vendredi 27 janvier 2012

Sénégal: une manifestation de l'opposition tolérée




Publié le 27.01.2012, 00h21
Une manifestation de l'opposition vendredi à Dakar contre une candidature du président sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle va être tolérée malgré l'interdiction de manifester pendant cinq jours décrétée par le gouvernement, a appris l'AFP de sources concordantes.

Une manifestation de l'opposition vendredi à Dakar contre une candidature du président sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle va être tolérée malgré l'interdiction de manifester pendant cinq jours décrétée par le gouvernement, a appris l'AFP de sources concordantes. |Toure Behan

Zoom1/2
Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l'article Tout leParisien.fr sur votre mobile
Une  de l' opposition vendredi à Dakar contre une candidature du sénégalais Abdoulaye Wade à la présidentielle va être tolérée malgré l'interdiction de manifester pendant cinq jours décrétée par le , a appris l'AFP de sources concordantes.
Cette décision de laisser les opposants manifester sur une place de Dakar, le jour où le Conseil constitutionnel doit dire si la candidature du M. Wade est recevable, a été prise par les autorités à la suite d'une "médiation" de l'Union européenne (UE), ont précisé ces sources à l'UE, au gouvernement et au sein de l'opposition.
"Le pouvoir a reculé", a affirmé une source au Mouvement du 23 juin (M23), regroupant des partis politiques et organisations de la société civile, qui a appelé à un rassemblement sur la Place de l'Obélisque à Dakar contre la nouvelle candidature de M. Wade.
Le gouvernement a décrété une interdiction de manifester du 25 au 30 janvier pour éviter "des pressions" sur le Conseil constitutionnel qui doit rendre publique vendredi la liste des candidats qui pourront se présenter à la présidentielle. Le premier tour est prévu le 26 février.
L'opposition, au nom de la liberté d'expression garantie par la Constitution sénégalaise, avait décidé de défier cette interdiction critiquée par la France et l'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty international.
La décision du Conseil constitutionnel concernant la nouvelle et troisième candidature du président Wade, 85 ans, jugée anticonstitutionnelle par l'opposition, fait craindre des réactions violentes.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...