mardi 4 mai 2010

saidia


Saïdia, surnommée « la perle bleue », est une ville du Maroc, située à l'extrême nord-est du royaume, dans la province de Berkane, au bord de la mer Méditerranée située à la frontière maroco-algérienne. Cette ville constitue un refuge idéal pour des milliers de citoyens de l'Oriental, vue sa position stratégique proche des principales villes de l'est (25 km de Berkane, 70 km de Nador, 60 km de Oujda, 160 km d'Al Hoceima et 210 km de Taourirt). Ses 14 km de côte font de Saïdia l'une des plages les plus longue du Maroc, caractérisée par son sable fin et doré, et son climat méditerranéen, elle est désormais une destination très appréciée, au niveau international.
Histoire

Le premier noyau de Saïdia date de 1883 et fut l'œuvre du sultan Hassan Ier, qui bâtit une Casbah (citadelle), d'une superficie de 15 600 m2, sur la rive gauche de l'embouchure de l'oued Kiss, pour servir de porte de surveillance et de borne frontière face à l'Algérie, qui était à l'époque sous la souveraineté française. En 1913, elle fut placée sous protectorat français. La ville, appréciée par les colons, est convertie en station balnéaire. Après l'indépendance, cette belle plage n'a cessé d'attirer des visiteurs, Saïdia est devenue ainsi un des plus grands pôles touristiques du Royaume.
Le tournant

Le 27 août 2003 marque un tournant dans l'histoire de Saïdia. En effet le groupe immobilier espagnol Fadesa décroche l'offre lancée par l'État Marocain dans le cadre du Plan azur, d'un montant d'investissement global de 12 milliards de dirhams (un milliard d'euros) et d'une capacité hôtelière de 17 000 lits, Mediterrania-Saïdia est une remarquable station résidentielle et touristique située à l'ouest de Saïdia.
Le projet, sujet à controverse pour les défenseurs de l'environnement, a néanmoins l'inconvénient de dégrader l'écosystème fragile du littoral et d'être responsable de pollution vu l'absence de station d'épuration des eaux usées et l'évacuation de ces dernières directement dans la mer à travers des tranchées creusées à la va-vite à même les champs en dépit des allégations des responsables du projet qu'une station d'épuration existait.

aklim ,une petite ville pas loin de saidia
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...