économies budgétaires? On fait en sorte de les investir dans les entreprises pour qu'il y ait de l'emploi et puis on fait en sorte que les Français paient moins d'impôts", a-t-il insisté.



Selon des informations non confirmées parues dans la presse, le nouveau coup de pouce fiscal pourrait concerner les revenus inférieurs à deux fois le smic, soit 2 200 euros net par mois, pour un célibataire.



François Hollande s'est toutefois bien gardé d'avancer des chiffres trop précis sur l'ampleur du nouveau geste fiscal à venir. "Les impôts c'est un sujet sensible. [...] Je vous ferai connaitre les décisions le moment venu parce que je ne veux pas promettre ce qui n'est pas possible de tenir", a-t-il prévenu en fin d'entretien.



LIRE AUSSI - Hollade sifflé le 14 juillet, plusieurs interpellations





L'inversion de la courbe du chômage: une "erreur"



Des mots prudents alors que l'opinion et la ,presse lui reprochent encore de ne pas avoir tenu sa promesse emblématique d'inverser la courbe du chômage à la fin de l'année 2013. Le président de la République est d'ailleurs revenu sur cet engagement déçu qu'il a qualifié "d'erreur".



Des erreurs, "on en commet toujours", a-t-il reconnu. "J'avais dit qu'on allait inverser la courbe du chômage, c'était toute la passion qu'on avait mise, toute la volonté qui était la nôtre, et puis ce n'est pas venu", a-t-il confessé. C'est après cet échec (le chômage n'a cessé d'augmenter tout au long de son quinquennat) que François Hollande s'est résolu à donner un coup d'accélérateur à sa politique.



"J'aurais pu m'arrêter là, en disant: 'on n'a pas réussi'. J'ai dit au contraire: 'on n'a pas réussi, on va donner une nouvelle impulsion, une nouvelle accélération' et c'est le pacte de responsabilité et de solidarité", a-t-il expliqué, rappelant au passage que les entreprises verront elles-aussi leurs charges sociales baisser dès l'année prochaine.



Le Pacte de responsabilité et de solidarité qui les lie à l'Etat prévoit 40 milliards de baisses de charges en contrepartie de créations d'emplois et d'investissements jusqu'en 2020. Qu'il s'agisse des ménages ou des entreprises, c'est sur la question de la fiscalité que François Hollande jouera la fin de son quinquennat.



LIRE AUSSI -





>> C'était le 14 juillet 1914...



>> Revivez le défilé et l'interview présidentielle du 14 juillet





Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1zBlp4g

via Actualité

VIDÉO. Hollande commet un lapsus au sujet de Sarkozy en le qualifiant de "prisonnier innocent"

VIDÉO. Hollande commet un lapsus au sujet de Sarkozy en le qualifiant de "prisonnier innocent" POLITIQUE. Sa langue a-t-elle fourché au mauvais moment? Le président François Hollande a commis un lapsus lors de son interview du 14 juillet en évoquant la mise en examen de son prédécesseur Nicolas Sarkozy. Le président a affirmé que tout Français devait être considéré "prisonnier", avant de s'interrompre pour immédiatement rectifier par "présumé" innocent.



Interrogé lors de son interview du 14 juillet, le chef de l'Etat a dit: "Chacun doit être certain qu'il est prisonnier... est présumé innocent avant d'être condamné", comme on peut l'entendre dans notre vidéo en haut de cet article. Dans la phrase précédente, il avait réitéré son attachement à la présomption d'innocence, assurant que "cela vaut pour tout le monde, du citoyen le plus modeste à celui qui a exercé la responsabilité la plus élevée".



"Laissons la justice faire son travail"



"Il y la justice, en l'occurrence il y a des affaires, mais laissons la justice faire son travail. Et surtout, et surtout ne la soupçonnons jamais. Et si l'on est mécontent d'un juge, cela peut arriver comme tout justiciable, et bien il y a des procédures. Donc, indépendance de la justice", a-t-il déclaré.



Nicolas Sarkozy a été mis en examen début juillet notamment pour corruption et trafic d'influence. Les juges le soupçonnent d'avoir promis d'aider un haut magistrat à obtenir un poste de prestige à Monaco en échange d'informations couvertes par le secret sur une procédure le concernant.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1jHRtz2

via Actualité

PHOTOS. Renfloué, le Costa Concordia a recommencé à flotter avant son dernier voyage

PHOTOS. Renfloué, le Costa Concordia a recommencé à flotter avant son dernier voyage COSTA CONCORDIA - L'opération sans précédent de renflouement du paquebot Concordia, dont le naufrage le 13 janvier 2012 devant l'île toscane du Giglio avait fait 32 morts, a débuté lundi 14 juillet comme prévu, et devrait se prolonger au moins jusqu'au week-end.



Peu avant 12h00, l'ingénieur Franco Porcellachia a annoncé que le bateau avait "recommencé à flotter": "il est à environ un mètre au dessus du fond", a-t-il annoncé lors d'une conférence de presse. "Le programme se poursuit comme prévu, nous allons continuer (...) jusqu'à faire élever le bateau d'un autre mètre", a-t-il ajouté.



costa concordia





Pour y parvenir, les équipes sur place ont commencé à l'aube à injecter de l'air dans les quelque 30 caissons entourant l'épave longue de près de 300 mètres et pesant 115.000 tonnes, afin qu'elle se relève.









"Il s'agit d'alléger le bateau, de réduire le poids qui pèse sur les plate-formes" sur lesquelles il reposait jusqu'alors, a expliqué à l'AFP Michael Thamm, le patron de Costa, en reconnaissant devant la presse que le coût total de l'opération de sauvetage du paquebot s'élevait désormais à 1,5 milliard d'euros.



Une fois en flottaison, le navire sera déplacé d'une trentaine de mètres vers le large à l'est de l'île et solidement positionné à l'aide de 36 câbles d'acier et de 56 chaînes. De la bonne réussite de cette phase, d'une durée de six à huit heures, dépendra le départ du géant des mers vers le port de Gênes (nord), où il sera démantelé.



costa concordia





Avant de s'engouffrer dans la salle de contrôle d'où il va superviser toute les phases du renflouement, le maître d'oeuvre de cette opération encore jamais tentée sur un bateau de cette taille, le Sud-Africain Nick Sloane, s'était dit "un peu nerveux" devant les journalistes.



"Aujourd'hui, nous saurons si nos calculs sont corrects", avait-il ajouté. A 08h30, avec l'arrivée du dernier ferry en provenance de la terre ferme avant la fermeture du port, la phase décisive "a débuté" avec le détachement du bateau des plate-formes sur lequel il reposait, "en commençant par la poupe (arrière)", selon Costa.



Le pire scénario



"Le risque, c'est que le bateau se casse ou que les chaînes qui soutiennent sa coque se rompent", avait souligné dimanche à l'AFP Nick Sloane, spécialiste mondial du renflouement de navires. Ce qui en ferait le pire scénario, a expliqué à l'AFP Giorgia Monti, de l'association écologiste Greenpeace, dont une équipe doit surveiller l'opération sur l'île, l'une des réserves marines les plus importantes d'Europe.



"Il y aura 42 personnes à bord au cours de la première manoeuvre. Si une catastrophe intervient, elles seront évacuées en urgence à la poupe et à la proue", a expliqué Nick Sloane, pour qui le sauvetage du Concordia restera "son plus grand défi" en vingt ans de carrière.



Si tout se passe comme prévu, tous les caissons seront positionnés mardi ou mercredi pour cette fois véritablement renflouer le navire. Cette deuxième phase débutera jeudi pour se prolonger jusqu'à samedi. L'air emplira alors tous les caissons, et les superstructures du navire seront dégagées de tout débris afin de permettre une navigation sûre.



Dernier contrôle



Un dernier contrôle et le paquebot reprendra la mer, en principe le 21 juillet, pour son dernier voyage à destination de Gênes. Menée par l'armateur italien et effectuée par le consortium américano-italien Titan-Micoperi, l'opération de sauvetage organisée dès le naufrage du navire en janvier 2012 représente un coût total de quelque 1,1 milliard d'euros.



La dernière traversée méditerranéenne du géant des mers - longue de 280 km - durera quatre jours environ, pour se terminer vers le 25 juillet. L'épave devrait passer à 25 km de la Corse, près de l'île d'Elbe, et à 10 km de l'île italienne de Capraia. Le Concordia a fait naufrage après avoir violemment heurté un rocher devant le Giglio, entraînant la mort de 32 personnes et faisant des dizaines de blessés sur les plus de 4.200 occupants de 70 nationalités, qui se trouvaient à son bord. Le corps d'un serveur indien, Russel Rebello, qui n'a toujours pas été retrouvé malgré d'intenses recherches, pourrait d'ailleurs être retrouvé à l'occasion du renflouement.



Alors que d'autres membres de l'équipage ont négocié des peines à l'amiable, le commandant du paquebot Francesco Schettino est le seul à être jugé à Grosseto (Toscane, centre) pour homicides par imprudence, naufrage et abandon de navire.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1oWtRUG

via Actualité

VIDÉO. Fête nationale du 14 juillet: un lâcher de colombes et une danse de la paix pour clore le défilé

VIDÉO. Fête nationale du 14 juillet: un lâcher de colombes et une danse de la paix pour clore le défilé 14 JUILLET - Pour clore le défilé militaire du 14 juillet, un message de paix. Le chorégraphe José Montalvo a dirigé 250 jeunes issus des 80 pays présents lors du défilé, pour un ballet de 8 minutes environ, avec pour final un lâcher de colombes. Le clou du spectacle de cette matinée , à revoir dans la vidéo ci-dessus.



Un message de paix alors que le défilé commémorait le centenaire de la "Grande Guerre". Il y a cent ans, le 14 juillet 1914, les Poilus défilaient sur l'hippodrome de Longchamp, quelques semaines avant le début du conflit. Ce final tout en douceur, même s'il n'a pas convaincu tout le monde, a clôturé un défilé sans accroc majeur, même si François Hollande a essuyé quelques sifflets et huées de la part de certains de ses détracteurs postés le long du cortège.














LIRE AUSSI



» La présence de l'Algérie et du Vietnam dans le cortège fait polémique



» Le 14 juillet : une révolution en pantalon





Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1wkZpX3

via Actualité

VIDÉO. Fête nationale du 14 juillet: hommage aux Poilus pour le centenaire de 14-18

VIDÉO. Fête nationale du 14 juillet: hommage aux Poilus pour le centenaire de 14-18 14 JUILLET - C'est un retour dans le temps d'un siècle. Ce défilé du 14 juillet, à revivre sur le HuffPost , promettait un hommage très attendu aux soldats de la Première guerre mondiale, dont on commémore le centenaire cette année.



Il y a cent ans en effet, le 14 juillet 1914, les Poilus défilaient sur l'hippodrome de Longchamp, à quelques semaines de l'entrée en guerre de la France lors de la Première guerre mondiale. En 2014, le bleu ciel des uniformes des Poilus était à nouveau à l'honneur, mais cette fois sur les Champs-Élysées, une séquence à découvrir dans la vidéo en haut de cet article.



Dans ce défilé qui commémorait le début de la Première guerre mondiale, les poilus ouvraient le cortège des 80 nations engagées lors du conflit, parmi lesquelles l'Allemagne ou encore la Russie. En revanche, la présence de représentants de l'Algérie et du Vietnam, a été contestée par une partie de l'extrême droite française.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1nnad1u

via Actualité

VIDÉO. Fête nationale du 14 juillet : François Hollande sifflé lors de la revue des troupes

VIDÉO. Fête nationale du 14 juillet : François Hollande sifflé lors de la revue des troupes 14 JUILLET - François Hollande a reçu un accueil mitigé pour son troisième défilé du 14 juillet. Alors que le président de la République descendait les Champs-Élysées à l'arrière d'un véhicule militaire, à plusieurs reprises, quelques sifflets se sont faits entendre au milieu du public nombreux venu assister à l'événement. Une séquence à revoir dans notre vidéo au-dessus de cet article.



Pour le chef de l'État ce n'est pas une première puisqu'un an plus tôt, les anti-mariage gay avait déjà hué le président de la République lors de la fête nationale. Cette année, le défilé a également suscité la polémique notamment dans les milieux d'extrême droite, opposés à la présence de représentants des armées algérienne et vietnamienne dans le cortège.



Des militants de droite et d'extrême-droite, dont le collectif "Hollande démission", avaient appelé à siffler et huer le président et ont donc tenu leur promesse de perturber le défilé. Comme le rapporte RTL, les forces de l'ordre ont procédé à plusieurs arrestations aux abords des Champs-Elysées. Selon une journaliste d'Europe 1 sur place, des intermittents du spectacle pourraient aussi être à l'origine des sifflets et compter parmi les personnes interpellées.























LIRE AUSSI


Il y a cent ans, le défilé du 14 juillet 1914





Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/Wc3Zw5

via Actualité

EN DIRECT. La Fête nationale du 14 juillet avec le meilleur du Web

Coupe du monde 2014: le sélectionneur du Brésil Luiz Felipe Scolari limogé

Coupe du monde 2014: le sélectionneur du Brésil Luiz Felipe Scolari limogé MONDIAL - Le sélectionneur de l'équipe du Brésil Luiz Felipe Scolari n'aura pas survécu à la Coupe du monde désastreuse du Brésil. Le sélectionneur a été limogé par sa fédération, quelques heures après la fin d'une compétition marquée par la déroute de la Seleçao, quatrième après avoir été pulvérisée en demi-finale par l'Allemagne (7-1) puis corrigée en "petite finale" par les Pays-Bas (3-0).



C'est la presse brésilienne qui a annoncé la nouvelle lundi 14 juillet. Après la défaite 3-0 de samedi contre les Pays-Bas, "Felipão", qui avait mené la Seleçao à la victoire lors du Mondial-2002 au Japon et en Corée du Sud, avait déclaré qu'il revenait au président de la CBF (Confédération brésilienne de football), Jose Maria Marinto, de statuer sur son sort.



La presse brésilienne avait réclamé la tête du sélectionneur après cette seconde "humiliation", quelques jours seulement après le 7-1 concédé en demi-finale contre l'Allemagne, pire défaite du Brésil malgré une histoire footballistique longue de plus d'un siècle. Considérée comme un favori pour le titre par Felipão (Scolari), l'équipe termine quatrième après avoir perdu à nouveau face à un adversaire de premier ordre. L'entraîneur ne peut pas être maintenu aux commandes", avait tranché le quotidien Folha. Malgré la désastreuse campagne de l'équipe, la CBF ne s'est pas encore prononcée officellement sur l'avenir de Scolari, âgé de 65 ans.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/W2BMYh

via Actualité

Detox Water : les recettes incontournables des eaux aux fruits

Detox Water : les recettes incontournables des eaux aux fruits ALIMENTATION - Depuis l’arrivée des beaux jours, les réseaux sociaux vibrent au rythme d’une nouvelle boisson "healthy" qui semble faire l’unanimité : la Detox Water. Une boisson riche en vitamines, facile à préparer et délicieusement fraîche.



Marre de ne boire que des smoothies pendant tout l’été ? Envie de fraîcheur et d’un peu d’ "healthy" ? Pourquoi ne pas vous laisser tenter par les Detox Water ? Ces eaux vitaminées sont en train d’envahir Internet et offrent une alternative bourrée de vitamines aux autres boissons. C’est simple, la limonade en deviendrait presque ringarde.







Comment faire une Detox Water ?

Le gros avantage de ces nouveaux délices de l’été (en plus d’être bons pour la santé), c’est d’être particulièrement simples à faire. Quelques fruits, de l’eau, des glaçons et un petit bocal suffisent.



Comment conserver sa boisson ?

Il est tout à fait possible de conserver pendant 24 heures sa Detox Water en la laissant dans un pot en verre fermé hermétiquement, le tout dans le frigidaire. Attention tout de même à ne pas trop attendre car les fruits perdent ensuite de leurs vitamines.







Recette d’eau fruitée saveur Pastèque et Basilic

Pour cette recette, il nous faut une demi-pastèque, de l’eau et cinq feuilles de basilic. On dépose les ingrédients découpés au fond du contenant (idéalement un pot de 250 ml) et on recouvre avec de l’eau et des glaçons. Il faut ensuite patienter au moins 20 minutes. Plus les fruits restent dans l’eau, plus elle aura un goût fruité.




Lire la suite sur



logo terrafemina







Lire aussi:

» Pourquoi les tomates ont-elles aujourd'hui moins de goût

» Oubliez les 5 fruits et légumes, il en faut 7!

» 8 déchets alimentaires que vous feriez bien de manger






Découvrez d'autres articles santé, alimentation, tendances et sexualité dans notre rubrique C'est la vie.





Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.






Retrouvez les articles du HuffPost C'est la vie sur notre page Facebook.




Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.







from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1mA3Psh

via Actualité

Coup de soleil, moustiques, vives, abeilles... petit guide de survie à tous les dangers de l'été

Fête nationale du 14 juillet: La lutte des sans-culottes, une révolution en pantalon

Fête nationale du 14 juillet: La lutte des sans-culottes, une révolution en pantalon MODE - Les "sans-culottes", l'expression prête toujours à sourire lorsqu'on l'entend la première fois à l'école. Et pourtant, le surnom donnés à certains révolutionnaires parisien est loin d'être un détail. Il est la preuve que la révolution n'a pas seulement été celles des esprits, de l'ordre établi et de la société. Elle fut aussi une révolution de la mode, un changement profond dans l'apparence des hommes dont les conséquences ont des répercutions aujourd'hui encore.



La Révolution a permis au pantalon d'acquérir, si l'on peut dire, ses lettres de noblesse. Ce morceau de tissu ample et bien pratique va devenir un porte-étendard des idéaux révolutionnaires, en réponse à la pompeuse et trop aristocratique culotte.



LIRE AUSSI :



>> 14 juillet, demandez le programme

>> Comment réussir vos photos de feux d'artifice avec votre téléphone?





Du vêtement du vaincu, du bouffon, du paysan...



A l'époque, en effet, les Français ne s'opposent pas seulement sur le terrain des idées, celui de l'habillement trace également une frontière aussi visible qu'infranchissable. D'un côté, il y a les nobles, ils portent la culotte. Ce vêtement couvre le corps de la taille aux genoux quand les mollets eux sont couvert d'un bas. "Ce vêtement, près du corps, collant parfois, et ajusté est à l'opposé des vêtements larges, masquant le corps, utilisés dans les couches inférieures de la société", explique Christine Bard, auteure d'une Histoire politique du pantalon.



sans culotte

La jolie sans-culotte armée et le sans-culotte par Augustin Challamel, Histoire-musée de la république Française (1842)



En face, il y a les autres, les "sans-culottes", simplement vêtus d'un pantalon large. Ce vêtement de part ses origines (la braie des Gaulois et le vêtement du bouffon dans la Comedia del'Arte) est "le vêtement du vaincu, du Barbare, du pauvre, du paysan, du marin, de l'artisan, de l'enfant, du bouffon" affirme encore Christine Bard. Pratique, il habille les personnes travaillant dans les champs ou sur un bateau. Les sans-culottes désigne plutôt une classe sociale parisienne de petits artisans aux gérants de boutique en passant par les ouvriers et les travailleurs occasionnels très pauvres. Les nobles, eux, ne travaillent pas, ils apportent beaucoup plus de soin à leur tenue. N'hésitant pas à porter des chaussures à talon par exemple pour mettre en valeur leurs mollets dans leur bas de soie.



fete nationale du 14 juillet



Louis XVI par Dupin



...À l'uniforme du citoyen



L'expression de sans-culotte ne date pas de la révolution. Il s'agit d'abord d'une insulte utilisée par les aristocrates à l'égard des hommes du peuple. Selon le Centre national des ressources textuelle et lexicales du CNRS, entre 1750 et 1780 l'expression a été créée pour se moquer d'un poète très pauvre, un certain Gilbert qui s'était attaqué aux philosophes.



Quelques années plus tard, les révolutionnaires issus de métiers telles que l'artisanat ou les petits commerçants, sont désignés sous cette expression. Si elle est au départ dédaigneuse, les révolutionnaires finissent par l'assumer et la revendiquer. "La Révolution française promeut des valeurs telles que la liberté et l'égalité, qui s'incarnent dans les manières de s'habiller (...) Le costume masculin se caractérise dès lors par sa sobriété, sa simplicité, son uniformité, mais aussi par son confort." explique encore Christine Bard. Les sans-culottes sont aussi reconnaissables à leur veste à gros boutons, la Carmagnole, à leurs sabots aux pieds et parfois à leur bonnet phrygien, porté en hommage aux esclaves libres de Phrygie en Asie Mineure.



Mais il faudra attendre encore trois ans pour que le pantalon fasse vraiment une percée politique avec l'avènement de la citoyenneté en 1792. Un grand mouvement pour l'égalité et le pouvoir du peuple duquel les femmes sont exclues. Si l'homme devenu un citoyen a "renoncé" à sa culotte, la femme, elle devra encore attendre pour porter des vêtements confortables qui n'entrave pas son mouvement. Une loi du 17 novembre 1800 leur interdit alors le pantalon, de peur qu'elles ne se fassent passer pour des hommes et qu'elles puissent accéder à certaines hautes fonctions et métiers : "Toute femme désirant s'habiller en homme doit se présenter à la Préfecture de police pour en obtenir l'autorisation". Cette loi ne sera abrogée qu'en ... 2013.



LIRE AUSSI :



>> Pourquoi la minijupe est-elle si courte?

>> Qui a dit que la chemise hawaïenne était ringarde?

>> 5 idées reçues sur la mode et les Françaises











from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/W2upjB

via Actualité

PHOTOS. Israël/Palestine: débordements en marge d'une manifestation pro-Gaza à Paris

PHOTOS. Israël/Palestine: débordements en marge d'une manifestation pro-Gaza à Paris INTERNATIONAL - Des manifestations en faveur de la population de Gaza et contre Israël ont eu lieu dans plusieurs villes de France ce week-end du 12 et 13 juillet, rassemblant des milliers de personnes. Des débordements se sont produits à l'issue de celle qui s'est déroulée à Paris.



Dans la capitale, les manifestants (7.000 selon la police, 30.000 selon les organisateurs) ont quitté le quartier de Barbès dimanche après-midi derrière une banderole qui affichait "Soutien total à la lutte du peuple palestinien". Dans le calme, la foule, très jeune et féminine, a scandé des slogans comme: "Nous sommes tous des Palestiniens!", "Israël assassin!" ou "Une seule solution, fin de l'occupation!".



Des heurts près de la place de la Bastille



De nombreux manifestants brandissaient des pancartes sur lesquelles ils avaient collé des photos, tirées de sites web, d'enfants palestiniens tués ou blessés, de maisons rasées ou de champignons de fumée montant de Gaza. "Je suis venu pour dire non à ce massacre", a dit à l'AFP Amid Hamadouch, 30 ans, un autocollant "Boycott d'Israël, Etat raciste" sur son blouson. "Ils bombardent des innocents. Il y a certes des missiles lancés du côté du Hamas, mais la riposte israélienne est disproportionnée. Ils attaquent la population civile et non les responsables du Hamas."














Quand la tête de la manifestation est arrivée place de la Bastille, des heurts limités avec les forces de l'ordre ont éclaté dans certaines rues. Des projectiles ont commencé à voler en direction des policiers et gendarmes, qui ont répliqué à coups de grenades lacrymogènes. Des dégâts légers ont été causé à des devantures de commerces.









Actes "inadmissibles" près de synagogues



Les échauffourées n'ont pas duré très longtemps et ne se sont pas propagées au reste de la manifestation, qui s'est dispersé, sous un orage, en début de soirée, a constaté un journaliste de l'AFP. Selon la préfecture de police, ces heurts étaient dus à de petits groupes de jeunes gens qui ont été "facilement contenus". Il y a eu six interpellations.



Un certain nombre de manifestants pro-palestiniens ont toutefois tenté de se rendre vers des synagogues voisines, rue de la Roquette et rue des Tournelles, a-t-on dit à l'AFP de source policière.














Des CRS sont intervenus pour les repousser et mettre fin à un "début d'échauffourée" avec des membres de la communauté juive devant la synagogue de la Roquette, ce qui a permis d'éviter toute intrusion dans les lieux de culte, a-t-on ajouté. Selon la police, deux membres de la communauté juive ont été légèrement blessés, ainsi que six membres des forces de l'ordre.



Manuel Valls a condamné dans un communiqué "avec la plus grande fermeté" les "violences" qui ont eu lieu "aux abords des synagogues". "De tels actes qui visent des lieux de culte sont inadmissibles", a ajouté le Premier ministre, assurant que la France "ne tolérera jamais que l'on essaie par la violence des mots ou des actes d'importer sur son sol le conflit israélo-palestinien".



"Le soutien aux Palestiniens ne peut être la haine des juifs"



La maire de Paris Anne Hidalgo a aussi dénoncé ces tentatives d'intrusion. "Je suis profondément choqué et révolté, l'agressivité envers la communauté juive prend une tournure absolument inadmissible", a déclaré pour sa part à l'AFP le président du Consistoire central Joël Mergui.














Le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) a demandé "l'interdiction des manifestations en faveur du Hamas" ainsi qu'un "renforcement de la sécurité des lieux communautaires". Dans un autre communiqué, SOS Racisme a fait valoir que "le soutien aux Palestiniens ne peut être la haine des juifs. Aider cette zone en conflit, c'ezst exporter la paix et non importer la haine", insiste l'association antiraciste.



A Lille, entre 2.300 (selon la police) et 6.000 personnes (selon les organisateurs) s'étaient auparavant rassemblées dimanche matin dans le quartier populaire de Wazemmes et ont scandé des slogans hostiles à Israël, qualifié d'Etat "assassin" et "criminel". Le préfet du Nord a en revanche interdit une nouvelle manifestation de soutien à la Palestine prévue lundi dans le centre de Lille, en raison de sa concomitance avec les cérémonies du 14 juillet.



Samedi, des manifestations similaires avaient eu lieu dans le calme à Bordeaux (400 personnes selon la police, 1.000 selon les organisateurs) et Marseille (environ 1.200 selon la police).



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/W2urrz

via Actualité

Fête nationale du 14 juillet: en 1914, l'armée défilait à Longchamp à 15 jours du début de la Première guerre mondiale

Fête nationale du 14 juillet: en 1914, l'armée défilait à Longchamp à 15 jours du début de la Première guerre mondiale DEFILE DU 14 JUILLET - "De tout point semblable aux précédentes, c'est à dire banale, banale!" Ainsi débutait l'article de L'Humanité du 15 juillet 1914 consacré à la "revue militaire" de la grande fête nationale. La dernière célébrée dans une France de la Belle époque qui s'apprêtait à perdre 4% de sa population dans le conflit le plus grave de son histoire.



L'ennui qui se lit dans ce compte-rendu lapidaire (le journal de Jean Jaurès est farouchement antimilitariste) traduit mal l'enthousiasme que suscitait il y a un siècle la parade de l'armée française. Ce 14 juillet 1914, même si de nombreux Parisiens ont fait le pont, c'est une foule immense qui déambule dans les allées du Bois de Boulogne sous un soleil estival. Outre le président de la République Raymond Poincaré, les parlementaires retenus à Paris pour voter le budget (le Sénat adoptera le lendemain la création de l'impôt progressif sur le revenu) convergent en nombre vers les tribunes de l'hippodrome de Longchamp.



C'est là, et non sur les Champs-Elysées, que se tient la désormais traditionnelle revue militaire de la fête nationale depuis son instauration en 1880. Dans ce décor bucolique dont attestent les photographies en noir et blanc, la foule applaudit le lâcher de pigeons, le passage du 3e régiment d'artillerie coloniale. On admire le défilé sur l'herbe du bataillon cycliste avec le moulin de Rouvray en arrière-plan.



14 juillet





Alors que l'armée de l'air n'a pas encore été créée (il faudra attendre 20 ans de plus), les dirigeables et les aéroplanes de reconnaissance constituent depuis quelques années déjà un spectacle à part entière. On s'impressionne des pièces d'artillerie exposées pour illustrer la puissance de feu de l'armée. Les maîtres-chiens du Service de santé marchent accompagnés de leurs "bouviers des Flandres" arborant l'emblème de la Croix-Rouge.



longchamp

Carte postale datée de 1910





Dans la capitale comme en province, la presse se fait l'écho des innombrables bals populaires qui tranchent avec la gravité des heures à venir. "La joie populaire ne perd jamais non plus ses droits", peut-on lire dans le compte-rendu de L'Express du Midi .



L'appel aux armes en trame de fond



L'escalade militaire est pourtant déjà en marche. Moins de vingt jours avant la revue de juillet, le 28 juin 1914, l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche a été assassiné à Sarajevo par un nationaliste serbe de Bosnie. La crise internationale qui s'ouvre entre les deux pays et le jeu des alliances qui lient les puissances européennes entre elles vont précipiter le continent, puis le monde, dans la guerre.



En ce 14 juillet 2014, les plus pacifistes espèrent encore que le conflit pourra être évité. Au congrès exceptionnel de la SFIO, le député du Tarn Jean Jaurès appelle à la grève générale et internationale contre la guerre tout en fustigeant dans L'Humanité "la désorganisation de notre système de défense". Un scandale vient d'éclater au Sénat sur le manque de moyens de l'armée française. "Défense nationale: sommes-nous prêts?", s'interroge Le Figaro .



On connait la suite. Accusé de vouloir "désarmer la nation", Jean Jaurès devient une cible des nationalistes. Le 31 juillet, alors que l'Autriche et la Russie mobilisent, Jean Jaurès tombe sous les balles de Raoul Villain. Trois jours plus tard, la Première guerre mondiale a commencé.



En raison du conflit, la France devra attendre 1919 pour célébrer à nouveau le 14 juillet. A cette date, les festivités se déplaceront sur les Champs-Elysées pour un "défilé de la victoire" euphorique. Mille mutilés marchèrent alors en tête du cortège en mémoire des millions de victimes de la Grande Guerre.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/W2urb4

via Actualité

Fête nationale du 14 juillet: pourquoi l'extrême-droite se mobilise contre la présence de l'Algérie et du Vietnam

Fête nationale du 14 juillet: pourquoi l'extrême-droite se mobilise contre la présence de l'Algérie et du Vietnam POLITIQUE - Une cérémonie sous tension? Le défilé du 14 juillet marquera lundi à Paris le premier temps fort des célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale. Placée sous le signe de la mémoire, cette fête nationale a priori consensuelle est pourtant l'objet d'une polémique lancée par l'extrême-droite française.



En cause, la présence inédite de représentants de près de 80 nations qui furent impliquées d'une manière ou d'une autre dans le conflit, parmi lesquelles on retrouvera bien sûr les Etats-Unis, la Russie, l'Allemagne ou la Grande-Bretagne, mais aussi d'anciennes colonies comme l'Algérie. A l'image de nombreux pays invités, elle a fourni des dizaines de milliers de combattants à la France lors de la guerre de 14-18, et perdu des milliers d'hommes dans le conflit.



Sans surprise, la présence annoncée de soldats algériens a provoqué l'indignation du Front national mais aussi de certaines associations de pieds-noirs, de harkis et d'anciens combattants. Ces protestations s'inscrivent dans un "contexte anti-algérien" marqué notamment par les polémiques autour des Fennecs lors de la Coupe du monde, souligne Le Monde (articles abonnés). Mais l'Algérie n'est pas la seule à être ciblée.




Algérie et Vietnam, même combat?






Si l'Algérie se voit reprocher les exactions commises par les indépendantistes du FLN entre 1954 et 1962, la nostalgie de l'Algérie française, bien présente au sein de l'extrême-droite, n'est sans doute pas étrangère à cette polémique. De manière plus inattendue, le Vietnam est aussi pointé du doigt. Lors de la guerre de 14-18, l'Indochine française (dont il était la principale composante) a fourni 43.000 hommes au contingent français, pour la plupart dans des bataillons non-combattants. 1120 soldats furent tués note Philippe Chapleau, auteur du blog Lignes de défense .



On est loin des 173.000 Algériens mobilisés en 14-18 (pour 23.000 tués), mais cette contribution a son importance, d'autant que le Vietnam a lui aussi acquis son indépendance après une longue guerre sanglante. A la différence de l'Algérie, la présence du Vietnam n'a pas été évoquée directement par le Front national. Mais d'autres personnalités et mouvements classés "à la droite de la droite" s'en sont chargés. C'est notamment le cas de Jacques Bompard, qui a dénoncé la représentation des deux pays.




Diên Biên Phu, un anniversaire douloureux






"L’armée communiste vietnamienne et l’armée algérienne risquent de venir fouler le sol qui avait connu le passage des libérateurs un 26 août 1944", écrit sur son blog le député-maire Ligue du Sud d'Orange, membre fondateur du FN dont il a démissionné en 2005. Il reproche aux deux anciennes colonies de n'avoir "jamais formulé un seul pardon pour les milliers de martyrs suppliciés au nom de leur attachement à la France". Raison supplémentaire pour polémiquer, on commémore cette année le 60e anniversaire de la bataille de Diên Biên Phu, cuisante défaite française évoquée par le site Boulevard Voltaire , qui s'insurge contre les "Việt Cộng" et interpelle ses lecteurs en toute sobriété: "Vous voyez les États-Unis inviter Al-Qaïda à défiler dans les rues de New York ou Washington en 2061?".



Dans le même registre, le quotidien catholique d'extrême-droite Présent s'indigne de l'invitation faite au "Vietnam rouge" et "communiste". Selon l'écrivain Alain Sanders, auteur de cet article au vitriol, les soldats vietnamiens sont "les descendants des bourreaux Viet-Minh" et des "camps de la mort" et n'ont pas leur place à la cérémonie du 14 juillet, d'autant plus que leur pays n'existait pas en 14-18. Il juge que leur présence constituerait une "insulte" à "nos soldats tombés en Indochine".




Une présence avant tout symbolique






Malgré ces polémiques historiques, la représentation de l'Algérie, du Vietnam et des autres pays invités sera très symbolique et réduite à la portion congrue. En effet, aucun chef d'Etat étranger ne sera présent. La plupart des 80 nations invitées ne seront représentées que par un officiel en tribune - le plus souvent le ministre de la Défense - ainsi qu'un porte-drapeau et deux gardes qui participeront à une "parade aux emblèmes" face à la tribune officielle place de la Concorde. Et aucune de ces délégations de trois soldats ne participera au défilé qui partira ensuite sur les Champs-Elysées.



"Le Président de la République a convié des représentants gouvernementaux de 80 pays ayant engagé des troupes ou des travailleurs sur le continent européen pendant la Grande Guerre à assister au défilé sur les Champs-Élysées, indique l'Elysée, qui précise que ces représentants seront "accompagnés d’une délégation militaire de trois soldats" ainsi que de "quatre jeunes gens âgés de 18 à 25 ans" pour une animation de clôture. Cela suffira-t-il cette fois à calmer les ardeurs des militants d'extrême-droite, qu'ils soient contre la présence des ex-colonies ou plus généralement anti-gouvernement?



"Le risque pour le chef de l'Etat est de voir le défilé perturbé par des sifflets venant de la foule amassée sur les trottoirs des Champs-Elysées", rappelle Le Monde , qui cite les précédents du 14 juillet et du 11 novembre 2013. Si l'on en croit Wallerand de Saint-Just, chef de la fédération parisienne du FN, il ne faudra pas compter sur son parti pour d'éventuels débordements. "C'est d'ailleurs indécent de manifester sa mauvaise humeur contre le président de la République lors d'une cérémonie patriotique", affirme-t-il. Pas sûr que tous les opposants soient du même avis.



LIRE AUSSI



»L'Algérie participera bien aux cérémonies du 14 juillet



»Le FN e mobilise contre la présence de l'Algérie au 14 juillet



»Du 11 novembre au 14 juillet, le programme du centenaire de la Grande Guerre





Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1sd9CqQ

via Actualité

Fête nationale du 14 juillet: le programme des festivités et le centenaire de la première guerre mondiale

Fête nationale du 14 juillet: le programme des festivités et le centenaire de la première guerre mondiale 14 JUILLET - Une fête nationale aux couleurs de la Première guerre mondiale. Le traditionnel défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées donnera en 2014 le coup d'envoi des commémorations estivales du centenaire de la Grande guerre.



Alors que le défilé des troupes maliennes avait marqué les esprits en 2013, le moment phare de cette édition 2014 sera la présence de près de 80 pays qui fournirent des combattants et des travailleurs pendant les quatre ans du premier conflit global de l'histoire. Nombre d'entre eux étaient alors intégrés aux grands empires coloniaux dont la Grande Guerre a amorcé le démantèlement.



"Sur les Champs-Elysées, la moitié des Nations du monde est représentée", écrit le président François Hollande dans un message diffusé à l'occasion de la fête nationale.



Défilé militaire, bivouacs de poilus, feu d'artifice... Retrouvez l'essentiel du programme de ce 14 juillet 2014.



10H20: LA PARADE DES EMBLÈMESparade emblemes





Sitôt le président de la République installé à la tribune et après les honneurs du 1er Régiment d’infanterie de la garde républicaine, les porte-drapeaux et leur garde des pays étrangers invités dans le cadre du centenaire de la Première guerre mondiale marcheront sur la place de la Concorde avant l’ouverture du défilé. Chaque délégation portera les couleurs de sa nation. De l'Afrique du Sud au Vietnam en passant par l'Algérie, la Chine et les Etats-Unis, près de 80 pays seront représentés. A noter la présence du drapeau européen, symbole de la réconciliation du continent.



Ces délégations étrangères défileront encadrées par deux pelotons de militaires français portant la tenue bleu horizon des soldats de 1914. Le Choeur de l'armée française entonnera ensuite deux chants de "poilus" qui seront suivis par l'hymne national.



10H35: LE DÉFILÉ AÉRIEN OUVRE LE BAL paf





Le passage des Alphajet la Patrouille de France ouvrira le défilé aérien peu après 10h30. L'Armée de l'air, qui n'existait pas encore lors de la Première guerre mondiale, célèbre cette année son 80e anniversaire. Mais 2014 marque aussi le centenaire de la première mission de reconnaissance et du premier bombardement aérien, inaugurés au tout début de la Grande Guerre.



54 appareils - Rafale, Mirage 2000, Super étendard, A400M... -, dont un Alphajet de l'armée belge, survoleront les Champs-Elysées. Le Mirage F1CR effectuera son dernier vol à cette occasion.



10H45: LA MARCHE DES TROUPES 14 juillet





Le défilé à pied, d'une quarantaine de minutes, rassemblera 3752 participants accompagnés de 76 chiens, soit environ 700 de moins qu'en 2013. Le 8e Régiment de parachutistes de l'infanterie de marine (8e RPIMa) engagé dans l'opération Sangaris en Centrafrique sera notamment à l'honneur.



L'équipage du BPC Dixmude, bâtiment dont le nom évoque un épisode de la bataille de l'Yser, en Belgique, à l'automne 1914, défilera pour la Marine nationale. Le personnel de l'hôpital militaire de KAIA, à Kaboul, dont les Français viennent de transmettre la responsabilité à l'armée américaine, sera également du défilé.



11H20: LE VOL DES HÉLICOPTÈRES helico





Cette année, le défilé des hélicoptères rassemblera 36 appareils - Tigre, Puma, Gazelle...



Forte de 5 000 femmes et hommes, l’aviation légère de l’armée de terre fête cette année son soixantième anniversaire. Elle dispose aujourd’hui de plus de 300 hélicoptères et d’une quinzaine d’avions.



11H40: LA PARADE DES TROUPES MOTORISÉES ET MONTÉES 14 juillet





285 véhicules, dont 82 motos, mais aussi des chars Leclerc ou des canons Caesar défileront ensuite, tout comme la brigade des Sapeurs-pompiers de Paris.



Les 241 chevaux de la Garde républicaine clôtureront comme c'est la tradition le défilé sur les Champs-Elysées. Nouveauté, un canon de 75 mm de l'artillerie hippomobile de la Première guerre mondiale fermera la marche dans un premier hommage au centenaire.



Une animation de clôture réunira quatre jeunes de près de 80 nations ayant engagé des troupes ou des travailleurs sur le continent européen pendant la Grande Guerre. La chorégraphie est signée José Montalvo.



13H15: L'INTERVIEW DE FRANÇOIS HOLLANDE hollande interview





Contrairement à l'année dernière, la traditionnelle interview du chef de l'Etat n'aura pas lieu dans les jardins mais au rez-de-chaussée du Palais de l'Elysée. Confronté à de sérieuses critiques sur son bilan économique et social, François Hollande répondra en direct et pendant trente minutes aux questions de Gilles Bouleau (TF1) et de David Pujadas (France2).



D'après Europe1 , le président devrait revenir sur tous les sujets d'actualité, y compris les attaques de Nicolas Sarkozy après sa mise en examen pour corruption active.



APRES-MIDI ET SOIREE: BIVOUACS, CONCERT ET FEU D'ARTIFICE artifice





L'après-midi, les Parisiens et les habitants de l'Ile-de-France pourront aller à la rencontre des militaires sur huit sites dans Paris - Invalides, Nation, Gare de l'Est... - et trois en banlieue, à Clamart, Noisy-le-Grand et Cachan. Un bivouac de poilus sera également reconstitué dans le jardin des Tuileries. Seront également exposés un char Renault FT17, une pièce d'artillerie hippomobile modèle 1897 ainsi que des taxis de la Marne.



A partir de 21h30, l’Orchestre national de France, le chœur et la maîtrise de Radio France donneront un concert diffusé sur France2 en ouverture du feu d'artifice.



Le grand feu d'artifice du 14 juillet sera tiré à partir de 22h30 depuis la Tour Eiffel. Cent faisceaux lumineux installés sur le Champ-de-Mars illumineront la Tour Eiffel et cent générateurs de flammes embraseront les deux premiers étages.



Lire aussi : Comment réussir vos photos de feux d'artifice du 14 juillet avec votre mobile



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.






Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/W2qKST

via Actualité

14 juillet: l'institutrice tuée à Albi décorée de la Légion d'honneur, tout comme Jean-Louis Borloo

14 juillet: l'institutrice tuée à Albi décorée de la Légion d'honneur, tout comme Jean-Louis Borloo 14 JUILLET - L'institutrice Fabienne Terral-Calmès, poignardée à mort début juillet à Albi par une mère d'élève, figure parmi les décorés de la promotion du 14 juillet de la Légion d'honneur aux côtés de l'écrivain Jean d'Ormesson, l'ancien ministre Jean-Louis Borloo ou le présentateur sportif Gérard Holtz .



Selon le Journal officiel du dimanche 13 juillet, Fabienne Terral-Calmès est faite chevalier de la Légion d'honneur. L'institutrice, âgée de 34 ans, a été tuée d'un coup de couteau dans sa classe de maternelle par une mère d'élève déséquilibrée le 4 juillet, au dernier jour de l'année scolaire.



LIRE AUSSI: Une institutrice poignardée à mort par la mère d'un élève







Une nomination "à titre exceptionnel"



Cette nomination est accordée "à titre exceptionnel" en vertu d'un article qui permet de nommer "des personnes tuées ou blessés dans l'accomplissement de leur devoir et qui sont reconnues dignes de recevoir cette distinction", selon un communiqué de la Grande Chancellerie de la Légion d'Honneur.



Le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon a annoncé dans la semaine que les deux filles de l'institutrice bénéficieront du statut de "pupille de la nation impliquant une prise en charge financière et éducative". La promotion du 14 juillet 2014 de la Légion d'Honneur comporte par ailleurs 560 décorés, dont 457 chevaliers, 73 officiers, 22 commandeurs, cinq grands officiers et trois grand'croix.



Jean d'Ormesson nommé Grand'croix



L'infirmière militaire Geneviève de Galard, surnommée "l'ange de Diên Biên Phù", l'ancien PDG d'EDF Marcel Boiteux, apôtre du nucléaire en France, et l'écrivain Jean d'Ormesson sont les trois Grand'croix de cette promotion. Ils rejoignent les 71 autres titulaires de la plus haute dignité de la Légion d'honneur - 75 étant le nombre maximum autorisé par le code de l'Ordre.



Le concepteur du coeur artificiel Carmat, le Pr Alain Carpentier, l'ancienne présidente de l'Observatoire national de la pauvreté Marie-Thérèse Join-Lambert, l'ancienne résistante Ida Genty-Rossi sont élevés à la dignité de grand officier, tout comme les compagnons de la Libération Hubert Germain et Etienne Schlumberger.



Journalistes, magistrats, anciens ministres



Dans le monde de la culture et de la communication, le journaliste Jean-Pierre Elkabbach est promu commandeur. L'économiste et journaliste Bernard Maris ainsi que le journaliste sportif Gérard Holtz sont nommés chevaliers. Le réalisateur du film oscarisé "Indochine" Régis Wargnier, la directrice du musée Rodin Catherine Chevillot et la conservatrice de la grotte de Lascaux, Muriel Mauriac Le Héron, deviennent également chevaliers.



Parmi les personnalités politiques, l'ancien président de l'UDI (Union des démocrates et indépendants) et ex-ministre Jean-Louis Borloo, qui s'était retiré de toutes ses fonctions et mandats politiques début avril pour problèmes de santé, est nommé chevalier. L'ex-maire de Valenciennes, âgé de 63 ans, vient de réapparaître dans l'actualité sportive en s'engageant auprès du club de football de la ville, en difficultés financières, pour lui permettre de sauver sa tête en Ligue 2.



D'autres ex-ministres sont décorés: Nicole Fontaine (au gouvernement entre 2002 et 2004) est nommée chevalier alors que Christine Albanel (2007-2009) et Huguette Bouchardeau (1983-1986) sont promues officiers.



Près d'un quart des décorés issus du monde économique



Dans le monde de l'enseignement et de la recherche, Bernard Bigot, le patron du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) est promu commandeur. Le procureur de la République de Paris François Molins est nommé officier, le magistrat Eric de Montgolfier est fait chevalier et le politologue Jérôme Jaffré devient officier. Parmi les sportifs, Gilbert Ysern, directeur général de la Fédération française de tennis, est nommé chevalier.



Près d'un quart (23,4%) des décorés sont issu du monde économique, devant la fonction publique (22,7%), l'enseignement et la recherche (16,4%), la santé, le social et l'humanitaire (14,3%), les autres se répartissant entre le monde politique, la culture et la communication, les anciens combattants, les cultes et les sports.



Fondée par Napoléon Bonaparte en 1802, la Légion d'honneur est la plus élevée des distinctions nationales françaises. Elle compte aujourd'hui 92.000 membres récompensés, précise la Grande Chancellerie.



LIRE AUSSI



»Les filles de l'enseignante assassinée auront le statut de "pupille de la nation"



»Albi: la mère d'élève mise en examen pour assassinat





Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1mzQjoA

via Actualité
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...