lundi 19 mars 2012

Test : Motorola XOOM 2 Media Edition


Après avoir essuyé les plâtres d’Android Honeycomb, la gamme XOOM se décide (enfin) à évoluer, pour prendre l’apparence d’un nouveau modèle sous-titré Media Edition. Une manière comme une autre pourMotorola de tenter de faire passer ce produit comme le compagnon indispensable des amoureux du multimédia, donc ?

Dual-core, encore
Avant toute chose, autant mettre les choses au point : Motorola a décliné sa gamme XOOM 2 en 2 modèle : l’un tout simplement nommé XOOM 2, et offrant un écran de 10.1”, l’autre disposant d’un écran de 8.2”, et ayant hérité du sobriquet de Media Edition. C’est évidemment ce dernier qui nous intéresse aujourd’hui. D’ailleurs, sur le papier (et uniquement sur le papier, gardez bien ce point en ligne de mire) il sera difficile de le taxer de simple mise à jour de la XOOM première du nom. Il suffit de jeter un coup d’oeil sur sa fiche technique pour s’en convaincre, puisqu’il aligne un écran tactile IPS TFT de 8.2” de résolution 1280 x 800 pixels protégé par la technologie Gorilla Glass, 16Go de mémoire interne, 1Go de RAM, un processeur dual-core Texas Instrument OMAP 4430 cadencé à 1.2GHz, un capteur avant de 5 megapixels, un capteur arrière de 1.3 megapixels, une compatibilité WiFi, Bluetooth 2.1 EDR, 3G, un A-GPS, une batterie Lithium Ion de 3900 mAh (avec une autonomie annoncée de 6h en WiFi, en lecture vidéo, et de 3 jours en lecture audio, mais nous allons y revenir), un port mini-USB, un autre mini-HDMI, un micro, un haut-parleur stéréo, un port SIM, un port microSD (ces 2 derniers n’ont par contre pas été implantés dans la version que nous avons reçu !), le tout dans des dimensions de 21.6 x 0.9 x 14 cm pour 388g.
De quoi conférer un peu plus de mou à l’ensemble : à titre de comparaison, la XOOM de première génération, en plus d’avoir hérité d’une version 3.1 d’Android assez mal finie et plutôt instable, traînait un processeur substantiellement moins nerveux (un Tegra 2 cadencé à 1GHz), ainsi qu’un poids frôlant les 800g. Motorola a donc réussi à couper la poire en deux sur ce point : on ne pourra que saluer l’initiative, qui permet de disposer d’une tablette tactile capable d’être tenue (pas utilisée hein : tenue !) d’une seule main, et ce sans trahir la moindre sensation d’inconfort. Dommage par contre que le revêtement en plastique mou pourtant agréable de la tablette, et collé sur ses rebords, ait entraîné avec lui les touches On/Off et de gestion du volume. Peu pratiques à atteindre, ces 3 touches, situées sur la tranche arrière droite de l’appareil, laissent perplexe. Nous seront tout aussi réservés sur la couche de métal mat recouvrant la quasi-intégralité de l’arrière de la tablette : bien que conférant un aspect fini et travaillé, il demeure au final assez sensible aux rayures, et demandera le plus grand soin. D’ailleurs, le modèle dont nous disposions en test laissait déjà filtrer quelques micro-rayures certes difficiles à cerner au premier coup d’oeil, mais bel et bien présentes. Quand on connaît l’obsession chronique de certain à conserver leurs produits dans le meilleur état possible, on préférera le préciser ! Pour en finir sur la question du design de l’appareil, sachez en plus qu’il n’est pas véritablement rectangulaire comme on pourrait l’entendre, puisque ses coins ont été “taillés” si l’on peut dire, un peu à la manière du smartphone RAZR de la marque… ou de l’Iconia Tab A100 d’Acer ! On aime où on n’aime pas, mais dans tous les cas, cette particularité lui permet de se différencier d’entrée de ses nombreux petits concurrents.
Des bords taillés, à la manière du RAZR.
Android hybride
La XOOM de première génération disposait d’Android 3.1. Sa petite soeur, elle, doit se dépatouiller d’Android 3.2. Plus stable, cette mouture reste cependant très inférieure à Ice Cream Sandwich dans les faits, et peine désormais à convaincre. Non pas que l’OS en lui-même soit mauvais, mais il demeure difficile pour le produit de Motorola de pouvoir par exemple jouer à armes égales avec une Transformer Prime d’ASUS pour ne citer qu’elle, qui jouit d’ICS depuis quelques semaines maintenant. Pour ne rien arranger, Motorola n’a en plus quasiment pas retouché la version d’Android 3.2 injectée à sa tablette. Tout du moins, il s’y est essayé, plutôt maladroitement, en repensant par exemple les icônes de certaines applications de base. Enfin, surcouche ou pas, le résultat demeure identique : la XOOM 2 Media Edition peine à offrir un affichage fluide à chaque instant, et nous avons régulièrement été témoins de ce désagréable phénomène d’accroche, qui fait par exemple que passer d’un bureau à un autre accuse un léger lag, de même que balayer une page du doigt à la verticale ne se fait pas de manière hyper fluide. Pour mener une comparaison très bête, on est par exemple loin de la vélocité d’un iPad 2 sur ce point. Fort heureusement, le phénomène se limite lors de sessions sur le web : ces dernières sont souvent agréables, en partie grâce à un écran de taille idéale (nous restons friands des tablettes de moins de 9″), ne demandant pas un zoom systématique.
Pour se rattraper, Motorola livre quelques applications maison avec sa tablette, dont Dijit, sensé transformer cette dernière en télécommande universelle, grâce au port infrarouge l’équipant Pour avoir testé la chose sur un téléviseur Samsung, on pourra simplement dire que c’est… basique. Pas forcément ergonomique non plus, en réalité. En bref, ça ne remplacera pas une bonne vieille Harmony de chez Logitech, mais ça pourra toutefois se placer en tant qu’alternative de fortune. Et puis, c’est tellement “in” au final de changer les chaînes de sa TV avec sa tablette tactile… L’autre application qui mérite le coup d’oeil se nomme MotoCast. Elle va vous permettre de streamer, voir d’enregistrer, du contenu audio ou vidéo sur votre tablette, pour peu que vous preniez également le temps d’installer un logiciel dédié sur votre PC ou votre Mac, qui devra dans tous les cas être connecté au web. Ca fonctionne, c’est un fait, mais c’est un peu mou concernant le processus d’indexation. C’est qu’il ne faudrait surtout pas être pressé. Il n’empêche : avec MotoCast, Motorola a réussi un joli coup, puisqu’il offre une sorte d’alternative à iTunes plutôt jolie, et relativement efficace une fois son mode de fonctionnement amadoué.
Mais qui a pu penser la position de ces 3 boutons ?
Media Edition dites-vous ?
Mais l’appellation Media Edition accolée à cette tablette, si elle tend parfois à mal se faire comprendre, ne serait-ce parce que Motorola n’a pas fait en sorte de justement retravailler l’ergonomie générale d’Android pour l’orienter vers le multimédia, arrive toutefois à se justifier lorsque nous arrivons au fameux test du MKV 1080p. Lancé à l’aide d’un lecteur vidéo déniché sur l’Android Market (on vous laissera faire votre choix, il ne manque pas !), ce genre de fichier n’accuse pas le moindre accroc, pas le moindre décalage. Lire ses fichiers vidéo dans des qualités optimales a fait partie du cahier des charges du terminal, et sur ce point, nous ne sommes pas du tout déçus. Pour épauler le tout, on pourra compter sur le contraste de l’écran IPS, qui charme sans trop de mal : il culmine en effet à 1000:1, tandis que la luminosité atteint les 400 cd/m². Il est par contre relativement dommage que la tablette soit à la ramasse lorsqu’il est question de faire tourner des jeux 3D un tant soit peu gourmands. Troquer la plate-forme Tegra 2 de Nvidia n’aura pas eu que des avantages, et ça, Motorola ne l’a peut-être pas vu venir. Au delà du fait que l’absence de composantes Nvidia au sein de la XOOM 2 Media Edition lui ferme automatiquement l’accès à la Tegra Zone, soit cet espace inclus au store Google Play de Google et alignant des jeux et applications plutôt alléchantes, il apparaît que le processeur dual-core Texas Instrument OMAP 4430 (1.2GHz) ne fait pas de miracles sur la question de la 3D, et des sessions de jeu sur des titres tels que Dead Space ou Modern Combat 3 pour ne prendre que ces 2 exemples, sont souvent marqués de saccades.
La tableau de la XOOM 2 Media Edition est également noirci du fait de sa difficulté chronique à capter un signal WiFi, et à le conserver. L’exemple est tout bête : lorsque je me trouve dans mon bureau, à quelques mètres de ma box Internet (en étant séparé par des murs de béton, CERTES), les Lumia 800, Galaxy Note et iPhone 4S n’ont aucun mal à tenir la connexion WiFi. La XOOM 2 Media Edition, si, et il aura fallu bouger de quelques centimètres pour récupérer ce maudit signal. Le test a été réalisé plusieurs fois, la conclusions fut toujours identique. Parallèlement à cela, connaissant la politique de Motorola sur la question des mises à jour, il y a fort à parier que cette XOOM 2 Media Edition va traîner Honeycomb encore de longs mois durant. A l’heure où les concurrents sont particulièrement réactifs sur le sujet, la firme semble faire l’autruche, et évoque l’arrivée d’Ice Cream Sandwich sur sa tablette… dans le courant du 3ème trimestre 2012. Ouch.
Pour conclure ce test, intéressons nous maintenant à l’autonomie de ce modèle, doté d’une batterie Lithium Ion de 3900 mAh. Sur le papier, Motorola annonce une charge capable de tenir 6h en WiFi, en lecture vidéo, et 3 jours en lecture audio. Dans les faits, et pour une fois, l’annonce colle à peu près avec la réalité, et sans forcément atteindre les 6h d’utilisation en WiFi, on s’en rapproche.
Les benchmarks réalisés avec AnTuTu sont pourtant encourageants.
Et alors, j’achète ?
Vous l’aurez compris : le constat face à cette Motorola XOOM 2 Media Edition est mitigé. D’un côté, son form-factor réduit lui fait gagner des points, de même que la luminosité de sa dalle IPS séduit. Mais voilà : ses entrailles ne dégagent pas une puissance suffisante pour espérer offrir une expérience dénuée de toute notion de lag, et le fait qu’elle ne puisse pas non plus assurer convenablement la partie gaming en 3D est difficile à avaler. Et puis, en craquant pour ce modèle, vous acceptez de tourner sous Honeycomb encore quelques mois, en vue d’hériter d’Android 4.0… dans le courant du 3ème trimestre 2012. D’ici là, la concurrence aura déjà réagit en masse, cette tablette à 350€, non.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...