samedi 17 mars 2012

Mouches drosophiles : C'est quoi ces mâles qui picolent



Les mouches mâles et l'alcool ont fait l'objet d'une étude
Les mouches mâles et l'alcool ont fait l'objet d'une étude AFP/Julian Stratenschulte
Rien que par leur nom venant du grec « drósos », qui signifie « rosée », et « phílos » qui veut dire « qui aime », on aurait pu se douter que les mouches drosophiles avaient un goût assez prononcé pour l'alcool. Cet insecte que l'on reconnaît grâce à son corps brun-roux et à ses antennes, ressembleraient finalement au genre humain dans certains de ses comportements. Rassurez-vous mesdames, il ressemblerait davantage aux hommes. Et oui, quand vous repoussez les avances de votre époux, pacsé, petit ami ou autres, il a tendance à aller boire un verre avec ses amis pour oublier. Voir même se « prendre une cuite ». Et bien figurez-vous que les mouches mâles drosophiles feraient exactement la même chose.
Selon une étude menée en Californie, les insectes mâles de cette espèce, repoussés sexuellement par les femelles sombrent dans l'alcool, comme certains homme le font pour oublier, révèle jeudi une recherche parue dans la revue américaine Science. Une substance dans le cerveau de ces insectes augmente avec la satisfaction et diminue si le sujet est insatisfait : ainsi, les drosophiles mâles en mesure de copuler consomment nettement moins de nourriture liquide alcoolisée et présentent des taux plus élevés de cette petite molécule, un neuropeptide F. En revanche, ceux qui sont privés d'activité sexuelle choisissent des aliments comportant de l'alcool et en consomment de grandes quantités. Les chercheurs ont observé de bas niveaux de neuropeptide F chez ces mêmes insectes. On saura tout !
Allez messieurs, gardez le sourire, ce n'est pas si « mâle » d'être comparé à une mouche de temps en temps...
C'est quoi une mouche drosophile ? (Source Wikipédia)

Les drosophiles sont quasiment présentes sur l’entièreté de la surface du globe. Visibles toute l'année, elles sont souvent importunes. Elles sont attirées par les fruits dans lesquels elles pondent leurs œufs et où leurs larves se développent. Les drosophiles ont un cycle de vie relativement court. Leur longévité ne dépasse pas les 30 jours à 29°C et leur cycle de reproduction est d'environ 10 jours. En raison de sa facilité d'élevage, la drosophile est l'espèce modèle dans la recherche en génétique. Elle a d'ailleurs permis à Thomas Hunt Morgan et Hermann Joseph Muller d'établir la correspondance entre la carte génétique des mutations et la localisation chromosomique de celles-ci1. La drosophile la plus commune dans les laboratoires est Drosophila melanogaster, mais de nombreuses autres espèces, comme Drosophila simulans, sont également étudiées. Elles sont alors considérées comme animaux domestiques.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...