mardi 14 février 2012

L'économie française n'est plus en mesure de créer des emplois


L'économie française n'est plus en mesure de créer des emplois

Créé le 14-02-2012 à 10h41 - Mis à jour à 15h17      1 réaction

32.000 emplois ont été détruits au dernier trimestre. C'est la première fois depuis 2009 que l'Insee observe un recul dans le secteur marchand.

 
 Share2
 (c) Afp
(c) Afp
SUR LE MÊME SUJET
C'est une situation que la France n'avait pas connu depuis la fin 2009, au plus fort de la crise financière. Au 4e trimestre,  près de 32.000 emplois salariés ont disparu, selon des données provisoires publiées par l'Insee mardi 14 février. L'emploisalarié dans les secteurs principalement marchands a précisément reculé de 0,2% par rapport au 3e trimestre.
Sur l'année, le solde reste néanmoins positif avec 108.700 emplois créés, soit une hausse - modeste - de 0,7% par rapport à fin 2010. Cette hausse est d'ailleurs insuffisante, selon les économistes, pour absorber les nouvelles arrivées sur le marché du travail. Au total, au 31 décembre, on recensait en France 16,1 millions d'emplois salariés, contre 15,9 millions un an plus tôt.
La situation est particulièrement tendue dans l'intérim
Est-ce un signe avant-coureur d'une aggravation en cours ? L'intérim est le premier secteur à pâtir du repli observé au dernier trimestre 2011 puisque sur les 31.900 emplois, 25.800 l'ont été dans ce seul secteur (-4,4%).
L'emploi salarié dans l'industrie a lui essuyé une baisse trimestrielle de 0,2%, comme le tertiaire, la construction restant pour sa part quasi-stable (-0,1%).
Ces chiffres, provisoires, doivent encore être confirmés par l'Insee. L'Institut national de la statistique doit d'ailleurs rendre son verdict ce mercredi sur la croissance française en 2011 alors que le gouvernement table toujours sur une hausse du Produit intérieur brut (PIB) de 1,75% sur l'année.
Cette année l'emploi salarié devrait encore être mis à rude épreuve, au vu des prévisions de croissance. Le gouvernement prévoit une croissance de 0,5% mais le Fonds monétaire international (FMI) ne table que sur une croissance du PIB français de 0,2%, l'OCDE de 0,3% et certains analystes sur une récession.
Selon des données séparées de l'Acoss, qui fédère le réseau des Urssaf, les embauches d'une durée de plus d'un mois ont diminué de 3,9% au 4e trimestre par rapport au troisième. Elles restent toutefois en hausse de 5,1% sur un an.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...