lundi 30 juillet 2012

Alep, "la mère de toutes les batailles" en Syrie


Une rue du quartier de Salaheddine à Alep le 29 juillet 2012.
Une rue du quartier de Salaheddine à Alep le 29 juillet 2012. | AFP/Pierre Torres
Pour les forces de Bachar Al-Assad comme pour l'armée syrienne libre, Alep, la deuxième ville du pays, représente une étape-clé dans la guerre qui se joue. L'issue de la "bataille d'Alep" aura des conséquences décisives. Le point sur la situation et les enjeux des combats.
  • POURQUOI LA BATAILLE D'ALEP EST-ELLE CRUCIALE ?
"Pour les rebelles, la ville est la clé de la Syrie du Nord, a relaté Ignace Leverrier, ancien diplomate français ayant été en poste en Syrie, dans un entretien avec l'AFP. En la prenant, ils pourront assurer enfin la zone protégée réclamée depuis des mois par la révolution syrienne pour pouvoir soigner ses blessés et donnerrefuge aux déserteurs et à leurs familles." 
Cette zone sécurisée permettrait en outre à la rébellion syrienne d'avoir une voie directe vers la Turquie, où se trouve le quartier général de l'Armée syrienne libre (ASL) et d'acheminer des armes depuis la Turquie.
Alep, deuxième ville du pays, est le poumon économique syrien. "Pour le régime, a ajouté Ignace Leverrier, c'est une ville commerciale dans laquelle il a beaucoup d'alliés, notamment parmi les hommes d'affaires sur lesquels il compte pourfinancer une partie de son effort de guerre."
  • OÙ LES COMBATS SE CONCENTRENT-ILS ?

Les forces de Bachar Al-Assad essaient de reprendre le contrôle de la ville, située à 355 kilomètres au nord de Damas et à 45 kilomètres de la frontière turque, après que l'ASL s'est emparée de plusieurs quartiers, il y a une semaine. L'assaut a été donné par les forces gouvernementales samedi 28 juillet au matin, dans le quartier de Tarik Al-Bab, après que des renforts militaires sont arrivés dans la ville.

Les bombardements de l'armée syrienne ont touché principalement le quartier de Salaheddine, au sud-ouest de la ville, samedi 28 et dimanche 29 juillet. De violents affrontements se sont en outre déroulés autour du siège des services de renseignement dans le quartier d'Al-Zahira, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), une ONG basée à Londres, proche de la rébellion syrienne. Les Comités locaux de coordination ont pour leur part affirmé que le quartier de Sakhour (à l'est de la ville) était mitraillé par des hélicoptères.
La carte des affrontements à Alep.
  • LES FORCES EN PRÉSENCE
L'armée syrienne, composée de 300 000 hommes en 2011, bombarde depuis trois jours plusieurs quartiers d'Alep avec des hélicoptères, des tanks et des chasseurs bombarbiers MIG. Le journal Al-Watan, proche du régime, décrit la bataille d'Alep comme "la mère de toutes les batailles""Toutes les forces antisyriennes se sont rassemblées à Alep pour lutter contre le gouvernement, a assuré dimanche 29 juillet le chef de la diplomatie syrienne, M. Al-Mouallem, et elles seront sans aucun doute vaincues [par l'armée syrienne]."
Face aux forces gouvernementales à Alep : l'ASL, la principale composante de l'opposition armée au régime de Bachar Al-Assad. Composée de déserteurs de l'armée régulière et de civils armés, elle compterait entre 5 000 et 6 000 personnes à Alep. L'ASL est soutenue ouvertement par le Conseil national syrien (CNS), principale instance politique de l'opposition. Le président du CNS, Abdelbasset Sayda, a demandé aux Occidentaux de fournir les rebelles en armes,"capables d'arrêter les chars et les avions de combat. Il faut que les Syriens puissent se protéger contre la machine à tuer". La rébellion se bat actuellement avec un arsenal rudimentaire, majoritairement volé à l'armée syrienne : des roquettes antichars, des lance-roquettes et des kalachnikovs.
Des rebelles syriens fêtent la prise du poste de contrôle d'Anadan, au Nord d'Alep, le 30 juillet 2012

  • OÙ EN SONT LES COMBATS LUNDI 30 JUILLET ?
Lundi 30 juillet au matin, au troisième jour du conflit, l'armée syrienne affirme avoirpris le contrôle d'une partie du quartier Salaheddine à Alep. Le chef du conseil militaire rebelle d'Alep, le colonel Abdel Jabbar Al-Oqaidi, a lui démenti cette information. Les troupes gouvernementales n'ont "pas avancé d'un seul mètre"a-t-il assuré à l'AFP"Nous avons repoussé un nouvel assaut contre Salaheddine dans la nuit, et nous avons détruit quatre chars."
Selon l'OSDH, l'armée syrienne "est juste entrée dans la périphérie du quartier". Impossible pour les journalistes sur place de vérifier ces informations car "pouraller voir, il faudrait une voiture. De l'essence aussi. Pouvoir s'approcher des check-points", explique Florence Aubenas, l'envoyé spéciale du Monde à Alep, dans son article publié le 31 juillet dans Le Monde.

Californie: le procès Apple-Samsung fait le plein d'audience au tribunal



Des gens font la queue pour assister au méga-procès Apple-Samsung, le 30 juillet 2012, à San José, en Californie
Des gens font la queue pour assister au méga-procès Apple-Samsung, le 30 juillet 2012, à San José, en Californie 
Le procès où s'affrontent le géant informatique américain Apple et son adversaire, le Sud-Coréen Samsung, dans un conflit croisé pour violation de brevets a fait salle pleine lundi au tribunal fédéral de San José (Californie), au coeur de la Silicon Valley.
La sélection d'un panel de dix jurés a commenté avec un groupe de 70 personnes rassemblées dans la salle d'audience où elles devaient répondre à des questions cherchant à déterminer si elles avaient des proches travaillant pour Apple, Samsung, pour le géant internet Google ou pour sa filiale Motorola.
Google n'est pas directement impliqué dans le dossier, mais son système d'exploitation Android est utilisé sur les appareils Samsung, et va figurer de manière évidente dans le dossier.
Interrogé sur ce qu'ils connaissaient de ce dossier, plusieurs jurés potentiels ont admis qu'ils avaient lu la biographie de Steve Jobs, le cofondateur d'Apple décédé l'an dernier, dans lequel il qualifie Android de "produit volé".
Avant le début de l'audience, des dizaines de personnes faisaient la queue à l'extérieur du tribunal.
Apple réclame 2,5 milliards de dollars à Samsung, l'accusant de violation de brevets. Le Sud-Coréen a contre-attaqué, en accusant la firme à la pomme d'avoir enfreint ses propres brevets.
C'est l'un des litiges de propriété intellectuelle liés au segment le plus important actuellement pour le secteur des technologies: les tablettes et les téléphones multifonctions.
Si le résultat de procès similaires a été mitigé en Europe et en Australie, Samsung est clairement sur la défensive aux Etats-Unis.
La juge Lucy Koh, qui préside le tribunal, a déjà émis deux injonctions demandant la suspension temporaire des ventes aux Etats-Unis de la tablette Samsung Galaxy 10 pouces (25 cm) et le téléphone multifonctions Nexus conçu par Google.
En outre, la magistrate a jugé la semaine dernière que Samsung avait détruit des preuves clés en permettant la destruction de courriels après avoir été informée de la plainte d'Apple.
Parmi les rares bonnes nouvelles pour Samsung, une cour d'appel aux Etats-Unis a levé l'interdiction de vente du téléphone Nexus pendant que le procès continue.
R. Polk Wagner, un professeur spécialiste du droit des brevets à l'université de Pennsylvanie, estime que ce procès est l'un des plus importants sur les brevets depuis les années 1980 et le conflit entre les deux géants de la photographie de l'époque, Polaroid et Kodak.
"Je pense qu'il s'agit du premier de nombreux procès portant sur la technologie des smartphone", avec des conséquences financières importantes pour les deux groupes intéressés et sur le secteur tout entier, a-t-il dit à l'AFP.
"Il faut voir quel en sera l'impact si Apple gagne. Il est relativement facile de développer à partir de ces brevets. Alors, même si Samsung perd quelques rounds, ils pourraient encore parvenir à faire leurs téléphones", affirme-t-il.
Mais Samsung pourrait faire face à de gros risques: si Apple gagne, il pourrait gagner une injonction permanente interdisant la vente d'appareils Samsung aux Etats-Unis.
Et si Samsung ne procède qu'à de légers changements, Apple pourrait le faire condamner pour outrage à décision de cour avec à la clé une amende énorme.
Une enquête du cabinet spécialisé IDC indique que Samsung a expédié 50,2 millions de téléphones multifonction entre avril et juin tandis qu'Apple a vendu 26 millions de son iPhone. IDC attribue à Samsung 32,6% du marché tandis qu'Apple en détient 16,9%.
Samsung est le principal fabricant de téléphones utilisant le système Android, devenu le plus utilisé au monde malgré d'autres plaintes d'Apple contre Google l'accusant lui aussi de violation de brevets.

JO 2012 : mais où s'arrêtera «le squale» Yannick Agnel ?


Londres, le 30 juillet. Yannick Agnel le drapeau tricolore dans les mains après sa victoire sur le 200 m nage libre.

Londres, le 30 juillet. Yannick Agnel le drapeau tricolore dans les mains après sa victoire sur le 200 m nage libre. | (AFP/CHRISTOPHE SIMON)

Zoom
Après sa démonstration lundi soir sur 200 m nage libre et sa victoire en relais avec ses compères du 4x100m, où s'arrêtera le nageur Yannick Agnel ? En s'imposant de plus d'une seconde devant ses principaux adversaires, le Français a marqué les esprits et se pose en concurrent sérieux sur la distance reine du 100 m.

Et comme dans un combat à distance, le Français a indiqué à ses adversaires l'Américain Ryan Lochte et les autres missiles que sont l'Australien Magnussen ou le Brésilien Cielo ont du être impressionnés par les derniers 50 m du nageur de 20 ans né à Nîmes.


Celui qui avait affiché ses ambitions olympiques dès son plus jeune âge et déménagé du Gard vers Nice pour s'entraîner avec Fabrice Pellerin, a voulu rester modeste et garder la froide.  «Il va va falloir prendre les choses étapes par étapes, a insisté la  de la française et mondiale au micro de France 2. Je vais me reposer car demain matin (mardi) il a les séries du 100 m et le soir le 4x200 m.»

En cas de victoire, le grand échalat (2 m 02) serait définitivement le roi en apportant une troisième médaille d'or à la France.  
.

Congés de reclassement : Renault condamné aux Prud'hommes


L'affaire pourrait faire jurisprudence. Le tribunal des Prud'hommes du Havre a condamné Renault à verser des indemnités à 91 anciens salariés de Sandouville. Partis en 2008 lors d'un plan de départs volontaires, ils avaient fait les frais de la réforme des retraites de 2010.

Manifestation devant l'usine Renault de Sandouville, lors du plan social de 2008 © Reuters Oscar Leconte
Ils sont 91 anciens salariés de l'usine Renault de Sandouville à avoir obtenu la condamnation de leur ancien employeur, aujourd'hui au Havre. Le tribunal des Prud'hommes a condamné l'entreprise à verser à chacun de ces 91 ouvriers 20.000 euros, pour non-respect des dispositions sur les congés de reclassement.
Ces salariés avaient quitté l'usine en 2008, dans le cadre d'un plan de départs volontaires. Eligibles au dispositif "carrières longues", ils espéraient pouvoir partir à la retraite après la période d'indemnisation consécutive à leur départ. Mais avec le report de l'âge légal de départ de 60 à 62 ans, ils ont dû patienter plusieurs mois, sans revenus, et été obligés pour certains de rechercher du travail.
Les Prud'hommes ont reconnu un préjudice moral.

Un joueur suisse exclu des JO pour des propos racistes


Michel Morganella a été exclu des JO de Londres. Ce joueur de l'équipe de football avait publié un tweet raciste sur son compte après la défaite de son équipe face à la Corée du Sud. Face aux réactions indignées, le joueur avait ensuite présenté ses excuses avant de fermer son compte twitter.
Selon le chef de la mission suisse Gian Gillin :"Il a fait de la discrimination, il s'est montré insultant et il a porté atteinte à la dignité le l'équipe sud-coréenne de football et du peuple sud-coréen". 

Ramadan : 4 moniteurs suspendus par la mairie de Gennevilliers


Quatre moniteurs de colonie de vacances ont été suspendus par la mairie de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) pour avoir observé le jeûne du ramadan, a indiqué lundi la mairie, confirmant une information duBondyBlog. Selon ce dernier, les animateurs envisageraient de porter cette affaire devant la justice.
"On a reçu la visite du responsable des centres de vacances. Il est venu
voir si tout se déroulait correctement avec les enfants, et c'était le cas,
puis il est venu déjeuner avec nous. Il s'est mis à ma table, et a remarqué qu'à l'heure du déjeuner je ne mangeais pas et Moussa non plus
", a expliqué l'un des animateurs, prénommé Nassim.
"Ce défaut d'alimentation et d'hydratation pouvait conduire ces agents à ne plus être en pleine possession des moyens requis pour assurer le bon déroulement et la sécurité des activités du séjour, ainsi que la sécurité physique des enfants dont ils avaient la charge", explique la mairie qui a donc mis fin aux contrats des quatre personnes en CDD.

Syrie : des observateurs de l'ONU pris pour cible

Un convoi transportant des observateurs de l'ONU dont leur chef, le général Babacar Gaye, a été la cible d'une attaque dimanche en Syrie, a indiqué lundi le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon. Un porte-parole de l'ONU a précisé que le convoi avait été touché par des 
tirs à l'arme légère. "Heureusement, personne n'a été blessé dans ces attaques", a précisé Ban Ki-moon.

Elie Baup mis en examen dans une affaire d'escroquerie aux allocations chômage


Le nouvel entraîneur de l'Olympique de Marseille, Elie Baup, et sa compagne ont été mis en examen récemment, juste avant la nomination de l'entraîneur à la tête de l'OM. Ils sont visés par une enquête pour escroquerie aux allocations chômage.
Elie Baup est soupçonné d'avoir perçu des allocations chômage considérables après son départ du FC Nantes. Dans le même temps, il était consultant pour la chaîne Canal+. 

Tuerie du Colorado : 142 charges au total retenues contre le tireur


Aux États-Unis, James Holmes, 24 ans, a été mis formellement en accusation lundi, pour 24 chefs d'inculpation de meurtre et 116 chefs d'inculpation de tentative de meurtre. Le 20 juillet dernier il s'était introduit dans un cinéma d'Aurora (Colorado), tirant sur les spectateurs, faisant 12 morts et 58 blessés.

James Holmes lors de sa première comparution le 23 juillet © Reuters
Les procureurs ont indiqué qu'il leur faudrait plusieurs semaines pour décider si ils demanderont la peine de mort ou pas. Le Colorado n'a exécuté qu'une seule personne depuis le rétablissement de la peine capitale aux Etats-Unis en 1976.
Pour l'heure, il s'agissait lundi de la mise en accusation formelle du tireur du cinéma d'Aurora, devant le tribunal de Centennial, près de Denver (Colorado). Le 20 juillet dernier, James Holmes avait tué 12 personnes et fait 58 blessés en ouvrant le feu sur les spectacteurs dans un cinéma près de Denver.

24 charges pour meurtre et 116 pour tentative de meurtre

Le jeune homme est poursuivi, pour chacune des victimes, à la fois pour assassinat (meurtre prémédité) et pour meurtre. Ce qui mène à 24 chefs d'inculpation de meurtre et 116 chefs d'inculpation de tentative de meurtre.
James Holmes est également poursuivi pour détention d'un engin explosif et circonstances aggravées qui lui font encourir une peine plus lourde. Il s'était introduit dans le cinéma pendant la projection du dernier Batman, avec un fusil d'assaut muni d'un chargeur à grande capacité capable de tirer 50 à 60 cartouches par minute.
Dix blessés étaient toujours hospitalisés lundi, dont quatre dans un état critique.

Noyade dans l'Aude : garde à vue prolongée pour le directeur de colonie de vacances


Un jeune de 17 ans est mort noyé samedi dans l'Aude, alors qu'il participait à un stage dans un lac interdit à la baignade. Le directeur de la colonie de vacances à laquelle le jeune participait a été placé en garde à vue, celle-ci a été prolongée de 24 heures lundi.

Le gouffre de l'Oeil doux dans l'Aude, là où un jeune de 17 ans est mort samedi © Reuters François Tallieu
L'autopsie pratiquée lundi a confirmé que le jeune homme de 17 ans était mort par noyade. L'accident s'est produit samedi dernier au gouffre de l'Oeil doux, un lac situé dans le massif de la Clape, entre Narbonne et la Méditerranée.
Le garçon séjournait dans un camping situé à quelques kilomètres de là, dans la station balnéaire de Saint-Pierre-la-mer. Il participait à un camp d'initiation à la plongée sous-marine et au kite surf. Mais la mer étant agitée samedi, la sortie plongée avait été remplacée par une sortie au gouffre de l'Oeil doux.
Et pourtant, un arrêté municipal de la commune de Fleury-d'Aude interdit officiellement la baignade à cet endroit. Des dizaines de touristes s'y baignaient tout de même samedi.

"Le directeur était au courant de l'interdiction de baignade"

Le directeur de la structure organisatrice de la colonie de vacances, Planètes aventures, indique "qu'il n'y avait pas de panneaux avertissant de l'interdiction de baignade". Une incertitude subsiste sur la présence ou non d'un tel panneau. Mais pour la substitut du procureur de Narbonne : "le directeur était au courant de l'interdiction de baignade mais il est passé outre et a autorisé le groupe à se rendre sur les lieux, mais il n'était pas présent sur le site".
La garde à vue du directeur de la colonie de plongée a été prolongée lundi de 24 heures. Une conférence de presse sera donnée mardi à 16h au parquet de Narbonne. Une décision sera alors communiquée concernant une éventuelle mise en examen pour "mise en danger de la vie d'autrui" ou "homicide involontaire par manquement délibéré de prudence".

Syrie : la population israélienne se précipite sur les masques à gaz


La semaine dernière, le régime syrien reconnaissait pour la première fois posséder des armes chimiques. L'annonce a provoqué une vague d'inquiétude en Israël, où les centres de distribution de masques à gaz enregistrent des records d'affluence.

Distribution de masques à gaz dans un centre commercial près de Jérusalem, ce lundi. © Radio France Grégory Philipps
"Prendre son masque, c'est faire le choix de la vie". Le slogan est imprimé sur les uniformes des employés des centres de distribution de masques de gaz. Voilà deux ans qu'ils distribuent régulièrement des kits de survie à la population, depuis que les autorités israéliennes ont décidé d'équiper tout le pays par mesure de précaution.
Depuis la semaine dernière, ces distributions connaissent un succès inhabituel. "Au lieu de 2.000 demandes quotidiennes, nous avons distribué près du double ces deux derniers jours" explique un porte-parole de la Poste israélienne, chargée de gérer l'opération. Des budgets ont été débloqués pour pouvoir équiper plus rapidement la population.

Damas menace d'utiliser des armes chimiques en cas d'intervention étrangère

En cause : l'inquiétude liée à la situation en Syrie. "Il faut être prêts à toute éventualité quand on entend ce qui se passe là-bas" explique un habitant de la banlieue de Jérusalem, venu chercher six masques pour lui et sa famille. La semaine dernière, Damas a reconnu pour la première fois posséder des armes chimiques, menaçant de les utiliser en cas d'intervention militaire étrangère.
Les autorités israéliennes s'inquiètent surtout du devenir de ces armes en cas de chute du régime de Bachar al-Assad. En cas de "transfert d'armes chimiques syriennes au Hezbollah", a affirmé le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, Israël agira de façon "immédiate"et aussi "dure que possible".
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...