mercredi 8 février 2012

Ciprelli interpellé, Longo témoin



EXCLUSIF L'EQUIPE. Descente surprise des enquêteurs de l'OCLAESP ce matin à 06h10 dans un appartement des Longo-Ciprelli à l'Alpe d'Huez. Patrice Ciprelli a été placé en garde-à-vue, comme son ami Michel Lucatelli, Jeannie Longo serait entendue comme témoin.
Jeannie Longo sera-t-elle entraînée dans la chute de Patrice Ciprelli? (L'Equipe)
Jeannie Longo sera-t-elle entraînée dans la chute de Patrice Ciprelli? (L'Equipe)
Une dizaine d'hommes de l'Office central de lutte contre les atteintes à l'environnement et à la santé publique (OCLAESP) a fait irruption ce matin à l'Alpe d'Huez où le couple Longo-Ciprelli possède un appartement. Les enquêteurs, agissaient dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte le 14 septembre 2011 par le Parquet de Grenoble. Parallèlement, une perquisition est actuellement menée au chalet du couple à Saint-Martin-le-Vinoux (Isère).

Mobilisés sur cette enquête depuis la révélation par L'Équipe d'un achat d'EPO chinoise opéré par Patrice Ciprelli via Internet en avril 2007 à un certain Joe Papp, trafiquant américain, les gendarmes d'Arcueil (dans le Val-de-Marne, siège de l'Office central), n'auront pas mis longtemps pour cibler de nouveaux présumés achats d'EPO effectués par le même homme, lors des années 2010 et 2011. Si la première transaction délictueuse (en 2007) était prescrite par la loi, ces importations ne le sont pas et pourraient donc valoir de sérieux ennuis à Ciprelli sur la base d'articles issus du Code de la Santé, du Sport et des Douanes.

Achats d'EPO en 2011

Selon nos informations, les gendarmes auraient identifié au moins cinq opérations suspectes opérées par Ciprelli auprès d'un fournisseur d'EPO étranger: deux en 2010 et trois en 2011. Parmi ces trois dernières, les enquêteurs auraient formellement récupéré deux factures d'environ 500 euros chacune, identifiant un compte bancaire au nom de l'époux de Jeannie Longo ainsi que la nature de la marchandise importée via Internet et des colis postaux: de l'Eprex, EPO de première génération.

Les gendarmes ont oeuvré sans relâche après la saisie des e-mails publiés parL'Équipe, qui dormaient jusqu'alors dans le coffre de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD). Du coup, les événements se précipitent pour Patrice Ciprelli, mari et entraîneur de la doyenne du peloton, sans que, pour l'heure, un lien direct ne soit encore établi avec cette dernière. Néanmoins, toujours selon nos informations, les enquêteurs ne seraient pas loin d'arriver à établir une possible relation.  L'ex-championne préférée des Français (1) serait entendue comme témoin actuellement. Si la responsabilité de celle-ci était avérée, sa participation aux Jeux Olympiques de Londres serait évidemment remise en cause.
Selon des sources proches de l'enquête, une perquisition est actuellement en cours dans le chalet de Patrice ciprelli et Jeannie Longo, à Saint-Martin-le-Vinoux, près de Grenoble. M. Ciprelli est présent sur les lieux. Peu avant, le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, avait confirmé que les deux hommes étaient «entendus sur des faits de contrebande de marchandises dangereuses pour la santé, infraction aux règlements sur le commerce de substances vénéneuses, importation de substances ou de procédés interdits aux fins d'usage par un sportif sans justification médicale». (AFP)
Depuis le début de l'enquête, plusieurs personnes ont été entendues dans la plus grande discrétion: en premier lieu, Edwige Pitel, que Ciprelli a entraînée en 2007 et qui a aussi été sa compagne. La cycliste, rivale de Longo, a été entendue durant sept heures, en deux épisodes, et sa responsabilité aurait été totalement écartée. Bruno Genevois et Robert Bertrand, respectivement président et secrétaire général de l'AFLD, ont également été auditionnés. Idem concernant Alain Dallenbach, ex-mari de Chantal Dallenbach, athlète française à la réputation sulfureuse, aujourd'hui retraitée. L'ex-couple présentait pour les enquêteurs un intérêt certain ; ils se sont mariés sous le regard de... Jeannie Longo, qui fut leur témoin. Associés dans un business hotelier à La Réunion, leur amitié aurait vite périclité en raison d'une sombre histoire financière. Alain Dallenbach, domicilié en Suisse, s'est ainsi déplacé de son propre chef en France pour être auditionné par l'OCLAESP, promettant certaines révélations sur de supposées achats de produits dopants effectués il y a plusieurs années par le couple Longo. Un témoignage qui a très vite fait pschittt, l'homme, friable psychologiquement, disparaissant dans la nature.

Lucatelli également en garde à vue

On ne connaît pas encore les résultats de la perquisition opérée ce matin au domicile du couple.  Patrice Ciprelli se trouve actuellement en très mauvaise posture. Il pourrait même causer de sérieux problèmes à Michel Lucatelli, directeur de l'équipe de France de skicross, son meilleur ami, lequel serait allé chercher un colis pour lui. Ce dernier a d'ailleurs également été placé en garde en vue. La mère de Patrice Ciprelli, Yvonne, pourrait également être rapidement auditionnée, elle dont l'adresse apparaît lors de la transaction effectuée en 2007 entre son fils et Joe Papp.
Bref, le grand déballage ne fait que continuer, alors que le ministère des Sports, actuel employeur de Ciprelli, cadre d'État à mi-temps, continue de se cantonner dans un silence assourdissant depuis la genèse de cette affaire.
Ultime détail calendaire étonnant: le dernier achat d'EPO qu'aurait effectué Ciprelli daterait de mai 2011, peu de temps avant les Championnats de France qui sacrèrent Jeannie Longo à Boulogne sur le contre-la-montre. À cette époque, l'AFLD la pistait en vain, croyant qu'elle appartenait encore au groupe cible...

(1) Jeannie Longo a terminé sixième lors du dernier classement.

L'UCI s'est emparé du dossier

Selon nos informations, l'Union cycliste internationale (UCI) et son service juridique s'activent depuis septembre dernier sur l'affaire Ciprelli, alors que la FFC a pourtant ouvert une procédure disciplinaire à l'encontre du mari de Jeannie Longo. L'instruction en parallèle menée depuis Aigle semble assez surprenante. Vise-t-elle, en filigrane, à remettre en cause la réelle motivation de la FFC à aller jusqu'au bout ? En tout cas, Pat McQuaid, le président de l'UCI, qui aurait contacté Joe Papp, semble attentif au dossier... - D.R.
Damien RESSIOT, envoyé spécial à Grenoble
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...