samedi 17 mars 2012

Syrie : double attentat meurtrier à Damas



Les attentats à Damas ont fait samedi matin 27 morts, en majorité des civils, et 97 blessés, a affirmé la télévision officielle syrienne al-Ikhbarya, citant le ministre de la Santé. Les deux explosions ont visé samedi des bâtiments de la sécurité à Damas, avait rapporté plus tôt la télévision officielle syrienne. Dans plusieurs bandeaux, la télévision d'État a indiqué que les deux attaques avaient visé la direction de la police criminelle et un centre des renseignements de l'aviation, faisant des morts parmi les civils et les membres des forces de sécurité. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) n'a de son côté fait état de morts et de blessés que dans les rangs des forces de sécurité.
Un militant du comité de coordination de la révolution à Damas, Abou Mouhannad al-Mazzi, a déclaré que "la première explosion a(vait) eu lieu samedi à 6 h 30. Quelques minutes plus tard, la seconde explosion, plus importante, a retenti", a-t-il ajouté. L'une des explosions a eu lieu entre le boulevard de Bagdad et le quartier al-Qasaa tandis que la seconde s'est produite dans le quartier de Douar al-Jamarik (quartier de la douane, NDLR), a précisé la télévision. La chaîne affirme en outre que "selon les premières informations, il s'agit de voitures piégées".

"Action terroriste" (télévision syrienne)

Les premières images diffusées par la télévision officielle de l'attaque à Douar al-Jamarik montrent un corps calciné à bord d'une voiture encore fumante, présenté par la chaîne comme celui d'un "terroriste", des flaques de sang au sol ainsi que des colonnes de fumée s'élevant d'un bâtiment aux abords duquel des ambulances allaient et venaient. D'autres images, tournées apparemment près du centre de renseignement aérien, montrent des habitants touchés par cette explosion, au pied d'un immeuble détruit ou sur des lits d'hôpital, la plupart dénonçant une action "terroriste".
"L'Arabie saoudite nous envoie des terroristes !" a déclaré un habitant, faisant référence au fait que l'Arabie saoudite et le Qatar se sont prononcés à plusieurs reprises en faveur de l'armement des rebelles syriens. "Les Amis de Tunis et le Conseil d'Istanbul passent leur temps à faire des réunions prétendument pour aider le peuple syrien. Voilà comment est aidé le peuple syrien !" a déclaré un autre, en allusion à la réunion internationale des "Amis de la Syrie" tenue à Tunis et au Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition formée à Istanbul.

Le Qatar et l'Arabie saoudite accusés

Plusieurs analystes qui s'exprimaient sur la télévision syrienne ont également accusé le Qatar et l'Arabie saoudite d'avoir une responsabilité "politique, juridique et religieuse" dans ces attaques. Des images ont également montré des équipes de secouristes cherchant d'éventuels survivants sous les décombres. Plusieurs attentats ont eu lieu en Syrie depuis l'éclatement le 15 mars 2011 d'une révolte populaire hostile au président Bachar el-Assad, qui refuse d'en reconnaître l'ampleur et accuse des "bandes terroristes armées" d'être à l'origine des violences qui ont fait plus de 9 000 morts en un an, selon l'OSDH.
Le 3 mars, deux civils ont été tués et vingt personnes blessées dans un attentat-suicide dans la ville de Deraa, berceau de la contestation dans le Sud, avait rapporté l'agence officielle Sana. Le 6 janvier, un attentat a frappé le centre de Damas faisant des dizaines de morts et de blessés, deux semaines après une attaque similaire imputée par les autorités à al-Qaida et par l'opposition au régime contesté de Bachar el-Assad. Le 10 février, deux attentats à la voiture piégée ont secoué Alep (nord), la deuxième ville de Syrie, faisant 28 morts et 235 blessés.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...