vendredi 16 mars 2012

Meurtres de parachutistes: «Vigilance, mais pas paranoïa» pour l'Armée


Publié le 16.03.2012, 15h15 | Mise à jour : 15h24

IDE

Zoom
Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l'article Tout leParisien.fr sur votre mobile
Le général Patrice Paulet, commandant de la 11e brigade parachutiste dont fait partie le régiment de Montauban visé jeudi, a indiqué à l'AFP avoir appelé ses hommes à faire preuve de vigilance à l'extérieur des casernes sans tomber dans la paranoïa après le meurtre de deux militaires par un tireur à scooter

Quel est l'état d'esprit au 17ème Régiment de génie parachutiste ?

Le général Patrice Paulet.
 «De manière globale, l'état d'esprit est bon parce que c'est un régiment solide. Nous avons connu des pertes sévères en Afghanistan l'été dernier, ils savent gérer tout ça. Vous dire que tout va bien pour eux, ce serait faux. Ils sont choqués. Ils vivent dans une ville où ils sont complètement intégrés; et là, de manière extrêmement surprenante et dramatique intervient cet évènement. Perdre ses camarades en opération, c'est dramatique, mais ça fait partie de notre métier. Perdre des camarades d'une balle dans la nuque tirée de trois quarts arrière, (ce n'est) pas dans le même registre».

Le «17» ou l'armée française était-elle visée ?
«Pour l'instant je n'en sais absolument rien. A la limite dans l'immédiat, ce n'est pas mon sujet. La mobilisation de la , de la police est incontestable, je leur fais entièrement confiance. Nous, on est dans la compassion avec les familles, dans la cohésion entre frères d' parce qu'on vient de perdre deux camarades à Montauban, un camarade à Toulouse. Je ne sais pas s'il y a des liens entre tout ça, il y a des choses troublantes comme ça a été dit. Mais il faut laisser faire la justice».


Ces hommes, de Montauban et Toulouse, ont en commun d'être issus de la diversité...

«Des jeunes de la diversité, on en a dans toutes les unités. La France, c'est un pays de la diversité. Je ne veux surtout pas rentrer dans ce débat-là. Laissons faire la justice».

Les victimes de Montauban ont-elles été déployées en Afghanistan ?
«Ce sont tous des régiments opérationnels. Ils ont tous participé à des opérations, comme tout militaire. Ne cherchez pas de lien (avec la question afghane), ce serait alimenter une mauvaise polémique. Attendons de voir ce qui va sortir de toute cette enquête parce que des supputations, on peut en faire à l'infini. Laissons faire la justice».


Avez-vous donné des consignes de sécurité à vos hommes hors des casernes ?

«Est-ce que vous ne vous poseriez pas ce type de question face à ce type d'évènement. Tout le monde relève des similitudes entre Toulouse et Montauban. Bien sûr, j'ai appelé mes subordonnés à une vigilance tout à fait naturelle en attendant d'y voir clair. Maintenant, personne ne se sent menacé, on se sent en sécurité, on est chez nous, il n'y a pas de paranoïa».

LeParisien.fr
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...