vendredi 27 janvier 2012

François Hollande peut-il encore perdre ?


Le Point.fr - Publié le 27/01/2012 à 17:07 - Modifié le 27/01/2012 à 17:15

L'écart ne cesse de grandir entre le président sortant et son challenger socialiste. Et pourtant, tout peut encore arriver.

François Hollande fait toujours la course en tête devant Nicolas Sarkozy.
François Hollande fait toujours la course en tête devant Nicolas Sarkozy. © Witt / Sipa
  • Partagez sur Facebook
  •  
  • Partagez sur Twitter
  •  
  •  
  • Partagez sur LinkedIn
  •  
  • Envoyer par email


L'élection présidentielle est un long parcours du combattant. Mais force est de constater que le candidat socialiste a pris un bon départ. Depuis le début de l'année, il s'est appliqué à lever tous les doutes sur sa capacité à devenir chef d'État. Il s'est mué en dirigeant plus du tout mou, a défendu un programme plus du tout flou et s'est efforcé de montrer qu'avec lui il n'y aurait plus du tout de "loup". 
Le meeting réussi du Bourget, la présentation chiffrée de son projet, son autorité tranquille lors de l'émission de France 2, où il domina de bout en bout le débat, y compris face à un Alain Juppé un peu trop fidèle à lui-même : autant de "crash tests" subis avec succès. Comment ne serait-on pas optimiste dans le camp socialiste ? À la même époque, il y a cinq ans, Nicolas Sarkozy avait pris le dessus le 14 janvier, puis n'avait plus quitté son statut de favori. La situation peut-elle se reproduire au profit de François Hollande ? Rien n'est définitivement acquis en politique. Tout peut encore arriver. 

L'hypothèse Bayrou

Plusieurs grains de sable sont susceptibles d'enrayer la machine Hollande. Il y a d'abord l'épreuve du temps. Trois mois encore avant le premier tour ! On peut lasser, gaffer, s'embourber, se faire soudain déborder. Personne n'est à l'abri de ce genre de soubresaut de campagne où l'imprévu arrive à coup sûr. Ensuite, Nicolas Sarkozy, qui n'est aucunement sur le chemin du renoncement, quels que soient ses propos rapportés de Guyane sur sa vie après Élysée, n'a pas dit son dernier mot. Il se battra jusqu'au bout, avec la rage de prouver qu'il est de loin le meilleur pour garantir l'avenir de la France. 
Il est certes mal en point, mais sait-on jamais ? Une crise européenne aiguë, une formule heureuse, des propositions judicieuses, et la donne peut évoluer. Si jamais le président passait devant Hollande au premier tour, ce serait carrément un bouleversement. Enfin et surtout, c'est la troisième hypothèse qui pourrait changer le destin de François Hollande. Si, dans quelques semaines, le peuple de droite considère que Nicolas Sarkozy n'a vraiment plus aucune chance de battre le candidat socialiste, il pourrait basculer ses suffrages sur François Bayrou, estimant qu'il est le seul rempart contre la gauche. 
Le candidat "central" n'attend que cela. C'est aussi ce que craignent les fidèles de Hollande. Ils allument des cierges tous les jours pour que le sortant ne s'effondre pas dans une glissade fatale. Car, si c'est le patron du MoDem qui est opposé au second tour à leur champion, le centriste a de bonnes chances de gagner. Les Français, dit-on, n'aiment pas les scénarios écrits d'avance. Mais il arrive aussi, se rassure-t-on chez Hollande, que le favori l'emporte. La politique n'est pas une science exacte. Aucune expérience n'est parfaitement reproductible. Ce qui fait le bonheur, ou l'angoisse, des participants à cette course diabolique.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...