lundi 19 mars 2012

Grèce : Venizélos abandonne le ministère des finances pour le Pasok


Evangelos Venizélos, actuel ministre des finances, sera le seul candidat à la direction du Parti socialiste grec (Pasok) lors d'un scrutin interne le 18 mars.
Evangelos Venizélos a annoncé, lundi 19 mars, sa démission du ministère des finances grec pour diriger le parti socialiste du Pasok, à la tête duquel il a été élu dimanche. Il succède à Georges Papandréou, président du parti depuis 2004 et ex-premier ministre.
"J'ai eu l'occasion, lors d'une réunion d'adieu ce matin au ministère des finances, de donner mes dernières consignes", a-t-il déclaré aux médias, à l'issue d'une rencontre avec le président de la République, Carolos Papoulias, et juste avant derencontrer le premier ministre, Lucas Papadémos, à qui il doit présenter officiellement sa démission.
Sans rival, M. Venizélos a fait de ce vote une occasion "pour rassembler" et "unir"le Pasok, en chute libre dans les sondages des intentions de vote en vue des élections législatives anticipées prévues pour la fin d'avril ou le début de mai.
LA GRÈCE RENOUERA AVEC LA CROISSANCE D'ICI À MOINS DE DEUX ANS
De son côté, M. Papadémos s'est montré optimiste quant à la situation économique du pays. La Grèce renouera avec la croissance "d'ici à moins de deux ans" et est déterminée à éviter une nouvelle restructuration de dette et une sortie de l'euro, a-t-il assuré dans une interview au Financial Timespubliée lundi."Je suis convaincu que nous avons fait plus de la moitié du chemin de la reprise économique, même si le processus de consolidation budgétaire prendra plus de temps."
Selon le premier ministre, "une grande majorité silencieuse" du peuple grec est prête à tout pour rester dans la zone euro, malgré les manifestations quasi quotidiennes contre la cure drastique d'austérité adoptée par Athènes sous la pression du Fonds monétaire international (FMI) et de l'Union européenne.
"LA DERNIÈRE RESTRUCTURATION DE DETTE SOUVERAINE GRECQUE"
Le FMI a de nouveau révisé à la baisse la semaine dernière ses prévisions pour le pays : selon l'institution, la Grèce devrait sortir de la récession en 2013, mais sa croissance sera nulle cette année-là, après une quatrième année de lourde contraction de son PIB, de 4,8 %, en 2012. Malgré la crise, "nous ferons tout ce qui est nécessaire pour assurer que c'était la dernière restructuration de dette souveraine grecque", a également affirmé M. Papadémos lundi.
Selon un nouveau rapport de la troïka de ses créanciers- Union et Banque centrale européennes et FMI - publié la semaine dernière, la Grèce va devoir faire de nouveaux efforts d'ajustement budgétaire dans les deux prochaines années pouratteindre les objectifs fixés en échange du second plan d'aide.
>> Lire notre décryptage : "Athènes organise sa faillite"
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...