samedi 10 mars 2012

Quand Louis Sarkozy lance des billes sur une policière depuis l'Elysée


Une policière en faction rue du Faubourg-Saint-Honoré, en face du palais présidentiel, a été la cible de tirs de billes et d'un jet de tomates.

Une policière en faction rue du Faubourg-Saint-Honoré, en face du palais présidentiel, a été la cible de tirs de billes et d'un jet de tomates. | (AFP.)

Zoom
Un garnement facétieux se cacherait derrière les murs de l'Elysée, selon les informations de RTL. Jeudi après-midi, en faction rue du Faubourg-Saint-Honoré, en face du palais présidentiel, une policière a été la cible de tirs de billes et d'un jet de tomates.

Une petite bille jaune roule d'abord au pied de l'agente. 
Elle est rapidement suivie par une tomate. La gardienne de la paix n'a pas le temps de repérer l'origine des projectiles : une seconde bille la touche à la joue. Elle traverse la rue. Aborde les gendarmes en faction devant les portes de l'Elysée, qui lui indiquent un coupable potentiel : Louis Sarkozy, le fils cadet du , qui reçoit à ce moment-là un ami.

La gardienne de la police rédige alors un rapport administratif. N'étant pas blessée, elle n'a pas souhaité porter plainte. La nouvelle déclenche cependant un véritable branle-bas de combat dans sa hiérarchie. Le directeur du cabinet du préfet rencontre la policière et ses collègues, les enjoint à la plus grande réserve, toujours selon RTL. 

Soucieux de ne pas déclencher une polémique en pleine période électorale, le président lui-même reçoit vendredi matin la policière pour lui présenter des excuses. «Le geste malheureux d'un enfant», plaide l' de formation et ancien ministre de l'Intérieur .

L'affaire devrait cependant en rester là. Pour apaiser les esprits, la policière s'est vue offerte par l'administration la possibilité d'être mutée à un autre poste.
LeParisien.fr

Eva Joly versus Des paroles et des actes


  •   Votez 
    VotezVotezVotezVotezVotez 
      Note de l'article : 3/5
Eva Joly versus Des paroles et des actes
© Marie-Laurence Harot / FTV
Le 10/03/2012 à 18:34 par Anaïs Grammatico (TVMag)
L'équipe d'Éva Joly se met en guerre contre l'émission Des Paroles et des actes. Selon le porte-parole de la candidate d'EELV, Sergio Coronado, France 2 ne respecterait pas l'équité politique mettant en avant la venue par deux fois de François Bayrou, bientôt de François Hollande alors qu'Éva Joly n'a toujours pas été invitée. 

Sergio Coronado dénonce une chaîne « prisonnière d'une logique sondagière » alors qu'elle a une « mission de service public ». Selon lui, « la promesse d'une invitation de la candidate d'EELV faite dès le mois de septembre n'a pas été tenue, malgré les multiples sollicitations de son équipe de campagne ». Rappelons cependant que la candidate avait été invitée en novembre dernier, après l'accord entre le PS et Europe Ecologie Les Verts, mais avait alors refusé d'y participer. 

L'équipe de la candidate menace de faire appel au Conseil supérieur de l'audiovisuel, et « souhaite donc que la direction de France 2 s'attache au plus vite à remédier à ce déséquilibre ». 

Savoie : la route vers Tignes et Val d'Isère restera ouverte cette nuit

Que les skieurs se rassurent. Dans la nuit de samedi à dimanche, l'accès desservant Tignes et Val-d'Isère sera partiellement ouvert.

Jeudi, un éboulement de roches a empêché l'accès à la station de ski de Tignes
Jeudi, un éboulement de roches a empêché l'accès à la station de ski de Tignes SIPA/Bruce Yuan-Yue B
La route desservant les stations de ski de Tignes et Val-d'Isère (Savoie), bloquée pendant 24 heures en raison d'un éboulement, restera partiellement ouverte à la circulation dans la nuit de samedi à dimanche, a annoncé samedi le conseil général. « Pour tenir compte de l'arrivée tardive d'usagers en stations », la route restera ouverte avec une circulation alternée au niveau de la zone d'éboulement jusqu'à dimanche minuit, a précisé dans un communiqué le conseil général, revenant sur sa décision de fermer la route pendant la nuit.
« Des touristes étrangers, dont les avions atterrissent dans la soirée, sont attendus en station dans la nuit, nous ont relayés leurs hébergeurs », a expliqué Valérie Fanicher, directrice adjointe des routes au conseil général.
Samedi, journée classée orange dans la région Rhône-Alpes, "aucune difficulté majeure" n'était relevée sur cet axe, alors que les vacances de la zone B (Aix-Marseille, Dijon, Orléans-Tours, Strasbourg, etc.) se terminent ce week-end, a-t-elle souligné. La route, qui fermera dimanche à minuit, sera rouverte partiellement lundi à 6h30.
Jeudi, vers 19h, un énorme amas de 80 m3 de roches était tombée en amont du tunnel des Brévières, empêchant pendant 24 heures toute circulation sur la RD 902, seule voie d'accès hivernale aux deux stations de ski savoyardes.


Des femmes de soldats manifestent pour que l'on paye enfin leurs maris…


Lasses d'attendre depuis des mois les soldes impayées de leurs époux en mission, des femmes de soldat ont timidement manifesté devant le ministère de la Défense… En cause : l'informatique.

A fortiori quand ils sont déployés en Afghanistan ou sur un autre théâtre d'opérations à risque, on imagine sans mal à quel point il peut-être difficile d'être la conjointe, ou le conjoint, d'un militaire. Si en plus s'ajoutent à cette anxiété permanente des difficultés financières, que leurs maris soient ou non soumis à un devoir de réserve, on comprend que quelques dizaines d'épouses aient manifesté, samedi 10 mars, devant le ministère.
Louvois, le logiciel qui louvoie avec les payes des soldats...
Leur revendication était limpide et on ne peut plus légitime : que les soldes et les primes de leurs hommes, impayées depuis des mois, leur soient enfin versées. Le problème, informatique, remonte à octobre, quand l'armée de terre a basculé le traitement des quelque 130.000 rémunérations dues sur un nouveau logiciel commun à l'ensemble des armées françaises,"Louvois", un acronyme pour "Logiciel unique à vocation interarmées de la solde".
Sans parler du très redouté bug de l'an 2.000, qui finalement n'avait pas fait tant de dégâts que cela, on sait bien qu'une profonde mutation d'un système informatique peut causer des dommages. En l'occurrence, quand le logiciel Louvois a été adopté par l'armée de terre, pour une raison qui n'a pas été précisée, nombre de soldats ont été oubliés.
Selon Gérard Gachet, le porte-parole de la Défense qui a évoqué le problème devant la presse ce samedi, au moment de la bascule, il y a environ six mois, 10% des bulletins de soldes étaient concernés. Aujourd'hui ils ne seraient plus que de "2 à 3.000, soit entre 1,5% et 2%" des cas", et la difficulté technique serait "en voie d'être résolue".
"Lorsque les gens nous signalent des cas, [ils] sont réglés dans la semaine qui suit", a assuré le représentant du ministère, précisant que 250 personnes travaillaient "sept jours sur sept pour faire cesser ces dysfonctionnements". On veut bien le croire sur parole, cependant sous couvert d'anonymat, plusieurs femmes de soldat ont fait état à l'AFP de délais bien plus longs, en particulier dans le cas des soldats en mission.
Des familles de militaires, interdites bancaires, d'autres aux Restos du coeur...
Les montants en jeu ne sont pas du tout négligeables, ainsi a-t-on pu lire sur le tee-shirt d'une manifestante la mention "Louvois, tu me dois 4.500 euros". "J'attends toujours les indemnités de campagne qui devaient tomber en novembre et nous servir à acheter les cadeaux de Noël et à payer l'assurance ou la taxe d'habitation", a précisé cette dame à l'AFP. Sous couvert d'anonymat, de peur des représailles, elle a ajouté qu'elle était actuellement à découvert, et avait besoin de 1.300 euros pour finir le mois.
Parfois, les difficultés financières sont encore plus graves. "Certaines familles se retrouvent en interdit bancaire, d'autres vont aux Restos du coeur. Nous, on a mangé des pâtes pendant plusieurs semaines", a ainsi affirmé une autre manifestante, Yalissane, qui a aussi refusé de dire son nom, par précaution. C'est, a-t-elle  assuré à l'AFP, que par le passé, des soldats ont été rayés du tableau d'avancement, parce que leurs femmes avaient manifesté.
A ce propos, M. Gachet n'a pas formellement nié un tel risque, mais il a assuré que "si des pressions ont lieu, cela ne correspond en aucun cas aux consignes données par le ministère". Quoi qu'il en soit, sur le fond du problème, dans un communiqué publié après la manifestation du jour, la Défense affirme que le dispositif en place, prévoit "paiements directs, virements par les trésoriers et enfin une action d'aide au niveau local en cas de difficulté financière".
En outre précise le ministère, "l’ensemble de la hiérarchie de l'armée de terre sera à nouveau sensibilisée à la nécessité de traiter chaque cas individuel avec tout le soin indispensable". Dont acte.

Bayrou, le recours ?


Le Point.fr - Publié le 10/03/2012 à 18:39 - Modifié le 10/03/2012 à 18:59

En meeting à Toulouse samedi soir, le candidat entend convaincre les indécis qu'il est l'homme de l'alternative.

"Je vais dire ce soir à quel point le combat qui est le nôtre est crucial face aux deux autres candidats de l'illusion et de la division qui font courir des risques extrêmes au pays", a expliqué François Bayrou.
"Je vais dire ce soir à quel point le combat qui est le nôtre est crucial face aux deux autres candidats de l'illusion et de la division qui font courir des risques extrêmes au pays", a expliqué François Bayrou. © Philippe Sautier / SIPA
  • Partagez sur Facebook
  •  
  • Partagez sur Twitter
  •  
  •  
  • Partagez sur LinkedIn
  •  
  • Envoyer par email

Quatrième homme des sondages, François Bayrou, en meeting samedi soir à Toulouse, entend convaincre, à un moment qu'il juge "crucial" de la campagne, les électeurs et responsables politiques mécontents ou indécis qu'il peut être l'homme du recours face à Hollande et Sarkozy. "Je vais dire ce soir à quel point le combat qui est le nôtre est crucial face aux deux autres candidats de l'illusion et de la division qui font courir des risques extrêmes au pays", a expliqué François Bayrou sans citer le nom de ses rivaux François Hollande et Nicolas Sarkozy.
"Le seul vote utile, c'est moi", avait-il déjà résumé vendredi sur France 3 en appelant à sortir de décennies d'alternances successives PS-UMP qui ont, selon lui, conduit le pays dans la crise. Contrairement à Marine Le Pen, François Bayrou estime en effet être le seul outsider susceptible de recueillir une majorité sur son nom au second tour, que cela soit face à Hollande ou face à Sarkozy. Reste pour lui à convaincre les électeurs de le porter au second tour. Pour le leader centriste, le meeting de Toulouse, où il dit se sentir en famille dans l'une des capitales de son Sud-Ouest natal, revêt une importance particulière, car il intervient à un "moment crucial" de la campagne.

Traduire sa bonne image en intentions de vote

"On va connaître dans une semaine quels seront les candidats sur la ligne de départ et l'on voit bien que les Français hésitent tout comme certains responsables politiques qui soutiennent Nicolas Sarkozy à contrecoeur, contre la volonté de leur base", constate-t-il en évoquant les remous au Parti radical de Jean-Louis Borloo qui s'est prononcé samedi pour un soutien "vigilant" au président-candidat. Le numéro trois du PR, Rama Yade, a refusé de voter la motion pro-Sarkozy, finalement adoptée par 76 % des militants, en expliquant qu'elle ne se reconnaissait pas "dans sa stratégie de droitisation". Elle a annoncé qu'elle ne se rendrait pas dimanche au meeting de Nicolas Sarkozy à Villepinte, tout comme Jean-Louis Borloo.
Rama Yade avait il y a quelques mois loué l'indépendance de Bayrou, mais l'entourage de ce dernier ne croit pas à un éventuel soutien de l'ex-secrétaire d'État. En stagnation dans les sondages qui le créditent de 12 à 15 % d'intentions de vote, François Bayrou espère un déclic dans l'opinion, dont il dit sentir l'exaspération face à la campagne de ses rivaux. Le quatrième homme de la compétition s'est retrouvé récemment en tête de sondages sur la popularité ou la qualité de ses propositions. Reste pour lui à traduire sa bonne image en intentions de vote. Selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest Dimanche, près des deux tiers des Français souhaitent que Hollande gouverne le pays avec Bayrou et les écologistes.

Les "valeurs" de la République

Mais le centriste, qui refuse de s'exprimer sur son choix au second tour, n'entend pas jouer les supplétifs : "Mon espoir n'est pas de rallier Hollande, c'est de battre Nicolas Sarkozy au premier tour et François Hollande au second", a-t-il dit sur France 2. L'émission a été vue en moyenne par 3,6 millions de téléspectateurs, plus que pour sa dernière prestation en décembre (2,9 millions), mais moins que celle de Nicolas Sarkozy il y a quelques jours (5,5 millions).
François Bayrou y avait tendu la main à Dominique de Villepin, qui ne l'a pas saisie. À Toulouse, il devrait notamment revenir sur la question des "valeurs" de la République, selon son entourage. Son discours d'environ 1 h 30 sera précédé de prises de parole, notamment du député Philippe Folliot et de Philippe Douste-Blazy. L'ex-maire de Toulouse, aujourd'hui secrétaire général adjoint de l'ONU, a pris ses distances avec l'UMP et soutient François Bayrou.
sourc lepoint.fr
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...