dimanche 18 mars 2012

A Lyon, Nicolas Sarkozy trépigne … encore


Taper, taper, taper toujours plus fort, avec plus d’outrance, non plus en haussant le ton mais carrément en hurlant toujours plus fort. Telle est la méthode de campagne choisie par Nicolas Sarkozy. Ce soir en meeting à Lyon, Nicolas Sarkozy, est allé “chercher” François Hollande. Oui, chercher, comme on le dirait dans n’importe quelle cour d’école. François Hollande, cet adversaire qui lui met toujours “10 points dans la vue” et dans tous les sondages de second tour. Ce candidat qui lui rappelle combien, lui, Nicolas Sarkozy est détesté dans le pays. Ce miroir inversé qu’on lui tend toujours, courbes croisées ou pas.
Alors à Lyon, Nicolas Sarkozy a trépigné exigeant la confrontation. On aurait cru entendre le Sarkozy fraîchement élu apostropher un pêcheur au Guilvinec “Toi si tu as quelque chose à dire, tu as qu’à venir ici ! (…) toi tu n’as qu’à descendre!“. Les mots du discours fourni par Henri Guaino étaient à peine plus écrits :
“J’en ai assez d’entendre tout le temps des mensonges”,“j’en ai assez des donneurs de leçons qui ont commis tant de faute”“j’en ai assez de recevoir des leçons de politique industrielle (…) J’en ai assez de recevoir des leçons de ceux qui nous ont laissé la facture de la retraite à 60 ans et des 35 heures” déclare ainsi Nicolas Sarkozy à la tribune.
Et voilà donc le candidat qui dégaine les grands mots de trahison (!), accusant François Hollande de manquer de respect envers les Français, lui qui n’a même pas produit l’ombre du commencement, du début d’un projet pour le prochain quinquennat : “On ne respecte pas les Français quand pour esquiver le débat, on dit tous les jours le contraire de ce qu’on a dit la veille.”
On se demande bien sur quoi, de quoi voudrait bien débattre Nicolas Sarkozy.
François Hollande  ne s’y est d’ailleurs pas trompé. Invité du 20h de TF1, le candidat socialiste a expliqué : “Comme Nicolas Sarkozy ne peut pas présenter un bilan, ni un projet, il présente un visage qui est celui de l’outrance.
La violence des attaques qui va crescendo depuis plusieurs jours vise à hypnotiser les Français, à produire l’effet de sidération déjà mis en oeuvre en 2007.  Nicolas Sarkozy montre ses “muscles” en espérant que les Français ne verront plus que cela, oubliant 5 années de trahison, puisque Nicolas Sarkozy emploie le mot, 5 années au service d’un clan que l’on a pu aisément nommé sous le vocable du Fouquet’s.
Face à cette violence et pour que cette campagne soit simplement utile au pays, il va falloir quelqu’un ramène de la sérénité dans le débat simplement en rappelant quelques vérités à Nicolas Sarkozy. En lui posant, comme l’écrivait notre Dante,les questions qui fâchent, sur son bilan, sur les affaires et sur son absence de projet comme de vision.
En attendant l’équipe de campagne du président sortant continue de diffuser les éléments de langages de l’Elysée sur le regain d’optimisme des cadres comme des militants. Les observateurs avertis n’y verront qu’un va-tout désespéré et irresponsable.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...