lundi 11 avril 2011

Gbagbo arrêté après une offensive généralisée

Côte d'Ivoire:

Le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo a été arrêté lundi à l'issue d'une offensive généralisée des forces de son rival Alassane Ouattara, appuyées par les moyens aériens et blindés des forces françaises et de la mission des Nations Unies (Onuci).
"Laurent Gbagbo a été arrêté par les Forces républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI, pro-Ouattara) et conduit à l'Hôtel du Golf (QG du camp Ouattara) par les FRCI", a déclaré à l'AFP l'ambassadeur de France, Jean-Marc Simon Simon.
M. Gbagbo, au pouvoir depuis 2000, est en compagnie de son épouse Simone, considérée comme une "dure" du régime, et son fils Michel, d'un premier mariage, a précisé Anne Ouloto, porte-parole de M. Ouattara.
"Le cauchemar est terminé" pour les Ivoiriens, a déclaré à la télé pro-Ouattara Guillaume Soro, Premier ministre d'Alassane Ouattara, assurant que M. Gbagbo et son épouse étaient "aux arrêts".
Cette arrestation, au douzième jour de la bataille d'Abidjan, intervient après une soirée et une journée de frappes menées par les hélicoptères de l'Onuci et de la force française Licorne, visant officiellement les armes lourdes du camp Gbagbo menaçant les civils, conformément à la résolution 1975 du conseil de sécurité de l'ONU.
Les combats ont fait rage dans le quartier résidentiel de Cocody, où se trouve la résidence présidentielle, qui jouxte celle de l'ambassadeur de France. Dans l'après-midi, des blindés de Licorne et de l'Onuci, avait été engagés dans la zone.
Paris et l'ONU ont toujours insisté que leur mission n'était pas de renverser Laurent Gbagbo, dont le camp les avait accusé de vouloir "assassiner" le président sortant, qui n'a jamais reconnu sa défaite --pourtant certifiée par l'ONU-- face à M. Ouattara à la présidentielle de novembre.
Une source diplomatique française a d'ailleurs insisté, peu après l'annonce de l'arrestation, sur le fait que "M. Gbagbo a été arrêté par les troupes de M. Ouattara, c'est vrai, mais pas par les forces spéciales françaises, qui ne sont pas rentrées dans l'enceinte de la résidence".
Après l'arrestation, le président français Nicolas Sarkozy s'est "longuement" entretenu par téléphone avec M. Ouattara, dont l'élection avait été reconnue par l'essentiel de la communauté internationale.
Des hélicoptères français avaient pilonné en fin de matinée à coup de missiles le secteur de la résidence de M. Gbagbo, partiellement détruite, selon un de ses proches, une zone d'où s'élevait une épaisse fumée.
Au sol, les forces pro-Ouattara, qui avaient à plusieurs reprises depuis leur entrée dans Abidjan le 31 mars échoué à briser la résistance de leurs adversaires, étaient ensuite reparties à l'offensive.
Un peu plus tôt, des combats à l'arme lourde et légère avaient opposé pendant une heure et demi les forces de M. Ouattara à celles de son rival dans le quartier de la résidence de M. Gbagbo, selon un habitant.
Les combats n'avaient pas lieu dans les environs immédiats du batiment mais entre la télévision d'Etat RTI et l'Ecole de gendarmerie, deux autres fiefs du chef de l'Etat sortant, également situés dans le quartier de Cocody, dans le nord de la métropole.
De fortes détonations ont aussi été signalées par plusieurs habitants dans le quartier du Plateau (centre) qui abrite lui le palais présidentiel.
De dimanche 17H00 jusqu'au coeur de la nuit, la mission de l'ONU et la force française Licorne avaient tiré des missiles vers ces deux sites.
Lundi matin, Paris a justifié les tirs en disant être intervenu à la demande expresse de l'ONU.
"Conformément à la résolution 1975 et en accord avec le président Ouattara, le secrétaire général des Nations unies (Ban Ki-moon) a demandé au président de la République (Nicolas Sarkozy) la poursuite de la participation des forces françaises aux opérations menées par l'Onuci pour neutraliser les armes lourdes utilisées contre la population civile", indique un communiqué de la présidence.
Les combats ont mis Abidjan, capitale économique dont la population est évaluée à quatre millions d'habitants, au bord d'une catastrophe humanitaire.
"Nous avons de très vastes mouvements de population d'un quartier à l'autre car aucun quartier n'est vraiment sécurisé", a déclaré le coordonnateur humanitaire entre les agences de l'ONU et des ONG, Ndolamb Ngokwey, contacté au téléphone depuis Paris.
"Beaucoup de personnes m'ont raconté qu'il y avait beaucoup de cadavres qui jonchaient les rues, et pas seulement dans le quartier des ambassades", a-t-il dit.
AFP
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...