lundi 19 mars 2012

Muamba «stable mais critique


Le 19/03/2012 à 11:12:00 | Mis à jour le 19/03/2012 11:14:39

Foot - ANG - Bolton

Muamba «stable mais critique»

Fabrice Muamba est dans un état «stable mais critique», selon un communiqué diffusé lundi par l'hôpital où il a été conduit samedi après son arrêt cardiaque lors du match de Cup  contre Tottenham. Le défenseur de Bolton, âgé de 23 ans, est toujours  dans le service des soins intensifs du London Chest Hospital.

Angleterre: Muamba dans "un état stable mais critique


Angleterre: Muamba dans "un état stable mais critique"
afp.com/Olly Greenwood

LONDRES - Le footballeur de Bolton Fabrice Muamba, victime samedi d'un arrêt cardiaque sur le terrain lors d'un match de Coupe d'Angleterre contre Tottenham, était dans un état "stable mais critique", selon un communiqué diffusé lundi par l'hôpital où il a été conduit.

Selon le texte publié à 09h30 GMT au nom de Bolton et du London Chest Hospital "Fabrice Muamba est dans un état stable mais critique dans le service des soins intensifs du London Chest Hospital".
"La famille est reconnaissante aux medias de continuer à respecter son intimité".
Le jeune Anglais d'origine congolaise, âgé de 23 ans, s'était soudainement effondré sur le pelouse de White Hart Lane, peu avant la mi-temps, alors qu'aucun autre joueur n'était à proximité de lui.
Les secouristes, accourus immédiatement, ont pratiqué une longue séance de réanimation sur la pelouse, puis lors du trajet vers l'hôpital.
Son coeur avait recommencé à battre de façon autonome à l'arrivée à l'hôpital.
Alors que Muamba continue à se battre pour rester en vie, des experts ont souligné qu'une amélioration éventuelle de son état dépendra du degré de privation d'oxygène de son cerveau.
Une consultante en cardiologie de l'hôpital St Mary de Londres, Amanda Varvana, a appelé la Grande-Bretagne à suivre l'exemple de l'Italie et à détecter les problèmes cardiaques génétiques de tous les jeunes sportifs.
Sanjay Sharma, professeur de cardiologie à l'hôpital St-Georges de Londres, a affirmé au Times que les joueurs subissaient un contrôle de leur coeur à l'âge de 16 ans mais que les clubs ne faisaient pas tous ensuite un suivi régulier.
Les gestes de soutien au jeune joueur ont été nombreux dimanche, au lendemain du match, qui avait été définitivement interrompu après l'accident samedi.
A Chelsea, le défenseur Gary Cahill, un de ses anciens coéquipiers à Bolton, a dévoilé l'inscription "Priez pour Muamba" sur un T-shirt en soulevant son maillot après avoir marqué le premier but contre Leicester en Coupe d'Angleterre.
Les dirigeants d'Aston Villa ont accepté de reporter la rencontre de Premier League qui devait les opposer à Bolton mardi à Villa Park.
L'entraîneur Owen Coyle a adressé des remerciements "au nom de la famille de Fabrice" pour les très nombreux messages de soutien reçus "non seulement des supporteurs de Bolton mais de nombreux autres clubs dans le pays et à l'étranger".
Il a accompagné Muamba dans l'ambulance qui le menait à l'hôpital, affirmant: "Tout le monde prie pour lui. C'est bien d'être talentueux en football mais c'est bien plus important d'être un homme authentiquement bien et c'est le cas de Fabrice".
La fiancée de Muamba, Shauna Muamba, la mère de leur petit garçon de trois ans, a remercié sur Twitter les supporteurs du club et de Muamba pour leur soutien.
Né à Kinshasa, Fabrice Muamba est arrivé en Angleterre à l'âge de 11 ans avec son père pour fuir la guerre en République démocratique du Congo (RDC).
Formé à Arsenal, ce milieu de terrain a porté le maillot de Birmingham avant de rejoindre le club de Bolton en 2008, avec lequel il a disputé près de 150 matches. Il a aussi été sélectionné dans l'équipe d'Angleterre Espoirs.
Par 

Dr Laurent Uzan: «En Angleterre, il n'y a pas les mêmes impératifs en termes de suivi cardiologique pour les athlètes de haut niveau


SANTE - Le cardiologue, spécialisé dans le sport, revient sur le malaise cardiaque du jeune anglais Fabrice Muamba...

Dans un état «stable mais toujours critique», le jeune Anglais Fabrice Muamba est actuellement entre la vie et la mort après avoir fait un malaise cardiaque samedi en plein match. Le Dr Laurent Uzan, cardiologue spécialisé dans le sport, revient sur cet accident et tente d’en trouver les causes.
Son pronostic vital est aujourd’hui réservé. Quand saura-t-on si Fabrice Muamba est tiré d’affaire?
C’est extrêmement délicat à dire. Ça peut être une semaine comme un mois ou plus. Regardez le cas de David Sommeil en France [l’ancien joueur deValenciennes a subi un AVC à l’entraînement en 2008, avant de rester 15 jours dans le coma, ndlr], ça a pris énormément de temps…
A-t-il une chance, un jour, de reprendre son activité de sportif de haut niveau?
Aujourd’hui, on ne sait pas s’il va s’en sortir, c’est difficile de dire quoi que ce soit. Ça peut aller d'une évolution très péjorative à une reprise normale, même si intuitivement, pour le sport de haut niveau, on a plutôt un avis défavorable…
Comment un tel accident peut arriver alors que ses joueurs sont extrêmement surveillés?
En France comme en Italie, il y a une médicalisation importante des sportifs professionnels au niveau cardio, avec chaque année un électrocardiogramme d’effort, une échographie du cœur, un examen par un médecin. Même chez les sportifs qui ne sont pas de haut niveau, d’ailleurs. Aujourd’hui, un gamin de 12 ans doit faire un électrocardiogramme afin d’obtenir un certificat d’aptitude au sport.  En Angleterre, la législation n’est pas vraiment pas la même. La médicalisation dépend des clubs, tous ne sont pas structurés de la même façon. Je ne sais pas comment Bolton l’est, mais d’une manière générale, en Angleterre, il n’y a pas les mêmes impératifs en termes de suivi cardiologique pour les athlètes de haut niveau.
Une pathologie cardiaque a donc échappé aux contrôles?
On dit qu’une «mort subite, c’est un cardiaque qui s’ignore». Très clairement, il y a une pathologie cardiaque sous-jacente, à côté de laquelle on est passé ou qui n’était pas détectable facilement. Il y en a des plus facilement décelables que d’autres.
Quelles peuvent être les pathologies responsables de l'accident de Fabrice Muamba?Pour ce genre d’accident de mort subite, il y en a deux catégories. Après 35 ans, ce sont les infarctus responsables de la plupart des morts subites. Avant 35 ans, donc pour la plupart des sportifs de haut niveau, il y a deux, trois ou quatre maladies qui reviennent le plus souvent. La plus connue, c’est celle du gros cœur, l’hypertrophie cardiaque. Le muscle est trop développé et cela peut être à l’origine de troubles du rythme cardiaque et de malaises. Il y a aussi ce qu’on appelle des maladies rythmiques, qui conduisent à des anomalies du circuit électrique à l’intérieur du cœur. Comme la dysplasie arythmogène du ventricule droit ou le syndrome de Brugada.

Ce sont des maladies qui se découvrent facilement?
Elles se découvrent normalement sur un électrocardiogramme de repos. Un électrocardiogramme de repos tout simple dépiste 60% des maladies à risque de mort de subite. Avec un bémol sur les sportifs, particulièrement de race noire, dont les électros sont parfois fluctuants. Le sport modifie un peu l’électrocardiogramme, ce qui peut induire en erreur.
La question du dopage a-t-elle lieu d’être évoquée?C’est dans l’air du temps de se poser la question, c’est ce que tout le monde aura dans la tête quoi qu’il arrive, mais c’est impossible de répondre. Il n’y a rien qui permet de suspecter le dopage car ce n’est pas un joueur qui a changé ses performances subitement, il a gardé le même gabarit. Après, effectivement, s’il y a un message à faire passer, c’est bien que le dopage peut occasionner des morts subites. Les hormones de croissance, ça fait de l’hypertrophie, l’EPO peut boucher les vaisseaux sanguins…
L’installation de défibrillateurs dans les lieux d’activités sportives peut être décisive dans les premières minutes après le malaise…Pour les sportifs qui ne sont pas de haut niveau, maintenant on a quelque chose qui peut permettre de les sauver. Car ce qui est important, c’est les premières minutes: le défibrillateur et le massage cardiaque. Un message cardiaque, ça prend dix minutes à être appris et ça sauve des vies.
 Propos recueillis par B.V.

Muamba s'effondre en plein match: les dernières nouvelles


Le footballeur de Bolton Fabrice Muamba, victime samedi d'un arrêt cardiaque sur le terrain lors d'un match de Coupe d'Angleterre contre Tottenham, était dans un état "stable mais critique", selon un communiqué diffusé lundi par l'hôpital où il a été conduit.

Selon le texte publié à 11h30 au nom de Bolton et du London Chest Hospital "Fabrice Muamba est dans un état stable mais critique dans le service des soins intensifs du London Chest Hospital". "La famille est reconnaissante aux medias de continuer à respecter son intimité".

Le jeune Anglais d'origine congolaise, âgé de 23 ans, s'était soudainement effondré sur le pelouse de White Hart Lane, peu avant la mi-temps, alors qu'aucun autre joueur n'était à proximité de lui. Les secouristes, accourus immédiatement, ont pratiqué une longue séance de réanimation sur la pelouse, puis lors du trajet vers l'hôpital.

Un cerveau sans oxygène
Son coeur avait recommencé à battre de façon autonome à l'arrivée à l'hôpital. Alors que Muamba continue à se battre pour rester en vie, des experts ont souligné qu'une amélioration éventuelle de son état dépendra du degré de privation d'oxygène de son cerveau.

Une consultante en cardiologie de l'hôpital St Mary de Londres, Amanda Varvana, a appelé la Grande-Bretagne à suivre l'exemple de l'Italie et à détecter les problèmes cardiaques génétiques de tous les jeunes sportifs.

Sanjay Sharma, professeur de cardiologie à l'hôpital St-Georges de Londres, a affirmé au Times que les joueurs subissaient un contrôle de leur coeur à l'âge de 16 ans mais que les clubs ne faisaient pas tous ensuite un suivi régulier.

Nombreux soutiens
Les gestes de soutien au jeune joueur ont été nombreux dimanche, au lendemain du match, qui avait été définitivement interrompu après l'accident samedi. A Chelsea, le défenseur Gary Cahill, un de ses anciens coéquipiers à Bolton, a dévoilé l'inscription "Priez pour Muamba" sur un T-shirt en soulevant son maillot après avoir marqué le premier but contre Leicester en Coupe d'Angleterre.

Les dirigeants d'Aston Villa ont accepté de reporter la rencontre de Premier League qui devait les opposer à Bolton mardi à Villa Park. L'entraîneur Owen Coyle a adressé des remerciements "au nom de la famille de Fabrice" pour les très nombreux messages de soutien reçus "non seulement des supporteurs de Bolton mais de nombreux autres clubs dans le pays et à l'étranger".

Il a accompagné Muamba dans l'ambulance qui le menait à l'hôpital, affirmant: "Tout le monde prie pour lui. C'est bien d'être talentueux en football mais c'est bien plus important d'être un homme authentiquement bien et c'est le cas de Fabrice".

Sa fiancée sur Twitter
La fiancée de Muamba, Shauna Muamba, la mère de leur petit garçon de trois ans, a remercié sur Twitter les supporteurs du club et de Muamba pour leur soutien.

Né à Kinshasa, Fabrice Muamba est arrivé en Angleterre à l'âge de 11 ans avec son père pour fuir la guerre en République démocratique du Congo (RDC).

Formé à Arsenal, ce milieu de terrain a porté le maillot de Birmingham avant de rejoindre le club de Bolton en 2008, avec lequel il a disputé près de 150 matches. Il a aussi été sélectionné dans l'équipe d'Angleterre Espoirs.

Angleterre: Muamba dans "un état stable mais critique"


L'entraîneur Owen Coyle a adressé des remerciements "au nom de la famille de Fabrice" pour les très nombreux messages de soutien reçus "non seulement des supporteurs de Bolton mais de nombreux autres clubs dans le pays et à l'étranger".
L'entraîneur Owen Coyle a adressé des remerciements "au nom de la famille de Fabrice" pour les très nombreux messages de soutien reçus "non seulement des supporteurs de Bolton mais de nombreux autres clubs dans le pays et à l'étranger".
Le footballeur de Bolton Fabrice Muamba, victime samedi d'un arrêt cardiaque sur le terrain lors d'un match de Coupe d'Angleterre contre Tottenham, était dans un état "stable mais critique", selon un communiqué diffusé lundi par l'hôpital où il a été conduit.
Selon le texte publié à 09h30 GMT au nom de Bolton et du London Chest Hospital "Fabrice Muamba est dans un état stable mais critique dans le service des soins intensifs du London Chest Hospital".
"La famille est reconnaissante aux medias de continuer à respecter son intimité".
Le jeune Anglais d'origine congolaise, âgé de 23 ans, s'était soudainement effondré sur le pelouse de White Hart Lane, peu avant la mi-temps, alors qu'aucun autre joueur n'était à proximité de lui.
Les secouristes, accourus immédiatement, ont pratiqué une longue séance de réanimation sur la pelouse, puis lors du trajet vers l'hôpital.
Son coeur avait recommencé à battre de façon autonome à l'arrivée à l'hôpital.
Alors que Muamba continue à se battre pour rester en vie, des experts ont souligné qu'une amélioration éventuelle de son état dépendra du degré de privation d'oxygène de son cerveau.
Une consultante en cardiologie de l'hôpital St Mary de Londres, Amanda Varvana, a appelé la Grande-Bretagne à suivre l'exemple de l'Italie et à détecter les problèmes cardiaques génétiques de tous les jeunes sportifs.
Sanjay Sharma, professeur de cardiologie à l'hôpital St-Georges de Londres, a affirmé au Times que les joueurs subissaient un contrôle de leur coeur à l'âge de 16 ans mais que les clubs ne faisaient pas tous ensuite un suivi régulier.
Les gestes de soutien au jeune joueur ont été nombreux dimanche, au lendemain du match, qui avait été définitivement interrompu après l'accident samedi.
A Chelsea, le défenseur Gary Cahill, un de ses anciens coéquipiers à Bolton, a dévoilé l'inscription "Priez pour Muamba" sur un T-shirt en soulevant son maillot après avoir marqué le premier but contre Leicester en Coupe d'Angleterre.
Les dirigeants d'Aston Villa ont accepté de reporter la rencontre de Premier League qui devait les opposer à Bolton mardi à Villa Park.
L'entraîneur Owen Coyle a adressé des remerciements "au nom de la famille de Fabrice" pour les très nombreux messages de soutien reçus "non seulement des supporteurs de Bolton mais de nombreux autres clubs dans le pays et à l'étranger".
Il a accompagné Muamba dans l'ambulance qui le menait à l'hôpital, affirmant: "Tout le monde prie pour lui. C'est bien d'être talentueux en football mais c'est bien plus important d'être un homme authentiquement bien et c'est le cas de Fabrice".
La fiancée de Muamba, Shauna Muamba, la mère de leur petit garçon de trois ans, a remercié sur Twitter les supporteurs du club et de Muamba pour leur soutien.
Né à Kinshasa, Fabrice Muamba est arrivé en Angleterre à l'âge de 11 ans avec son père pour fuir la guerre en République démocratique du Congo (RDC).
Formé à Arsenal, ce milieu de terrain a porté le maillot de Birmingham avant de rejoindre le club de Bolton en 2008, avec lequel il a disputé près de 150 matches. Il a aussi été sélectionné dans l'équipe d'Angleterre Espoirs.

Angleterre Bolton: Etat stable pour Muamba


Toujours dans le coma suite au malaise cardiaque dont il a été victime samedi lors du quart de finale de la Cup entre Tottenham et BoltonFabrice Muamba reste "dans un état critique", selon le dernier communiqué de son club, Bolton, qui précise que l'état de santé du milieu de terrain de 23 ans n'a pas évolué depuis dimanche. 

Fabrice Muamba toujours dans un état critique


Le milieu de terrain de Bolton Fabrice Muamba... (Photo: AP)
Le milieu de terrain de Bolton Fabrice Muamba a été victime d'un arrêt cardiaque sur le terrain, samedi, durant un match contre Tottenham.
PHOTO: AP
Associated Press
Londres
Le club de Premier League anglaise Bolton a indiqué lundi que le milieu de terrain Fabrice Muamba demeure dans un état critique deux jours après avoir été conduit dans un hôpital londonien après s'être effondré sur le terrain, victime d'un arrêt cardiaque.
Le coeur de l'athlète de 23 ans ne s'est remis à battre par lui-même qu'à son arrivée au London Chest Hospital, samedi soir. Muamba s'est effondré juste avant la mi-temps du match que Bolton livrait sur la pelouse de Tottenham.
Le club a ajouté que le coeur de Muamba se trouve «dans un état stable», mais que Muamba lutte toujours pour sa vie.
Après qu'il soit tombé face contre sol à la 41e minute du match de FA Cup, les paramédics ont immédiatement pratiqué des manoeuvres de réanimation sur les lignes de côté.
Après plusieurs minutes d'attente, les autorités ont décrété l'annulation de ce match.
Par ailleurs un réputé cardiologue a indiqué que plusieurs joueurs de Tottenham ont demandé à ce que leur coeur soit examiné à la suite de cet incident.
Sanjay Sharma a déclaré «qu'un ou deux joueurs» avaient déjà rendez-vous à sa clinique ce lundi, mais que maintenant, c'est toute l'équipe qui veut faire examiner son coeur.
Sharma a indiqué à la chaîne Sky News que ce type d'arrêt cardiaque est très rare chez les jeunes adultes, «affectant à peine une personne sur 50 000».

Le joueur de Bolton Fabrice Muamba dans "un état stable mais critique


Le joueur de Bolton Fabrice Muamba dans "un état stable mais critique"

lundi 19 mars 2012 à 15h07
Le footballeur de Bolton Fabrice Muamba, victime samedi d'un arrêt cardiaque lors du match de Coupe d'Angleterre contre Tottenham, est dans un état "stable mais critique", selon un communiqué diffusé ce lundi par l'hôpital où il a été conduit.
Fabrice Muamba
Fabrice Muamba © AFP
Selon le texte publié à 10h30 belge au nom de Bolton et du London Chest Hospital "Fabrice Muamba est dans un état stable mais critique dans le service des soins intensifs du London Chest Hospital".

Le jeune Anglais d'origine congolaise, âgé de 23 ans, s'était soudainement effondré sur le pelouse de White Hart Lane, peu avant la mi-temps, alors qu'aucun autre joueur n'était à proximité de lui.

Les secouristes, accourus immédiatement, ont pratiqué une longue séance de réanimation sur la pelouse, puis lors du trajet vers l'hôpital.

Sportfootmagazine.be, avec Belga 

MUAMBA TOUJOURS DANS UN ÉTAT CRITIQUE


ASSOCIATED PRESS
Fabrice Muamba (Photo Getty)
Fabrice Muamba (Photo Getty)


LONDRES - Le club de Premier League anglaise Bolton a indiqué lundi que le milieu de terrain Fabrice Muamba demeure dans un état critique deux jours après avoir été conduit dans un hôpital londonien après s'être effondré sur le terrain, victime d'un arrêt cardiaque.

Le coeur de l'athlète de 23 ans ne s'est remis à battre par lui-même qu'à son arrivée au London Chest Hospital, samedi soir. Muamba s'est effondré juste avant la mi-temps du match que Bolton livrait sur la pelouse de Tottenham.

Le club a ajouté que le coeur de Muamba se trouve «dans un état stable», mais que Muamba lutte toujours pour sa vie.

Après qu'il soit tombé face contre sol à la 41e minute du match de FA Cup, les paramédics ont immédiatement pratiqué des manoeuvres de réanimation sur les lignes de côté.

Après plusieurs minutes d'attente, les autorités ont décrété l'annulation de ce match.

Par ailleurs un réputé cardiologue a indiqué que plusieurs joueurs de Tottenham ont demandé à ce que leur coeur soit examiné à la suite de cet incident.


Click here to find out more!bnc
Sanjay Sharma a déclaré « qu'un ou deux joueurs » avaient déjà rendez-vous à sa clinique ce lundi, mais que maintenant, c'est toute l'équipe qui veut faire examiner son coeur.

Sharma a indiqué à la chaîne Sky News que ce type d'arrêt cardiaque est très rare chez les jeunes adultes, « affectant à peine une personne sur 50 000 »

Tottenham-Stoke maintenu


Le match, comptant pour la 29e journée de Premier League, entre Tottenham et Stoke City mercredi soir (20h45) aura bien lieu. «Le club peut confirmer que la rencontre de Premier League de mercredi soir contre Stoke City à White Hart Lane aura lieu comme prévu» a annoncé le club londonien dans un communiqué. Avant de préciser que l'état de santé de Fabrice Muamba, victime d'un malaise cardiaque samedi face aux Spurs, était encore dans les têtes de chaque membre du club : «Les pensées de chacun au club continuent à aller vers Fabrice Muamba, sa famille et les Bolton Wanderers en cette période difficile». 
Dimanche, l'attaquant Jermain Defoe s'est rendu au chevet de Muamba et un cardiologue effectue depuis lundi matin des tests pour rassurer les joueurs de Tottenham. «Par bonheur, un cardiologue était déjà lundi au centre d'entraînement pour un contrôle de routine, aussi nous sommes en mesure de proposer à tout joueur qui souhaite être testé dans un objectif de réassurance une possibilité supplémentaire d'être contrôlé» a précisé RedknappEnfin, Rafael Van der Vaart,témoin direct de la scène sur le terrain, est encore bouleversé : «Quand je me suis retourné, j'ai su immédiatement que les choses n'étaient pas bonnes. C'était horrible d'en être témoin. Fabrice, nous continuons à prier pour toi et j'espère de tout mon coeur que tout ira bien de nouveau». 

Brevets : revers d’Apple contre Motorola


Plus un jour ne se passe sans apporter son lot de plaintes ou de procés divers, et cette journée de lancement de l’iPad ne fait pas exception à la règle.
L’info du moment n’est pas à l’avantage d’Apple puisqu’une cour de Munich a décidé d’ajourner une plainte d’Apple envers Motorola pour la bonne raison qu’elle a des doutes sur la validité du dit brevet et qu’elle préfère statuer sur cela plutôt que de continuer la poursuite en cours.
Le brevet en lui-même n’est pas relié à l’iPhone ou à iOS mais concerne une assez floue "description active pour des machines computationnelles" (Active enclosure for computing device). Apple accuse Motorola d’enfreindre ce brevet sur sa série de mobiles Gleam (des flips-phones) ; des Smartphones Samsung pourraient aussi se retrouver concernés. Malheureusement pour Apple, Motorola aurait dans ses mains un brevet de Sony Ericsson datant de 1997 qui invaliderait celui d’Apple, plus récent.
L’ajournement interdit bien sûr à Apple de pouvoir continuer ses tentatives d’injonction contre Motorola sur la base de ce brevet, un revers qui met fin à une séquence juridique très positive d’Apple durant ces dernières semaines.

[Video] Prise en mains du smartphone Panasonic Eluga


Lors du salon MWC, nous avons pu prendre en mains le prochain smartphone Panasonic Eluga. Première constatation, le design est très réussi, surtout pour la version Argent qui est de toute beauté. On a bien aimé l’arrière en aluminium anodisé, très agréable en mains. Et on a trouvé que la finition était très bonne. Le design et la finition sont très valorisants. La finesse de ce Eluga est très agréable tout comme son poids plume. Il est très ergonomique et sa faible largeur permet une bonne prise en mains.



Notre vidéo Live de prise en mains de ce Panasonic Eluga :


Il sera commercialisé en Europe à partir du mois d’avril prochain au prix de 500€. Cela nous semble un peu cher, surtout pour un smartphone que l’on peut qualifier de moyen de gamme désormais. Pour ce prix, on aura plutôt des smartphones avec écran plus grand, entre 4,5 pouces et 4,7 pouces, avec résolution HD 720p (1280x720 pixels) ainsi qu’un processeur quadri cœur, on pense notamment aux HTC One XHuawei Ascend D QuadLG Optimus 4X HD et ZTE Era.

On reprendra en mains prochainement en mains ce Panasonic Eluga et on devrait en savoir plus sur sa commercialisation en France, notamment le prix final et la date de commercialisation.


Pour mémoire, ce smartphone Android a un écran tactile capacitif de type Oled, de taille 4,3 pouces (10,9cm) et de résolution qHD (960x540 pixels). Une taille désormais standard pour les smartphones Android, comme pour le Samsung Galaxy S2, référence de la catégorie actuellement.
Il intègre un processeur double cœur Texas Instruments Omap 4430 cadencé à 1Ghz. Il est épaulé par 1Go de mémoire RAM ainsi que 8Go de mémoire ROM, ce qui risque d’être un peu juste. En revanche, pas de port mémoire Micro-SD à priori, dommage.
Il dispose d’un appareil photo avec capteur de 8 Méga pixels avec stabilisateur mais pas de flash, dommage. Et il ne dispose pas de caméra frontale pour les appels en visiophonie notamment.


Il est compatible NFC, Bluetooth 2.1, Wi-Fi n, DLNA et il dispose d’un connecteur Micro-USB. En revanche, pas de connecteur Micro-HDMI, on espère qu’il sera compatible MHL afin de le relier en HDMI via le connecteur Micro-USB. Et il faudra une carte Micro-SIM pour l’utiliser.
Il intègre une batterie de 1150mAh avec une autonomie annoncée de 6 heures en conversation. En revanche, pas sûr que la batterie soit amovible. Et la batterie nous semble faible pour avoir une bonne autonomie, à vérifier lors de nos tests.

Particularité de ce smartphone, il est à la norme IP57 lui assurant une protection contre les poussières et contre les éclaboussures d’eau (il résiste à 30 minutes dans l’eau à 1 mètre de profondeur). A titre de comparaison, les Motorola Defy et Defy+ sont compatibles IPX7 (résiste à 30 minutes d’immersion dans l’eau à 1 mètre mais pas de protection contre les poussières.


Le Panasonic Eluga sera proposé en deux coloris : noir ou gris. Il est très fin avec son épaisseur de 7,8mm et très léger avec son poids de 103g. A titre de comparaison, le Galaxy S2 a une épaisseur de 8,9cm et un poids de 117g. Mais le Motorola Razr est plus fin avec ses 7,1cm d’épaisseur.

Il est équipé de la version 2.3.5 d’Android (Gingerbread) et Panasonic a annoncé qu’il aurait droit à la mise à jour Android 4 (Ice Cream Sandwich) au printemps prochain, soit entre avril et juin 2012.
Il dispose d’une interface spécifique à Panasonic et bon point, il est compatible DivX.

En compagnie du Samsung Galaxy Nexus (lire notre test) :

Test : Motorola XOOM 2 Media Edition


Après avoir essuyé les plâtres d’Android Honeycomb, la gamme XOOM se décide (enfin) à évoluer, pour prendre l’apparence d’un nouveau modèle sous-titré Media Edition. Une manière comme une autre pourMotorola de tenter de faire passer ce produit comme le compagnon indispensable des amoureux du multimédia, donc ?

Dual-core, encore
Avant toute chose, autant mettre les choses au point : Motorola a décliné sa gamme XOOM 2 en 2 modèle : l’un tout simplement nommé XOOM 2, et offrant un écran de 10.1”, l’autre disposant d’un écran de 8.2”, et ayant hérité du sobriquet de Media Edition. C’est évidemment ce dernier qui nous intéresse aujourd’hui. D’ailleurs, sur le papier (et uniquement sur le papier, gardez bien ce point en ligne de mire) il sera difficile de le taxer de simple mise à jour de la XOOM première du nom. Il suffit de jeter un coup d’oeil sur sa fiche technique pour s’en convaincre, puisqu’il aligne un écran tactile IPS TFT de 8.2” de résolution 1280 x 800 pixels protégé par la technologie Gorilla Glass, 16Go de mémoire interne, 1Go de RAM, un processeur dual-core Texas Instrument OMAP 4430 cadencé à 1.2GHz, un capteur avant de 5 megapixels, un capteur arrière de 1.3 megapixels, une compatibilité WiFi, Bluetooth 2.1 EDR, 3G, un A-GPS, une batterie Lithium Ion de 3900 mAh (avec une autonomie annoncée de 6h en WiFi, en lecture vidéo, et de 3 jours en lecture audio, mais nous allons y revenir), un port mini-USB, un autre mini-HDMI, un micro, un haut-parleur stéréo, un port SIM, un port microSD (ces 2 derniers n’ont par contre pas été implantés dans la version que nous avons reçu !), le tout dans des dimensions de 21.6 x 0.9 x 14 cm pour 388g.
De quoi conférer un peu plus de mou à l’ensemble : à titre de comparaison, la XOOM de première génération, en plus d’avoir hérité d’une version 3.1 d’Android assez mal finie et plutôt instable, traînait un processeur substantiellement moins nerveux (un Tegra 2 cadencé à 1GHz), ainsi qu’un poids frôlant les 800g. Motorola a donc réussi à couper la poire en deux sur ce point : on ne pourra que saluer l’initiative, qui permet de disposer d’une tablette tactile capable d’être tenue (pas utilisée hein : tenue !) d’une seule main, et ce sans trahir la moindre sensation d’inconfort. Dommage par contre que le revêtement en plastique mou pourtant agréable de la tablette, et collé sur ses rebords, ait entraîné avec lui les touches On/Off et de gestion du volume. Peu pratiques à atteindre, ces 3 touches, situées sur la tranche arrière droite de l’appareil, laissent perplexe. Nous seront tout aussi réservés sur la couche de métal mat recouvrant la quasi-intégralité de l’arrière de la tablette : bien que conférant un aspect fini et travaillé, il demeure au final assez sensible aux rayures, et demandera le plus grand soin. D’ailleurs, le modèle dont nous disposions en test laissait déjà filtrer quelques micro-rayures certes difficiles à cerner au premier coup d’oeil, mais bel et bien présentes. Quand on connaît l’obsession chronique de certain à conserver leurs produits dans le meilleur état possible, on préférera le préciser ! Pour en finir sur la question du design de l’appareil, sachez en plus qu’il n’est pas véritablement rectangulaire comme on pourrait l’entendre, puisque ses coins ont été “taillés” si l’on peut dire, un peu à la manière du smartphone RAZR de la marque… ou de l’Iconia Tab A100 d’Acer ! On aime où on n’aime pas, mais dans tous les cas, cette particularité lui permet de se différencier d’entrée de ses nombreux petits concurrents.
Des bords taillés, à la manière du RAZR.
Android hybride
La XOOM de première génération disposait d’Android 3.1. Sa petite soeur, elle, doit se dépatouiller d’Android 3.2. Plus stable, cette mouture reste cependant très inférieure à Ice Cream Sandwich dans les faits, et peine désormais à convaincre. Non pas que l’OS en lui-même soit mauvais, mais il demeure difficile pour le produit de Motorola de pouvoir par exemple jouer à armes égales avec une Transformer Prime d’ASUS pour ne citer qu’elle, qui jouit d’ICS depuis quelques semaines maintenant. Pour ne rien arranger, Motorola n’a en plus quasiment pas retouché la version d’Android 3.2 injectée à sa tablette. Tout du moins, il s’y est essayé, plutôt maladroitement, en repensant par exemple les icônes de certaines applications de base. Enfin, surcouche ou pas, le résultat demeure identique : la XOOM 2 Media Edition peine à offrir un affichage fluide à chaque instant, et nous avons régulièrement été témoins de ce désagréable phénomène d’accroche, qui fait par exemple que passer d’un bureau à un autre accuse un léger lag, de même que balayer une page du doigt à la verticale ne se fait pas de manière hyper fluide. Pour mener une comparaison très bête, on est par exemple loin de la vélocité d’un iPad 2 sur ce point. Fort heureusement, le phénomène se limite lors de sessions sur le web : ces dernières sont souvent agréables, en partie grâce à un écran de taille idéale (nous restons friands des tablettes de moins de 9″), ne demandant pas un zoom systématique.
Pour se rattraper, Motorola livre quelques applications maison avec sa tablette, dont Dijit, sensé transformer cette dernière en télécommande universelle, grâce au port infrarouge l’équipant Pour avoir testé la chose sur un téléviseur Samsung, on pourra simplement dire que c’est… basique. Pas forcément ergonomique non plus, en réalité. En bref, ça ne remplacera pas une bonne vieille Harmony de chez Logitech, mais ça pourra toutefois se placer en tant qu’alternative de fortune. Et puis, c’est tellement “in” au final de changer les chaînes de sa TV avec sa tablette tactile… L’autre application qui mérite le coup d’oeil se nomme MotoCast. Elle va vous permettre de streamer, voir d’enregistrer, du contenu audio ou vidéo sur votre tablette, pour peu que vous preniez également le temps d’installer un logiciel dédié sur votre PC ou votre Mac, qui devra dans tous les cas être connecté au web. Ca fonctionne, c’est un fait, mais c’est un peu mou concernant le processus d’indexation. C’est qu’il ne faudrait surtout pas être pressé. Il n’empêche : avec MotoCast, Motorola a réussi un joli coup, puisqu’il offre une sorte d’alternative à iTunes plutôt jolie, et relativement efficace une fois son mode de fonctionnement amadoué.
Mais qui a pu penser la position de ces 3 boutons ?
Media Edition dites-vous ?
Mais l’appellation Media Edition accolée à cette tablette, si elle tend parfois à mal se faire comprendre, ne serait-ce parce que Motorola n’a pas fait en sorte de justement retravailler l’ergonomie générale d’Android pour l’orienter vers le multimédia, arrive toutefois à se justifier lorsque nous arrivons au fameux test du MKV 1080p. Lancé à l’aide d’un lecteur vidéo déniché sur l’Android Market (on vous laissera faire votre choix, il ne manque pas !), ce genre de fichier n’accuse pas le moindre accroc, pas le moindre décalage. Lire ses fichiers vidéo dans des qualités optimales a fait partie du cahier des charges du terminal, et sur ce point, nous ne sommes pas du tout déçus. Pour épauler le tout, on pourra compter sur le contraste de l’écran IPS, qui charme sans trop de mal : il culmine en effet à 1000:1, tandis que la luminosité atteint les 400 cd/m². Il est par contre relativement dommage que la tablette soit à la ramasse lorsqu’il est question de faire tourner des jeux 3D un tant soit peu gourmands. Troquer la plate-forme Tegra 2 de Nvidia n’aura pas eu que des avantages, et ça, Motorola ne l’a peut-être pas vu venir. Au delà du fait que l’absence de composantes Nvidia au sein de la XOOM 2 Media Edition lui ferme automatiquement l’accès à la Tegra Zone, soit cet espace inclus au store Google Play de Google et alignant des jeux et applications plutôt alléchantes, il apparaît que le processeur dual-core Texas Instrument OMAP 4430 (1.2GHz) ne fait pas de miracles sur la question de la 3D, et des sessions de jeu sur des titres tels que Dead Space ou Modern Combat 3 pour ne prendre que ces 2 exemples, sont souvent marqués de saccades.
La tableau de la XOOM 2 Media Edition est également noirci du fait de sa difficulté chronique à capter un signal WiFi, et à le conserver. L’exemple est tout bête : lorsque je me trouve dans mon bureau, à quelques mètres de ma box Internet (en étant séparé par des murs de béton, CERTES), les Lumia 800, Galaxy Note et iPhone 4S n’ont aucun mal à tenir la connexion WiFi. La XOOM 2 Media Edition, si, et il aura fallu bouger de quelques centimètres pour récupérer ce maudit signal. Le test a été réalisé plusieurs fois, la conclusions fut toujours identique. Parallèlement à cela, connaissant la politique de Motorola sur la question des mises à jour, il y a fort à parier que cette XOOM 2 Media Edition va traîner Honeycomb encore de longs mois durant. A l’heure où les concurrents sont particulièrement réactifs sur le sujet, la firme semble faire l’autruche, et évoque l’arrivée d’Ice Cream Sandwich sur sa tablette… dans le courant du 3ème trimestre 2012. Ouch.
Pour conclure ce test, intéressons nous maintenant à l’autonomie de ce modèle, doté d’une batterie Lithium Ion de 3900 mAh. Sur le papier, Motorola annonce une charge capable de tenir 6h en WiFi, en lecture vidéo, et 3 jours en lecture audio. Dans les faits, et pour une fois, l’annonce colle à peu près avec la réalité, et sans forcément atteindre les 6h d’utilisation en WiFi, on s’en rapproche.
Les benchmarks réalisés avec AnTuTu sont pourtant encourageants.
Et alors, j’achète ?
Vous l’aurez compris : le constat face à cette Motorola XOOM 2 Media Edition est mitigé. D’un côté, son form-factor réduit lui fait gagner des points, de même que la luminosité de sa dalle IPS séduit. Mais voilà : ses entrailles ne dégagent pas une puissance suffisante pour espérer offrir une expérience dénuée de toute notion de lag, et le fait qu’elle ne puisse pas non plus assurer convenablement la partie gaming en 3D est difficile à avaler. Et puis, en craquant pour ce modèle, vous acceptez de tourner sous Honeycomb encore quelques mois, en vue d’hériter d’Android 4.0… dans le courant du 3ème trimestre 2012. D’ici là, la concurrence aura déjà réagit en masse, cette tablette à 350€, non.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...