samedi 17 mars 2012

Militaires tués : un homme traqué par 50 enquêteurs



Créé le 16-03-2012 à 23h29 - Mis à jour le 17-03-2012 à 12h20      4 réactions

Les trois parachutistes criblés de balles à Montauban et leur camarade tué quatre jours plus tôt à Toulouse ont été sans doute visés par le même tueur.

 
 Share2
Sur les lieux de la fusillade à Montauban (ERIC CABANIS / AFP)
Sur les lieux de la fusillade à Montauban (ERIC CABANIS / AFP)
SUR LE MÊME SUJET
Les trois parachutistes criblés de balles jeudi 15 mars à Montauban et leur camarade tué quatre jours plus tôt à Toulouse ont été froidement visés par la même arme, et sans doute par le même tueur au scooter, un homme aux motivations totalement mystérieuses.
Michel Valet, procureur au Tribunal de grande instance de Toulouse, en charge de l’affaire des homicides de militaires, fait le point sur l'enquête :
La première victime, celle de Toulouse dimanche vers 16 heures, a été abattue d’une balle dans la tête par un homme casqué qui a immédiatement pris la fuite sur un scooter de forte cylindrée. La victime, âgée de 30 ans, n’était pas en tenue militaire mais elle avait mis en vente une moto depuis quelques jours en faisant état de sa qualité de militaire dans son annonce. Les trois militaires de 27, 25 et 23 ans qui ont été abattus à Montauban jeudi, peu après 14 heures, portaient, eux, leur tenue : treillis et béret rouge. Ils étaient à un distributeur de billets de la Caisse d’Epargne tout proche de leur caserne quand un individu arrivé sur un scooter de forte cylindrée leur a tiré dessus avec une arme de gros calibre. Au moins à treize reprises. Tous avaient des blessures à la tête, au thorax, au dos. L’une des victimes a été achevée à terre. Une dizaine de témoins étaient là. Les balles tirées à Toulouse et Montauban proviennent d’une seule et même arme. Mais on ne peut affirmer avec la même certitude que c’est le même tireur. Il a agi avec une grande détermination, sa volonté de tuer ne fait pas de doute. Il a tiré de près voire de très près. Ces militaires ont eu des parcours assez différents, un seul a servi en Afghanistan. Aucune hypothèse n’est écartée, aucune privilégiée. Plus de 50 enquêteurs travaillent sur cette affaire, exceptionnelle."
Le meurtrier - puisqu'on recherche plutôt un seul et même homme même s'il a pu bénéficier de complicités - est aujourd'hui traqué par plus de cinquante enquêteurs et tous les services de police judiciaire (sous-direction antiterroriste notamment).
Toulouse militaire tués
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...