dimanche 20 juillet 2014

Israël-Palestine: deux soldats israéliens tués, des milliers de Palestiniens fuient les bombardements

Israël-Palestine: deux soldats israéliens tués, des milliers de Palestiniens fuient les bombardements GAZA - Des milliers de Palestiniens fuyaient dimanche 20 juillet au matin le quartier de Chajaya, à l'est de la ville de Gaza, selon des journalistes de l'AFP qui ont vu de nombreuses victimes étendues dans les rues après de violents bombardements israéliens. Les ambulances ne pouvaient pas se rendre dans cette zone proche de la frontière avec Israël en raison d'intenses tirs de chars israéliens.



Interrogé par l'AFP, le porte-parole des services d'urgences, Achra al-Qoudra a indiqué qu'au moins 20 cadavres avaient déjà été retirés des décombres à Chajaya. La chaîne de télévision locale al-Ketab montrait des images insoutenables de cadavres brûlés et déchiquetés, y compris d'enfants, filmées à Chajaya.



Deux soldats israéliens tués, le bilan dépasse les 350 morts Palestiniens



Toujours dimanche matin, l'armée israélienne a annoncé que deux nouveaux soldats avaient été tués dans des combats dans la bande Gaza, portant le total des Israéliens tués à sept. Les soldats Bar Rahav, 21 ans, et Bnaya Rubel, 20 ans, ont été tués respectivement par un missile anti-char et dans un échange de tir à l'arme légère.



L'armée israélienne a déclaré dimanche qu'elle allait intensifier son offensive terrestre sur la bande de Gaza au 13e jour de ses opérations dont le bilan a dépassé les 350 morts Palestiniens, ce qui en fait le conflit le plus sanglant depuis 2009. "Ce soir, la phase terrestre de l'opération Bordure protectrice s'étend avec des forces supplémentaires pour combattre le terrorisme dans la bande de Gaza et établir une réalité qui garantit aux Israéliens de vivre en sécurité", a déclaré l'armée dans un communiqué.



De quoi sérieusement compromettre un éventuel cessez-le-feu, alors que le Hamas a remis les conditions d'une trêve avec Israël à l'Egypte, au Qatar, à la Turquie, à la Ligue arabe et au président palestinien Mahmoud Abbas, a indiqué samedi le mouvement islamiste.



Hamas et OLP tentent de négocier



"Le Hamas a donné les revendications de la Résistance (palestinienne) à toutes les parties intéressées, y compris le Qatar, la Turquie, la Ligue arabe ainsi que Mahmoud Abbas", a déclaré à l'AFP un porte-parole du Hamas à Gaza, Fawzi Barhoum. Ce dernier Barhoum a précisé que l'Egypte, précédemment médiatrice entre Israël et le Hamas, avait été aussi informée.



C'est la première fois que le président Abbas, chef de l'Autorité palestinienne qui administre les zones autonomes de Cisjordanie, est publiquement cité comme partie prenante du processus par le Hamas, de facto au pouvoir à Gaza. Le président Abbas, en retrait depuis le début de la crise, doit rencontrer dimanche à Doha le chef en exil du Hamas, Khaled Mechaal, dans l'espoir d'obtenir un cessez-le-feu, selon un proche de Mahmoud Abbas.



A Ramallah, Yasser Abed Rabbo, le secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dirigée par Mahmoud Abbas, a entériné les demandes du Hamas au nom du programme national palestinien pour aboutir à un Etat souverain. "Les demandes de la Résistance sont aussi nos demandes", a dit Yasser Abed Rabbo dans une interview à la télévision palestinienne. "Si Gaza est brisée, tous les Palestiniens seront brisés", a-t-il ajouté.



Un haut responsable palestinien à Gaza a rappelé samedi les conditions nécessaires à un cessez-le-feu:



- "La fin de l'agression contre le peuple palestinien".



- La levée complète du blocus de Gaza, en place depuis 2006.



- L'ouverture du poste-frontalier de Rafah avec l'Egypte.



- La liberté de mouvement pour les habitants de Gaza dans la zone frontalière avec Israël.



- La suppression de la "zone tampon", interdite aux habitants de Gaza, à la frontière.



- L'autorisation de pêcher jusqu'à 12 milles marins des côtes de Gaza.



- La libération des prisonniers arrêtés de nouveau avoir été relâchés dans le cadre de l'accord d'échange avec le soldat israélien Gilad Shalit en 2011.



Invitation de l’Égypte à négocier



L'Egypte a présenté cette semaine une initiative de cessez-le-feu, acceptée par Israël mais rejetée par le Hamas, exigeant une levée du blocus de Gaza, l'ouverture de la frontière avec l'Egypte et la libération de dizaines de détenus.



Le Hamas a affirmé ne pas avoir été mis au courant de cette proposition et l'avoir apprise par les médias, ce qui l'a rendu furieux. Le mouvement islamiste veut impliquer ses alliés turc et qatariote dans toute initiative de trêve. Dans un communiqué publié dans la nuit de samedi à dimanche, le mouvement islamiste a indiqué qu'il avait reçu une invitation de l'Egypte, via des médiateurs, pour qu'une délégation dirigée par son chef Khaled Mechaal aille au Caire discuter de l'initiative égyptienne.



Dans ce texte, le Hamas a fait savoir que sa position sur la proposition égyptienne était "connue", à savoir qu'il l'écartait, mais il s'est déclaré en même temps "disposé à coopérer avec toute initiative de n'importe quelle partie qui répondra aux demandes spécifiques palestiniennes déjà présentées". Un responsable du ministère égyptien des Affaires étrangères s'est refusé à démentir ou confirmer l'invitation envoyée au Hamas.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.





from L'actu sur Le HuffPost http://ift.tt/1yKlQba

via Actualité
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...