vendredi 3 août 2012

Le procureur Courroye muté de force au parquet général de Paris


Après le feu vert donné par le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), le procureur de Nanterre a été muté à Paris, nommé avocat général. Philippe Courroye était mis en cause depuis plusieurs mois pour sa proximité supposée avec Nicolas Sarkozy et sa gestion de l'affaire Bettencourt.

L'ex-procureur de Nanterre Philippe Courroye avec l'ex-Président Sarkozy lors d'une cérémonie au Mont-Valérien en 2009 © Reuters Charles Platiau
Une mutation "dans l'intérêt du service", précise le décret présidentielsigné juste avant le départ en vacances de François Hollande. Officiellement, le ministère de la Justice veut "redonner un peu plus de sérénité à une juridiction qui a connu des difficultés depuis quelques mois", et "restaurer le bon déroulement du service et de l'institution judiciaire".
Le parquet de Nanterre, dirigé par Philippe Courroye, a été très critiqué dans sa gestion de l'affaire Bettencourt, un Vaudeville qui finit par mettre en lumière des soupçons de financement illégal de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. Courroye, en première ligne, est accusé par Le Monde d'avoir tenté de découvrir les sources qui informaient les deux journalistes. Et soupçonné d'avoir voulu "la peau" de la juge Prévost-Desprez dont l'enquête dérangeait.
Il y a aussi sa proximité supposée avec l'ancien chef de l'Etat, qui pourrait être à l'origine de quelques services rendus outrepassant largement ses fonctions.
Et puis il y a le suicide d'un substitut — même si aucun lien n'est établi officiellement avec l'ambiance délétère du parquet de Nanterre — qui a conduit à une motion votée par le CHSCT (Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail).
Dès le lancement de la procédure disciplinaire devant le CSM, Philippe Courroye avait annoncé son intention de saisir le Conseil d'Etat. Il ne l'a pas encore fait. Et de toute façon, son recours éventuel n'ajournera pas sa mutation disciplinaire.
Le magistrat a également annoncé qu'il allait se mettre en disponibilité de la magistrature pour devenir avocat.

Des requins sur les côtes de la Méditerranée


Illustration. Le cadavre d'un requin a été découvert flottant au large de la pointe de l'Esquillon, près de Cannes, tandis que des plaisanciers ont filmé un squale, bien vivant, au large de Saint-Tropez, selon la presse régionale.

Illustration. Le cadavre d'un requin a été découvert flottant au large de la pointe de l'Esquillon, près de Cannes, tandis que des plaisanciers ont filmé un squale, bien vivant, au large de Saint-Tropez, selon la presse régionale. | DR

Zoom
Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l'article Tout leParisien.fr sur votre mobile
C'est une info qui va en faire frissonner plus d'un en cette période de départ en vacances. Le quotidien «Nice Matin» annonce qu'un cadavre de requin a été retrouvé à quelques encablures de la pointe de l'Esquillon, près de Cannes. 
Les restes du prédateur - une bête de 2,50 à 4 m de long - ont été repêchés par la brigade nautique de la ville de Théoule-sur-Mer. Probablement haché par une hélice, le squale est en état de décomposition avancée. Au point qu'il est difficile de déterminer son espèce exacte. Le quotidien note cependant que la «Méditerranée compte environ une cinquantaine d'espèces de requins qui restent souvent au large et en profondeur».

Coïncidence ? A Saint-Tropez, deux plaisanciers ont croisé le chemin d'un requin bien vivant celui-là, rapporte «Var-Matin». En route pour une petite partie de pêche, ils aperçoivent ce qu'ils pensent d'abord être un poisson-lune. Quelques mètres de plus, un aileron sort de l'eau. Par réflexe l'un des deux hommes crie «au grand blanc» avant de filmer la scène avec son téléphone portable. Au quotidien, il explique : « Je vous jure, c'est impressionnant de voir ça. Maintenant, je n'ai plus vraiment envie de me baigner au large, autour du bateau ». Le squale a fait le beau autour du bateau - un modèle White Shark (requin blanc] ! - avant de replonger dans les profondeurs.

Le braqueur filmait les distributeurs d’argent



Les braqueurs lors de leur interpellation par les policiers.

Les braqueurs lors de leur interpellation par les policiers. | (DR.)

Zoom

Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l'article Tout leParisien.fr sur votre mobile
Pour connaître la fréquence de passage des techniciens chargés de l’entretien des distributeurs automatiques de billets (DAB) et mieux les surprendre, un malfaiteur avait disposé un ingénieux système d’enregistrement vidéo à proximité des automates. Mais sa petite « installation » a été découverte à cause d’une grossière erreur. 
Le  avait installé une de ses caméras dans une voiture mal garée sur la chaussée à Gargenville (Yvelines). L’homme a finalement été interpellé le 8 juillet, en compagnie de deux complices, au retour d’un  commis dans un supermarché à Maulette (Yvelines). Mis en examen, le trio a été placé en détention provisoire.

Tout commence le 12 juin, lorsque des policiers verbalisent une  Clio qui se trouve en stationnement gênant à proximité d’une agence de la BNP. Les fonctionnaires, après avoir rédigé leur PV, sont intrigués par ce qui ressemble à l’objectif d’une caméra dirigé vers l’entrée du local du distributeur de la banque. Saisis des faits, les enquêteurs de la police judiciaire de Versailles établissent que ce véhicule est utilisé par un certain Amine H., 24 ans, domicilié à Porcheville et déjà connu pour des vols à main armée.

Une surveillance est disposée autour du domicile du suspect

Les policiers de la brigade de recherche et d’intervention (BRI) de la PJ versaillaise observent ensuite le jeune suspect en train de récupérer le matériel d’enregistrement. Au début du mois de juillet, un second véhicule — une Jeep Cherokee —, équipé de la même façon, est découvert, stationné entre deux banques, dans la commune de Limay.

Le 8 juillet, en tout début de matinée, Amine H. est rejoint par deux inconnus à son domicile alors qu’une surveillance discrète a été disposée autour des lieux. Les trois hommes ressortent rapidement avant de prendre le volant d’une puissante BMW M3. Quelques minutes plus tard, les policiers sont alertés d’un braquage qui vient d’être commis dans un magasin Intermarché.

Trois hommes armés d’un fusil à pompe et d’une arme de poing ont fait irruption dans le commerce avant de s’emparer de 36 000 €. Amine H. et ses deux complices — Many C. et Douga B., tous deux âgés de 24 ans —, sont interpellés à leur retour à Porcheville.

Dans une Opel Astra ayant servi de voiture-relais aux braqueurs, les enquêteurs découvrent un fusil à pompe chargé, un pistolet automatique 9 mm, des talkies-walkies, des cagoules, une bombe lacrymogène ainsi que le butin dérobé. La fouille de l’appartement du principal suspect a également permis la saisie d’un gilet pare-balles et de documents relatifs à la fabrication d’engins explosifs et à des projets d’attaques de DAB à la voiture-bélier.

Mission « impossible » pour Kofi Annan qui referme le dossier syrien


Genève, le 3 août 2012. Kofi Annan jette l'éponge et referme le dossier syrien qu'il avait spécialement pris en charge au nom de l'ONU.
Genève, le 3 août 2012. Kofi Annan jette l'éponge et referme le dossier syrien qu'il avait spécialement pris en charge au nom de l'ONU.

Par RFI
« J’ai fait de mon mieux », a affirmé Kofi Annan. Après cinq mois d'efforts, le médiateur des Nations unies et de la Ligue arabe en Syrie préfère démissionner. Il quittera  ses fonctions le 31 août. Devant la presse à Genève, le diplomate a pointé du doigt l’incapacité du Conseil de sécurité de l’ONU à s’unir. Kofi Annan parle d’échec de sa mission. Il n’est pas arrivé à imposer son plan de paix, mais quelles sont les avancées issues de sa médiation ?

Avec notre correspondant à New York, Karim Lebhour
La médiation de l'ONU est clairement un échec ; difficile donc de retenir quelques avancées. Kofi Annan avait deux objectifs au début de cette mission : établir un cessez-le-feu en Syrie et entamer un dialogue entre le gouvernement et l’opposition syrienne. Cela n’a pas été le cas. C’était une mission « impossible », c’est d’ailleurs le terme qu’a repris Kofi Annan lui-même. Non seulement, il a dû faire face à un Conseil de sécurité divisé, mais les acteurs du conflit eux-mêmes, le gouvernement et l’opposition syrienne, ne veulent pas d’un dialogue politique.
C’est vrai que les observateurs de l’ONU qui ont été déployés en Syrie ont sans doute permis d’avoir des informations plus fiables. Mais leur mission va sans aucun doute se terminer également dans quelques semaines et l’ONU va probablement se cantonner désormais à un rôle humanitaire plutôt que politique en Syrie.
Kofi Annan regrette le manque de soutien du Conseil de sécurité. Aujourd’hui, l’Assemblée générale de l’ONU doit voter une résolution qui est présentée par le groupe des pays arabes.

C’est une résolution non contraignante. Il s'agit évidemment d'un message destiné à montrer que l’ONU reste active sur le dossier syrien. Et la dernière résolution de l’Assemblée générale était passée à une très large majorité, avec 137 voix. Mais cette fois, le score pourrait être plus serré parce que l’activisme de l’Arabie Saoudite, du Qatar et des Occidentaux sur le dossier syrien irrite beaucoup de pays qui pourraient préférer s’abstenir plutôt que de voter en faveur de cette résolution.Cette résolution reprend le texte qui avait été présenté devant le Conseil de sécurité et auquel la Russie et la Chine avaient soumis leur veto. On y retrouve les menaces de sanctions, la transition politique et même une référence aux armes chimiques et un avertissement quant à l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien.

JO 2012 : après la tricherie, la Chine réclame des excuses publiques



Badminton : les joueuses sud-coréennes Ha Jung Eun et Kim Min Jung, jouant en double contre l'Indonésie (31 juillet 2012)
Badminton : les joueuses sud-coréennes Ha Jung Eun et Kim Min Jung, jouant en double contre l'Indonésie (31 juillet 2012) / Crédits : AFP / A. Berry
La Chine a demandé des excuses publiques à ses joueuses de double de badminton disqualifiées mercredi des Jeux olympiques de Londres pour tricherie.C'est le genre d'humiliation qui ne passe pas en Chine. Le gouvernement chinois a demandé des excuses publiques à ses joueuses de double de badminton disqualifiées mercredi des Jeux olympiques de Londres pour tricherie. Huit joueuses de badminton ont été disqualifiées pour avoir perdu délibérément afin de bénéficier d'un tableau plus favorable lors du tournoi olympique. Les sanctions prises par la Fédération internationale de badminton concernent les Chinoises Yu Yang et Wang Xiaoli, les Sud-Coréennes Jung Ky-ung et Kim Ha-na et Ha Je et Kim Min-jung et les Indonésiennes Meiliana Juahari et Polii Greysia."La délégation a d'ores et déjà critiqué sévèrement et sensibilisé les responsables du badminton, l'équipe et les joueuses en question et leur a demandé de reconnaître  la gravité et le préjudice de l'affaire, de s'excuser publiquement et d'empêcher que ce genre d'incidents se produise encore", rapporte l'agence de presse Chine Nouvelle. La défaite de Yu et Wang face aux Sud-Coréennes Jung Ky-ung et Kim Ha-na permet au double chinois d'éviter une confrontation contre leurs compatriotes Tian Qing et Zhao Yunlei.Yu Yang a annoncé jeudi sur son compte de microblog Tencent qu'elle mettait un terme à sa carrière. "C'est ma dernière compétition. Adieu à la Fédération internationale de badminton, adieu badminton bien-aimé", écrit la joueuse chinoise. "Nous avions seulement choisi d'utiliser les règles pour perdre le match. C'était seulement pour être capable de mieux jouer au second tour de la phase d'élimination directe. C'est la première fois que les Jeux olympiques modifient (le format du tournoi). Ne voient-ils par le tort qu'ils causent aux athlètes?", poursuit-t-elle. "Vous avez réduit à néant nos rêves sans aucune pitié. Ce n'est pas plus compliqué que ça. Mais c'est impardonnable."
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...