dimanche 18 mars 2012

Départ de la grande marche parisienne derrière Jean-Luc Mélenchon


La grande marche parisienne à l'appel du Front de Gauche, pour soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle a quitté la place de la Nation dimanche en début d'après-midi, a constaté une journaliste de l'AFP.
La grande marche parisienne à l'appel du Front de Gauche, pour soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle a quitté la place de la Nation dimanche en début d'après-midi, a constaté une journaliste de l'AFP.
La grande marche parisienne à l'appel du Front de Gauche, pour soutenir la candidature de Jean-Luc Mélenchon à l'élection présidentielle a quitté la place de la Nation dimanche en début d'après-midi, a constaté une journaliste de l'AFP.
Plusieurs milliers de personnes composaient le cortège, qui devait rallier la place de la Bastille et en tête duquel M. Mélenchon, manteau sombre et écharpe rouge, avait pris place, peu après 14H00, aux cris de "Résistance! Résistance!" dans la foule.
Le candidat du FG était accompagné des principaux ténors de sa formation, dont le numéro un du PCF Pierre Laurent, Marie-George Buffet (PCF), la coprésidente du Parti de Gauche Martine Billard, ou encore Clémentine Autain, sa porte-parole.
Derrière eux, l'éléphant en carton des salariés en lutte de Fralib était brandi au-dessus des têtes, ainsi que des pancartes disant "Vite la VIe République" ou vantant la révolution, "floraison de l'humanité comme l'amour est la floraison du coeur", un propos de Louise Michel.
Pour ce 18 mars, date anniversaire du début du soulèvement de la Commune de Paris en 1871, des ouvriers ont été appelés à venir en tenue de travail (comme ceux de Pétroplus, M-Real ou ArcelorMittal). Etaient aussi attendus des sympathisants venus de Grèce, Venezuela ou Palestine.
A l'arrivée de la manifestation, M. Mélenchon devait prononcer vers 17H00 un discours d'une bonne demi-heure devant l'Opéra Bastille.
Pour l'eurodéputé, ce dimanche à la Bastille, place symbole de la Révolution française, doit marquer le début de "l'insurrection civique", l'occasion de populariser sa "VIe République sociale, laïque et écologique", lui qui s'imagine en "dernier président de la Ve".
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...