samedi 10 mars 2012

Bayrou, le recours ?


Le Point.fr - Publié le 10/03/2012 à 18:39 - Modifié le 10/03/2012 à 18:59

En meeting à Toulouse samedi soir, le candidat entend convaincre les indécis qu'il est l'homme de l'alternative.

"Je vais dire ce soir à quel point le combat qui est le nôtre est crucial face aux deux autres candidats de l'illusion et de la division qui font courir des risques extrêmes au pays", a expliqué François Bayrou.
"Je vais dire ce soir à quel point le combat qui est le nôtre est crucial face aux deux autres candidats de l'illusion et de la division qui font courir des risques extrêmes au pays", a expliqué François Bayrou. © Philippe Sautier / SIPA
  • Partagez sur Facebook
  •  
  • Partagez sur Twitter
  •  
  •  
  • Partagez sur LinkedIn
  •  
  • Envoyer par email

Quatrième homme des sondages, François Bayrou, en meeting samedi soir à Toulouse, entend convaincre, à un moment qu'il juge "crucial" de la campagne, les électeurs et responsables politiques mécontents ou indécis qu'il peut être l'homme du recours face à Hollande et Sarkozy. "Je vais dire ce soir à quel point le combat qui est le nôtre est crucial face aux deux autres candidats de l'illusion et de la division qui font courir des risques extrêmes au pays", a expliqué François Bayrou sans citer le nom de ses rivaux François Hollande et Nicolas Sarkozy.
"Le seul vote utile, c'est moi", avait-il déjà résumé vendredi sur France 3 en appelant à sortir de décennies d'alternances successives PS-UMP qui ont, selon lui, conduit le pays dans la crise. Contrairement à Marine Le Pen, François Bayrou estime en effet être le seul outsider susceptible de recueillir une majorité sur son nom au second tour, que cela soit face à Hollande ou face à Sarkozy. Reste pour lui à convaincre les électeurs de le porter au second tour. Pour le leader centriste, le meeting de Toulouse, où il dit se sentir en famille dans l'une des capitales de son Sud-Ouest natal, revêt une importance particulière, car il intervient à un "moment crucial" de la campagne.

Traduire sa bonne image en intentions de vote

"On va connaître dans une semaine quels seront les candidats sur la ligne de départ et l'on voit bien que les Français hésitent tout comme certains responsables politiques qui soutiennent Nicolas Sarkozy à contrecoeur, contre la volonté de leur base", constate-t-il en évoquant les remous au Parti radical de Jean-Louis Borloo qui s'est prononcé samedi pour un soutien "vigilant" au président-candidat. Le numéro trois du PR, Rama Yade, a refusé de voter la motion pro-Sarkozy, finalement adoptée par 76 % des militants, en expliquant qu'elle ne se reconnaissait pas "dans sa stratégie de droitisation". Elle a annoncé qu'elle ne se rendrait pas dimanche au meeting de Nicolas Sarkozy à Villepinte, tout comme Jean-Louis Borloo.
Rama Yade avait il y a quelques mois loué l'indépendance de Bayrou, mais l'entourage de ce dernier ne croit pas à un éventuel soutien de l'ex-secrétaire d'État. En stagnation dans les sondages qui le créditent de 12 à 15 % d'intentions de vote, François Bayrou espère un déclic dans l'opinion, dont il dit sentir l'exaspération face à la campagne de ses rivaux. Le quatrième homme de la compétition s'est retrouvé récemment en tête de sondages sur la popularité ou la qualité de ses propositions. Reste pour lui à traduire sa bonne image en intentions de vote. Selon un sondage Ifop pour Sud-Ouest Dimanche, près des deux tiers des Français souhaitent que Hollande gouverne le pays avec Bayrou et les écologistes.

Les "valeurs" de la République

Mais le centriste, qui refuse de s'exprimer sur son choix au second tour, n'entend pas jouer les supplétifs : "Mon espoir n'est pas de rallier Hollande, c'est de battre Nicolas Sarkozy au premier tour et François Hollande au second", a-t-il dit sur France 2. L'émission a été vue en moyenne par 3,6 millions de téléspectateurs, plus que pour sa dernière prestation en décembre (2,9 millions), mais moins que celle de Nicolas Sarkozy il y a quelques jours (5,5 millions).
François Bayrou y avait tendu la main à Dominique de Villepin, qui ne l'a pas saisie. À Toulouse, il devrait notamment revenir sur la question des "valeurs" de la République, selon son entourage. Son discours d'environ 1 h 30 sera précédé de prises de parole, notamment du député Philippe Folliot et de Philippe Douste-Blazy. L'ex-maire de Toulouse, aujourd'hui secrétaire général adjoint de l'ONU, a pris ses distances avec l'UMP et soutient François Bayrou.
sourc lepoint.fr
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...