vendredi 16 mars 2012

Sarkozy rend hommage à Borloo en attendant son ralliement


ARCHIVES, avril 2011. Le président de la République avec Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet à Licourt, lors de la visite du chantier d'abaissement de l'A29 pour le projet du canal Seine-Nord.

ARCHIVES, avril 2011. Le président de la République avec Jean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet à Licourt, lors de la visite du chantier d'abaissement de l'A29 pour le projet du canal Seine-Nord. | LP/COMPIEGNE

Zoom
«C'est le plan le plus gigantesque qui ait été jamais engagé dans un pays démocratique pour les quartiers.» Tels sont les termes élogieux choisis par  pour évoquer ce vendredi «le plan de rénovation urbaine engagé sur une idée de Jean-Louis Borloo». En déplacement à Meaux, en Seine-et-Marne, sur le thème de la politique de la ville, le  candidat a ouvertement tendu la main à son ancien ministre, dont il attend le ralliement

Mais cette perspective n'a pas fait l'unanimité au Parti radical. «Si Jean-Louis se rallie maintenant, il sera aussitôt digéré, disséqué et enjambé par Sarko. Et les radicaux seront traités comme des alignés!», résume un dirigeant du Parti radical. 

«Jean-Louis Borloo sera là quand il sera là»

Après l'absence remarquée de Jean-Louis Borloo à Villepintecertains à l'UMP avaient bataillé pour qu'il figure au côté de Nicolas Sarkozy lors de ce déplacement en Seine-et-Marne. Dans une interview au «Figaro» estime que «plus tôt» il apportera son soutien au président sortant, «mieux ça sera». En attendant que le président du Parti radical apparaisse sur la photo de famille, le Premier ministre a tenu jeudi soir un meeting à Nancy avec le président d'honneur de cette formation, André Rossinot, et Laurent Hénart, député de Meurthe-et-Moselle. Ce qui lui a fait dire : «Désormais toutes les familles de la majorité présidentielle sont rassemblées».

«Jean-Louis Borloo sera là quand il sera là», a déclaré pour sa part Nathalie Kosciusko-Morizet sur RTL. Et la porte-parole de Nicolas Sarkozy d'ajouter : «Il est adulte, il viendra, quand il le voudra. Il a déjà dit qu'il soutenait Nicolas Sarkozy, c'est cela qui compte». 

Le Parti radical attend des gages pour les législatives

Le plus vieux parti de France a pourtant apporté son soutien au candidat de l'UMP. Mais sans enthousiasme : samedi dernier, au cours du congrès du PR, 76% des délégués ont voté pour un soutien «vigilant», 24% contre. Car les radicaux attendent des gages pour les législatives. L’avertissement du patron de la puissante fédération parisienne, Patrice Gassenbach, qui a menacé de «vives réactions dans le parti» si Borloo allait à Meaux, n’y est pas pour rien. «Le secrétaire général de l’UMP s’est opposé à la création d’un groupe radical autonome à l’Assemblée nationale et a violé sans vergogne les accords financiers qui liaient le Parti radical à l’UMP», a-t-il rappelé. 
LeParisien.fr
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...