samedi 28 janvier 2012

Pas d'impunité pour les acquittés


samedi 28.01.2012, 05:09 -

 La Voix du Nord


L'histoire des Lavier, c'est celle d'une famille marquée à jamais par l'affaire d'Outreau. ...
Il y a dix ans, Franck et Sandrine Lavier étaient placés en détention provisoire. Ils n'ont retrouvé la garde de trois de leurs enfants qu'après quatre ans de séparation. Leur fille aînée a préféré rester dans sa famille d'accueil. Comment reconstruire un noyau familial après une telle épreuve ? « Aucun lien affectif ne s'est créé », déplore Sandrine Lavier en parlant des deux enfants accusateurs. « On nous les a pris bébés et on les a retrouvés à 5 ou 6 ans. Au début, il y avait bien des petits câlins et des signes affectifs. Et progressivement, il y a eu un détachement. » Sur ces difficultés se sont greffés les problèmes d'argent. Les indemnisations reçues suite à l'acquittement ont été englouties dans l'achat d'une maison et dans un budget dispendieux, alors que le couple était au chômage. Avant leur fugue, les enfants ont passé quatre mois sans chauffage dans leur chambre : leurs parents n'avaient même plus les moyens de réparer la chaudière. Chaque soir, Sandrine Lavier et sa plus jeune fille allaient dormir chez une tante, où toute la famille allait régulièrement se laver.
Est-ce aussi pour préserver l'image des acquittés d'Outreau que l'affaire n'a pas éclaté plus tôt ? D'après les auditions, du personnel des établissements scolaires des deux enfants avait bien remarqué des traces de coups, mais les parents n'ont pas été inquiétés avant la fugue des deux jeunes victimes. « S'il n'y a pas eu de dossier de signalement d'enfance en danger, c'est parce que vous étiez les Lavier, vous le comprenez ?
 », a même lancé la présidente à Sandrine Lavier. Mais le traitement judiciaire de cette affaire a prouvé qu'il n'y avait pas d'impunité. Même pour des acquittés d'Outreau.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...