vendredi 31 décembre 2010

Comment convertir un flux RSS en html

Comment convertir un flux RSS en html

C'est la question que je me suis posé depuis certain moment.Car la conversion de RSS (notamment en XML)en html - le langage peut être interprété par les navigateurs webs n'est pas simple,

En fin, j'ai trouvé un site qui fabrique gratuitement un flux RSS sous forme de html que vous pouvez le mettre comme vous voulez sur un navigateur de web sans utiliser aucun méthode de parseur... Voilà le lien:

http://feed.informer.com/
Welcome to my world: Comment convertir un flux RSS en html

Côte d'Ivoire : Ouattara donne jusqu'à minuit à Gbagbo pour partir - LeMonde.fr

Alassane Ouattara, reconnu comme le président de la Côte d'Ivoire par la communauté internationale, a donné à Laurent Gbagbo jusqu'à vendredi 31 décembre minuit pour quitter le pouvoir. Par l'entremise de son premier ministre, Guillaume Soro, Alassane Ouattara a promi que le président sortant"n'aurait pas d'ennuis" s'il se retirait dans ce délai.

La mission de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) qui s'est rendue mardi à Abidjan "est venue demander sans concession à M. Gbagbo de céder pacifiquement le pouvoir", a déclaré Guillaume Soro devant la presse, depuis le grand hôtel abidjanais transformé en QG du camp Ouattara."Cette mission a demandé au président Alassane [Ouattara] de donner des garanties [que] si M. Gbagbo quittait le pouvoir, il n'aurait pas d'ennuis", a-t-il poursuivi.

"Si d'ici minuit, il ne quitte pas le pouvoir, le président de la République sera au regret d'envisager d'autres mesures", a prévenu M. Soro, se disant "convaincu que seule la force" fera partir le dirigeant sortant. La mission de la Cédéao doit revenir lundi à Abidjan.

L'UE APPROUVE DES SANCTIONS CONTRE LE CAMP GBAGBO

Par ailleurs, l'Union européenne accroît la pression sur le camp Gbagbo. Des sanctions contre 59 proches du président autoproclamé Gbagbo ont été approuvées. Ces personnes sont désormais interdites de visas pour l'Union européenne.

La quasi-totalité des membres du "prétendu" gouvernement de M. Gbagbo sont sur la liste qui compte également des membres du Conseil constitutionnel ainsi que des responsables économiques et des médias. Dans un premier temps, l'Europe avait envisagé de porter à 61 le nombre de personnes, proches de M. Gbagbo, interdites de visas sur son territoire mais deux de ces personnes ont finalement reconnu l'autorité du président élu Alassane Ouattara.

Côte d'Ivoire : Ouattara donne jusqu'à minuit à Gbagbo pour partir - LeMonde.fr

Triaud : «Je veux du foot» - Foot - L1 - Bordeaux - L'EQUIPE.FR

Foot - L1 - Bordeaux

Triaud : «Je veux du foot»

Jugeant «très médiocre» la première partie de saison de ses Girondins, Jean-Louis Triaud exclut de recruter et espère «une équipe à son niveau» après la trêve.
Jean-Louis Triaud a hâte de tourner la page 2010... (EQ)
Jean-Louis Triaud a hâte de tourner la page 2010... (EQ)

C'est niet ! Jean-Louis Triaud, le président de Bordeaux, exclut de recruter lors du mercato d'hiver qui ouvre le 1er janvier à 0 heure. Ni Kevin Gameiro, l'attaquant de Lorient, visé par son entraîneur Jean Tigana, ni personne d'autre, malgré les déclarations dans ce sens du capitaine girondin Alou Diarra. «Quand tu es 2e, tu as raison de recruter pour espérer mieux. Mais quand on est 8es (le classement actuel des Girondins, Ndlr), on doit se débrouiller avec ce que l'on a (...), estime le patron des Girondins dans Le Parisien. Dire qu'il faut recruter dès qu'il y a un truc qui ne va pas, c'est se chercher des excuses (...) Pour nous, la priorité, c'est de retrouver des joueurs à leur niveau

«2010 ÉTAIT VRAIMENT UNE VILAINE ANNÉE»

Triaud estime que «2010 était vraiment une vilaine année», une fois additionnées la chute libre de la deuxième partie de la saison dernière et la première partie du présent exercice dont le «bilan est très médiocre» selon lui. «Maintenant, si on veut être optimiste, on peut se dire qu'on a 7 points de plus que lors de la phase retour de la saison passée.» «Pas inquiet sur la qualité du groupe» et satisfait de la progression de jeunes comme Salif Sané ou Cheick Diabaté, le président bordelais fixe la feuille de route pour la reprise. Un vaste programme : «Je veux des buts, du foot, du jeu et une équipe à son niveau. Cela suffira à mon bonheur.» Aux supporters aussi sûrement...

Triaud : «Je veux du foot» - Foot - L1 - Bordeaux - L'EQUIPE.FR

Le Figaro - International : Paris déterminé à asseoir la légitimité de Ouattara

Les autorités françaises, qui ont exclu d'intervenir militairement dans le conflit, soutiennent Alassane Ouattara.
Les autorités françaises, qui ont exclu d'intervenir militairement dans le conflit, soutiennent Alassane Ouattara. Crédits photo : ISSOUF SANOGO/AFP

La France déploie une intense activité diplomatique pour tenter de renforcer le statut du rival de Laurent Gbagbo sur la scène internationale.

Il fut un temps où Paris ne tournait pas sept fois sa langue dans sa bouche avant de lancer ses parachutistes à l'assaut des rebelles qui menaçaient les présidents dictateurs africains. En vertu des accords de défense signés avec ses anciennes colonies après les indépendances et qui la contraignaient à intervenir en cas de tentative de déstabilisation des pouvoirs en place, la France a volé au secours du maréchal Mobutu au Zaïre en 1978, du Tchadien Hissène Habré en 1983 ou du président togolais Eyadema en 1986… En cinquante ans, les soldats de l'ancienne métropole ont foulé une quarantaine de fois le sol africain, pour porter secours aux ressortissants français ou aux pouvoirs en place.

Ce temps est révolu, si l'on en juge la nouvelle stratégie française qui s'est mise en place depuis le début de la crise en Côte d'Ivoire. Les autorités françaises ont en effet exclu d'intervenir militairement dans le conflit, comme elles le firent par exemple en 2004, quand l'armée assiégée avait ouvert le feu devant l'hôtel Ivoire à Abidjan.

Paris, qui a très vite lâché Laurent Gbagbo, déploie en revanche une intense activité diplomatique pour tenter d'asseoir le pouvoir de son rival Alassane Ouattara sur la scène internationale. La France semble avoir pris la tête d'une sorte de coalition diplomatique formée de l'ONU, des États-Unis et de l'Union européenne et dont le but serait d'isoler le président sortant. Le 17 décembre, Nicolas Sarkozy a exhorté Gbagbo à quitter son poste avant la fin de la semaine. Après avoir pris la décision d'installer un nouvel ambassadeur pro-Ouattara à Paris, le Quai d'Orsay a annoncé que les pays de l'UE ne reconnaîtraient plus que les ambassadeurs du président «légitimement» élu.

Une position délicate

Particulièrement prudente, la France fait tout pour éviter d'être accusée d'intervenir dans les affaires intérieures de son ancienne colonie. Sur place, elle a laissé les Nations unies occuper la première ligne. C'est au sein de l'Union européenne qu'elle défend désormais les sanctions visant les proches de Gbagbo. Et c'est du bout des lèvres, «en cas de dégradation de la situation » seulement et si d'autres pays européens font de même, prévient Michèle Alliot-Marie, la ministre des Affaires étrangères, que Paris accepterait de soutenir l'effort logistique de l'Onuci, la force de maintien de la paix de l'ONU en Côte d'Ivoire, qui se dit «asphyxiée» par le clan Gbagbo.

À Paris, où la Françafrique a plusieurs fois été enterrée, au moins en paroles, et où les accords de défense avec les anciennes colonies africaines ont été revus et corrigés à la baisse, on estime désormais qu'il appartient aux Africains de régler cette affaire.

La position française n'en reste pas moins délicate. 15 000 expatriés sont enregistrés en Côte d'Ivoire et pourraient, si la situation dégénérait, être pris à partie par les partisans du président battu. Les pays d'Afrique de l'Ouest l'ont menacé d'une intervention militaire s'il s'accrochait trop longtemps à son fauteuil. Mais en Europe, il n'y a pas grand monde pour parier sur l'efficacité de la Cedeao, la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest. Alors, en cas de chaos, qui s'interposera ?

Le Figaro - International : Paris déterminé à asseoir la légitimité de Ouattara

Le Figaro - Flash Eco : Sortir de la zone euro,'' une folie'' (Sarkzoy)

Nicolas Sarkozy a promis ce soir de défendre l'euro de "toutes (s)es forces" en 2011, qui doit être une "année utile", a-t-il déclaré dans ses voeux de Nouvel An aux Français.

"Ne croyez pas, mes chers compatriotes, ceux qui proposent que nous sortions de l'euro", a dit le président français au terme d'une année 2010 marquée par la crise la plus grave de la courte existence de la monnaie unique européenne. "La fin de l'euro serait la fin de l'Europe."

"Je m'opposerai de toutes mes forces à ce retour en arrière qui ferait fi de 60 ans de construction européenne", a-t-il ajouté dans cette déclaration radio-télédiffusée qui était également retransmise par le site internet Dailymotion.

A 17 mois de la prochaine élection présidentielle, le chef de l'Etat a estimé que la France ne pouvait pas se payer le luxe d'une "année d'immobilisme pré-électoral". L'année 2011 doit être une "année utile" pour les Français, a-t-il souligné. "Nous allons donc continuer à réformer parce que c'est la seule façon de préserver notre modèle et notre identité."

Il a notamment expliqué que la France devait continuer à réduire ses dépenses et ses déficits publics, sous peine de voir son indépendance "gravement menacée". "La France tiendra donc ses engagements en équilibrant ses comptes. Je ne transigerai pas sur cet objectif", a ajouté Nicolas Sarkozy.

Le Figaro - Flash Eco : Sortir de la zone euro,'' une folie'' (Sarkzoy)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...